e-santé : portrait-robot de la startup française

 |  | 346 mots
Lecture 2 min.
La plupart des startups spécialisées dans la e santé, âgées en moyenne de trois ans, sont des TPE (57%).
La plupart des startups spécialisées dans la e santé, âgées en moyenne de trois ans, sont des TPE (57%). (Crédits : DR)
France eHealthTech, lobby des startups françaises de la santé numérique, a interrogé 125 de ses membres sur leurs caractéristiques et leur situation financière.

Pour le premier anniversaire de sa création, lundi 24 octobre, l'association France eHealthTech a dévoilé un panorama détaillé de ses 125 adhérents. C'est la première initiative de ce genre à cette échelle. Quel est le profil type d'une startup française spécialisée dans la santé numérique ?

Une TPE

La plupart des startups spécialisées dans la e santé, âgées en moyenne de trois ans, sont des TPE (57%). Rares sont celles employant plus de 50 personnes à plein-temps. France eHealthTech en compte 3%.

Une startup qui peine à s'internationaliser

Le manque de présence à l'étranger, régulièrement souligné par les acteurs du secteurs entre autres, se vérifie dans le panorama de France eHealthTech. Ainsi, seules 17% des startups recensées sont actives à l'étranger, et 4% le sont dans plus de 5 pays. Néanmoins, 69% des startups e-santé espèrent s'internationaliser d'ici à 2018.

A noter que 51% des jeunes pousses françaises de la santé numérique ont leur siège principal en Île-de-France. L'Occitanie (10%) et la Nouvelle-Aquitaine (9%) sont les deux autres régions de forte concentration.

Déjà en phase de commercialisation

Une surprise qui bat en brèche l'idée reçue de startups e-santé en éternelle phase de développement ou de recherche: La moitié d'entre elles commercialisent déjà un produit ou un service sur le marché.

Mais les revenus de ces jeunes poussent de la santé numérique restent modestes. Ils oscillent entre 100.000 à 499.000 euros pour un quart d'entre elles, et descendent sous les 100.000 pour un autre quart. A noter qu'elles sont 31% à n'avoir aucun chiffre d'affaires.

En manque de financements

La startup de santé connectée française a besoin de cash : 68% sont en recherche de fonds. Et elles sont 46% à n'avoir jamais effectué aucune levée de fonds.

Leur modèle économique est basé sur le  B to B (Business to Business) pour 54% d'entre elles.

Spécialisée dans les applis santé

La moitié des startups conçoivent des applications santé et bien-être. Elles sont également 44% à développer des services d'échanges et de partage d'informations entre patients et professionnels santé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :