Facebook prêt à construire sa propre ville ?

 |   |  408  mots
La nouvelle ville évoquée par le Daily Mail se déploierait sur les terrains acquis par l'entreprise à Menlo Park depuis son installation en 2011, soit près de 80 hectares.
La nouvelle ville évoquée par le Daily Mail se déploierait sur les terrains acquis par l'entreprise à Menlo Park depuis son installation en 2011, soit près de 80 hectares. (Crédits : Reuters)
Une ville entièrement dédiée aux salariés du géant des réseaux sociaux en ligne serait à l'étude dans les bureaux de l'architecte Frank Gehry, auteur notamment du musée Guggenheim de Bilbao ou plus récemment de la fondation Louis-Vuitton à Paris. Son coût est estimé à 200 milliards de dollars, soit 177 milliards d'euros.

Mark Zuckerberg, patron paternaliste ? Le dirigeant de Facebook envisagerait de créer une ville entièrement nouvelle à proximité du siège social de l'entreprise, à Menlo Park, en Californie. Le projet fait penser aux cités ouvrières construites par de grands industriels comme la famille Schneider au Creusot au XIXe siècle. Le but premier est le même : loger les 10.000 salariés de Facebook et leur famille dans un espace ouvert et agréable à vivre.

Selon le Daily Mail qui révèle l'information, la ville surnommée "Zee-town" serait équipée d'habitations -des villas de luxe aux dortoirs- , de cafés, de supermarchés, de boutiques et même d'hôtels. Le journal chiffre le coût du projet à quelque 200 milliards de dollars (environ 177 milliards d'euros).

"Un espace intégré à la communauté"

"Nous ne pouvons pas construire un simple campus d'entreprise", déclarait déjà John Tenanes, vice-président Real Estate chez Facebook, au Silicon Valley Business Journal début février. "Il faut un espace intégré à la communauté", a-t-il rapporté au magazine en expliquant l'acquisition récente de 22,6 hectares de terrains au sud du siège social.

Un projet "visionnaire" devrait ainsi voir le jour, un espace à la fois "productif, collaboratif, ouvert et transparent". Mais, selon le Silicon Valley Business Journal, aucun plan précis n'était encore établi à ce moment là pour développer ce site qui vient agrandir les terres de Facebook dans l'est de Palo Alto.

Une architecture qui se fonde dans la nature

Avec cette nouvelle acquisition, l'entreprise, installée à Menlo Park depuis 2011, possède désormais près de 80 hectares. La nouvelle ville évoquée par le Daily Mail se déploierait donc sur ces terrains. Son architecture devrait faire écho aux nouveaux bureaux de l'entreprise dans lesquels les équipes de Facebook emménageront bientôt.

Maquette des locaux de Facebook imaginés par Frank Gehry 2012

Maquette des locaux de Facebok pour le campus Ouest, imaginés par Frank Gehry, 2012. Crédits : Forgemind ArchiMedia, Flickr

C'est en effet l'architecte Frank Gehry, créateur du musée Guggenheim de Bilbao et de la fondation Louis-Vuitton, qui a été sélectionné pour les deux projets. Les consignes sont les mêmes : dessiner une ville qui se fonde dans la nature. Le nouvel espace de bureaux de 400 mètres carrés est ainsi surmonté d'arbres, créant un parc sur le toit. Les responsables du projet réfléchissent aujourd'hui aux moyens de relier les différents sites du groupe entre eux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2015 à 11:24 :
le projet est déjà bien avancé ! Le chantier a commencé il 2 a deux ans !
Le bâtiment fait 470m de long et est un immense open Space avec des boîtes à l'intérieur qui constituent des pièces fermées. Le toit est entièrement végétalisé avec des places piétonnes.
Par contre à ce jour seulement des bureaux sont prévus dans ce bâtiment... Attention à ne pas tout mélanger !!!
a écrit le 26/02/2015 à 10:38 :
L'aliénation patronale, terrifiant!
Des personnes réduitent à la seule logique de l'entreprise, penser, manger, dormir, vivre Facebook.
Emprise totale d'une entreprise sur ses salariés. Tout ça relève d'une secte
a écrit le 26/02/2015 à 8:46 :
Il y a une autre raison.
A San-Francisco , par exemplaire , les employés des sociétés du Net ont fait grimper les prix des loyers avec leurs énormes salaires.
Les habitants se sont révoltés et leur ont demandé d'aller faire monter les prix ailleurs.
a écrit le 25/02/2015 à 21:56 :
Pendant ce temps là, les citoyens de base doivent compter avec une réglementation délirante. Imaginez que vous décidiez de construire une ville ex abrupto avec quelques milliers de personnes et ce à quoi vous devriez faire face.
a écrit le 25/02/2015 à 19:40 :
Enthousiasmant ! Ils ont de l'argent, ils l'investissent, c'est courageux et c'est une forme de redistribution. C'est ça ou tout planquer en Suisse Che HSBC...
a écrit le 25/02/2015 à 18:58 :
Si Mark Zuckerberg se diversifie dans l'immobilier, cela n'augure rien de bon pour l'avenir de Facebook... vivement l'éclatement de la bulle 2.0!
a écrit le 25/02/2015 à 15:57 :
Vu les penchants de Facebook pour l'intrusion dans la vie privée, je me méfierai des miroirs sans teints cachant une caméra, permattant de mesurer le "bien être" des employés afin de répondre au mieux à leurs besoins et attentes.
a écrit le 25/02/2015 à 14:59 :
Projet tout bonnement mégalomane qui risque de produire l'inverse de ce qu'il recherche.
a écrit le 25/02/2015 à 13:44 :
Facebook va aussi se lancer aussi dans le spatial avec le but de construire des villes en Mars, sur la Lune….. eh oui le réseau social s'étend au-delà de l'internet….
a écrit le 25/02/2015 à 13:44 :
Très dangereux pour Facebook, l'innovation vient en grande partie de l'observation des besoins et des modes de vie. En créant sa propre ville pour ses employés, ils couperaient ses employés du monde réel et donc des idées créatrices de valeurs.

Et le problème des startups est toujours là, ne pas se couper du monde réel et un avoir un retour continu de ses vrais utilisateurs.

Réponse de le 25/02/2015 à 14:53 :
@Greg: pourquoi Facebook aurait-il besoin de se mélanger à la foule puisque les gens donnent leurs infos personnelles gratuitement et sans qu'on ait à les forcer ? Le danger que je perçois actuellement, c'est l'obligation d'avoir un compte Twitter, Facebook, etc., sur de plus en plus de sites. Si cela devait se généraliser et devenir incontournable, toutes les infos surs les individus seraient disponibles dans un centre Facebook (ou autre). Bon, je sais, y en a qui vont dire "si t'as rien à te repocher"...et bien non je n'ai rien à me reprocher, mais ce principe de flicage me paraît extrêmement dangereux pour les libertés collectives et individuelles :-)
Réponse de le 26/02/2015 à 10:42 :
@Patrickb : vous dites "Le danger que je perçois actuellement, c'est l'obligation d'avoir un compte Twitter, Facebook, etc., sur plus en plus de site". Peut-on savoir de quels sites vous parlez ? Car ce que ovus dites me parait totalement faux. Qu'on puisse se connecter sur certain sites en mettant ses identifiants Facebook d'accord, que l'on soit obligé je n'ai encore jamais vu ça. C'est à la limite vrai concernant Google et tous ses services annexes comme Youtube qui oblige d'avoir un compte Google+ si on souhaite avoir un compte sur ce site. Mais encore une fois rien d'obligatoire si on souhaite juste regarder une vidéo de temps en temps.
a écrit le 25/02/2015 à 13:38 :
Cela arrive souvent, dès qu'ils obtiennent quelques dizaines de milliards certains veulent créer leur propre secte, contrôler toute la vie de leurs employés sous le mode dit "paternaliste". Disney, Apple , Google , Samsung, ils y passent tous, même la NSA place ses employés "entre eux".
Je m'explique.
Parce que bien évidemment les employés vivront entre eux, se marieront entre eux, ils ne seront plus collés au monde du dehors, le monde réel, et alors cette consanguinité culturelle sera bénéfique contre l'espionnage mais fortement néfaste pour l'innovation de l'entreprise, car les idées tourneront en rond, il n'y aura plus de nouveautés provenant des contacts des employés avec d'autres personnes de culture différente, ne serait-ce que des voisins; bien évidemment vous comprenez que l'objectif étant anti-libéral anti-prospérité de l'entreprise, l'objectif réel est le contrôle des employés( et la paranoïa croissante du dirigeant), combien au final se prennent pour le président de la Corée du nord ?
Réponse de le 26/02/2015 à 6:33 :
big brother nest pas assez big …..il veut être dieu
alarmant !
a écrit le 25/02/2015 à 13:22 :
Ce n'est pas 400m2 de bureaux, mais 40 000m2…

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :