Steve Jobs démissionne de son poste de PDG d'Apple

 |   |  782  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
L'emblématique co-fondateur du groupe à la pomme sera remplacé par Tim Cook à la direction générale, qui assurait déjà l'intérim. En arrêt maladie depuis le début de l'année, Steve Jobs deviendra toutefois président du conseil d'administration. L'action chute de 6% à Wall Street.

Apple devra apprendre à vivre sans Steve Jobs: son emblématique patron, en arrêt maladie depuis janvier, vient de démissionner de son poste de directeur général (CEO). "J'ai toujours dit que je serais le premier à vous prévenir le jour où je ne serais plus en mesure de remplir mes fonctions de PDG d'Apple. Ce jour est venu, explique-t-il dans une lettre au conseil d'administration du groupe à la pomme (accéder à la lettre envoyée aux collaborateurs d'Apple)

"Je souhaiterais continuer à servir, avec l'accord du Conseil, comme président du Conseil, comme directeur et comme salarié d'Apple", poursuit-il avant de "fortement" recommander la nomination du Tim Cook pour le remplacer. Une recommandation suivie par le conseil d'administration. "J'ai la certitude que les jours les plus brillants et plus innovants d'Apple sont encore à venir. Et j'attends avec impatience d'observer et de contribuer à ce succès avec un nouveau rôle", conclut-il.

 "La vision et le leadership extraordinaire de Steve ont sauvé Apple et l'ont guidé vers sa position de compagnie de technologies la plus innovante et de plus forte valeur dans le monde", a commenté Art Levinson, au nom du conseil d'administration, dans un communiqué.  "Steve a apporté des contributions innombrables au succès d' Apple et a attiré et inspiré des employés immensément créatifs et une équipe de direction de classe mondiale", a-t-il ajouté.

Temporairement suspendue, en l'attente d'un communiqué, l'action Apple perdait plus de 6% dans les échanges électroniques d'après Bourse.

En janvier, Steve Jobs était reparti en arrêt maladie, conservant toutefois son rôle directeur de général et restant impliqué dans les décisions stratégiques concernant la firme de Cupertino. Il était notamment apparu sur scène, début mars, pour présenter la deuxième version de l'iPad, la tablette du groupe. Puis en juin, lors de la conférence annuelle des développeurs d'Apple (WWDC).

Steve Jobs s'était déjà absenté pendant six mois en 2009. Son état de santé alimente régulièrement les spéculations et les inquiétudes des investisseurs et des actionnaires. Beaucoup redoutent son départ, alors qu'il a relancé une marque en perte de vitesse depuis son retour en 1997. 14 ans après, Apple est devenu la première capitalisation technologique du monde et la deuxième capitalisation américaine.

Fin juillet, le "Wall Street Journal" avait rapporté qu'Apple avait déjà commencé à prospecter pour trouver un remplaçant à Steve Jobs. Selon le quotidien des affaires, plusieurs membres du conseil des directeurs du groupe auraient ainsi mené des discussions pour évoquer sa succession et auraient même rencontré un haut responsable d'une autre société technologique.

"Les directeurs n'ont pas agi au nom de l'ensemble du conseil", nuançait alors le quotidien des affaires, qui précisait ne pas savoir si Steve Jobs était au courant de ces discussions informelles. "Ce genre de conversations en dehors du périmètre officiel sont rares (chez Apple), où les membres du conseil ont tous été choisis par Steve Jobs", poursuivait le "Wall Street Journal". Dans un courrier électronique adressé aux salariés d'Apple, Steve Jobs avait qualifié ces informations de "foutaises".

Steve Jobs a fondé Apple à la fin des années 1970 en compagnie de son ami Steve Wozniak, dans le garage de la famille Jobs, situé dans la Silicon Valley. Ils ont rapidement lancé leur premier ordinateur, l'Apple 1, suivi de l'Apple 2, dont l'immense succès avait placé la nouvelle entreprise parmi les leaders du marché naissant de l'informatique personnelle.

L'introduction en Bourse en 1980 fait de Steve Jobs un multimillionnaire. En 1983, il débauche John Sculley, alors directeur général de Pepsi, pour prendre la tête d'Apple, en lui posant une question entrée dans la légende du groupe: "Voulez-vous passer le reste de votre vie à vendre de l'eau sucrée, ou voulez-vous changer le monde ?"

Malgré le succès, l'année suivante, celle du lancement du Macintosh, des tensions apparaissent bientôt entre Steve Jobs et John Sculley, au point que le premier est débarqué du conseil d'administration. Il quitte alors Apple, vend l'ensemble de ses actions à l'exception d'une seule, et part fonder une nouvelle entreprise, NeXT.

En 1997, Apple rachète NeXT et Steve Jobs fait son retour dans l'entreprise de ses débuts, dont il devient officiellement le directeur général en 2000. Le groupe lance l'année suivante le baladeur numérique iPod, dont les différentes versions se sont depuis vendues à plus de 250 millions d'exemplaires. Suivent notamment l'iPhone, qui lance en 2007 Apple dans la téléphonie mobile, puis l'iPad, qui crée le marché entièrement nouveau des tablettes numériques.

Pour tout savoir sur Steve Jobs

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2011 à 17:11 :
je sais que je nouveau PDG d'apple partage la même inteligence et idées.
a écrit le 25/08/2011 à 13:34 :
Sans le visionnaire Steve Jobs, Apple va-t-il continuer à garder un coup d'avance sur ses concurrents? Analyse des risques pour l'après Steve Jobs chez Apple http://rdmobile.fr/blog/
Réponse de le 25/08/2011 à 22:08 :
Steeve Jobs n'a rien d'un visionnaire. C'est un simple créateur. Vous n'avez qu'à regarder ses produits pour vous en convaincre.
Réponse de le 26/08/2011 à 6:29 :
@Redon : Non bien sûr, Jobs n'est pas un visionnaire... La première interface Wisiwig, le tout en un (Performa des années 89-90 puis iMac 1999), le Newton (l'iPad mais 20 ans plus tôt), l'abandon des disquettes (iMac 99) suivi par les autres presque 10 ans plus tard, le premier port USB sur un PC (iMac encore), le retour d'un Unix dans les fondations de l'OS d'un PC grand public (NeXt Step qui donnera OS X puis iOS), l'iPod (révolutionne avec iTune's l'industrie musicale), l'iPhone (révolutionne l'industrie du Mobile) puis l'iPad qui révolutionne l'industrie du PC, l'élan donné au HTML5 grace entre autre à l'abandon du support inconditionel de Flash sur iPad... Sans compter les mille et une chose qui ont toujours fait qu'un Mac avait toujours 5 à 10 ans d'avance sur les Wintel. A part çà, c'est suiveur? un copieur? Non, c'est un génie de l'industrie tout comme Ford à son époque.
Réponse de le 27/08/2011 à 14:02 :
@PME : "La première interface Wisiwig" wow quel visionnaire ! Pour c'est juste une nouvelle façon de faire les choses. Rien d'exeptionnel non plus dans tout le reste : vous dites "abandon des disquettes" super, vive la rétrocompatibilité ! "suivi par les autres presque 10 ans plus tard" non mais vous plaisantez ? Les autres comme vous le dites, ont choisi de respecter leurs clients en leur laissant la possibilité de récupérer d'anciennes données stockées sur des disquettes. Voilà ce qui est normal !

Vous dites "l'élan donné au HTML5 grace entre autre à l'abandon du support inconditionel de Flash sur iPad" n'accordez pas à Apple plus d'importance qu'il n'en a. Il n'a pratiquement aucun poids dans ce secteur. Les technologies web évoluent grâce aux navigateurs (IE, FF, GC, etc). Microsoft l'a bien démontré : son navigateur IE6 étant en position de monopole, micro$oft a cessé de le mettre à jour. Le résultat a été un arrêt net dans l'évolution des technologies WEB, jusqu'à l'émergence de FF.


Vous dites "Sans compter les mille et une chose qui ont toujours fait qu'un Mac avait toujours 5 à 10 ans d'avance sur les Wintel"
Si vous le dites. Pour moi, un Mac aura toujours 10 ans de retard sur un PC : aucune liberté, on n'utilise son ordinateur que de la façon qu'Apple à choisit(cf. jailbreak, obligation d'acheter la musique sur Itunes, ..).
Sans parler du vide total en ce qui concerne les jeux vidéos, de logiciels, professionels ou non, d'ailleurs, etc.
Et pour terminer, opposer mac à wintel n'a plus vraiment de sens dans la mesure où certains de vos macs tournent également sur intel.

Vous terminez par "A part çà, c'est suiveur? un copieur? Non, c'est un génie de l'industrie tout comme Ford à son époque."
Non je dis qu'il ne fait que jouer son rôle de créateur. C'est tout. Ce n'est pas un génie. Ford n'en était pas un non plus d'ailleurs. A moins que vous ne considériez que quelqu'un de créatif est un génie ? Pour ma part, je ne le pense pas.
a écrit le 25/08/2011 à 9:49 :
C'est aussi un patron dès plus tyrannique envers son personnel... Un peu plus de quietude !!! Enfin !
Réponse de le 25/08/2011 à 13:44 :
On ne fait pas de grandes choses sans avoir du caractère. Ce que certains appellent de la tyrannie est peut-être simplement un niveau d'exigence au dessus de la norme afin de mener un projet au delà des normes justement. C'est ainsi que se gagnent les batailles économiques ou bien guerrières
a écrit le 25/08/2011 à 9:18 :
http://www.vatefaireconjuguer.com/search?verb=attendre
a écrit le 25/08/2011 à 8:57 :
Une bonne chose pour apple
a écrit le 25/08/2011 à 8:56 :
Corrections grammaticales.

"j'ai toujours dit que je seraiS" (il s'agit ici d'exprimer un conditionnel et non un futur)

"Et j'attendS avec impatience"

a écrit le 25/08/2011 à 8:39 :
Dans un courrier électronique adressé au salarié d'Apple, Steve Jobs avait qualifié ces informations de "foutaises".

Il n'y a donc qu'un seul salarié chez Apple ????
a écrit le 25/08/2011 à 7:43 :
Au contraire, c'est très stratégique de la part de la boîte. Ils vont limiter les dégâts et risquent de repartir fort.

Les fautes d'orthographe dans cet article, c'est honteux !!!
a écrit le 25/08/2011 à 5:46 :
Il n'y a pas un patron au monde qui lui arrive à la cheville. Il a tout pour lui de la vision du marché au génie marketing, communication, technologique... Il ne faut pas oublier qu'il n'est pas un patron du CAC40, nommé par des potes de promo ENA/Polytechnique et compagnie après avoir fait un tour par un cabinet ministériel. C'est un Créateur qui s'est lancé sans bagages universitaire (voir son speech sur ted.com ici : <http://www.ted.com/talks/steve_jobs_how_to_live_before_you_die.html>).
a écrit le 25/08/2011 à 5:43 :
Je respecte l'homme et ses soucis de santé mais toujours considéré ce monsieur comme un des plus grand fumiste technologique sachant tirer la couverture à lui. Malgré des bénéfices records, l'éco système qu'il voulait mettre en place est en passe d'être dépassé, de 70 % de parts de marché pour iOS face à un Windows Phone inexistant et un Android émergeant aujourd'hui nous assistons à la progression d'un Android qui balaie tout sur son passage arrivé en quelques mois à plus 50 % de PDM et un iOS qui n'est plus qu'a 20 %. Idem pour la publicité ou iAD n'est pas un franc succès en baisse d'un point et Android qui dépasse les 60 %. Les poursuites sur tous les fronts envers d'autres fabricants de ibidules et la volonté de faire interdire la commercialisation de certains ternie plus l'image de la société. L'association avec son pire ennemi pour damner le pion à Google dans le rachat de Nortel et rater une opportunité comme les IP de Motorola, nier des problèmes d'antennes de l'iPhone 4 en orientant sa défense sur les problèmes techniques de ses concurrents ont sérieusement écornée l'image de Steve Job. Je ne me fais pas de soucis la société perdurera car Apple c'est surtout des gens très compétents dans leur métiers respectifs. Maintenant faut que le nouveau "dominant" mette au pas et maintienne sur un pied d'égalité tous ces concurrents avides de prendre sa place.
a écrit le 25/08/2011 à 3:00 :
Ca sent le sapin!!!! Dans les deux sens du terme... Revendez vos actions apple si vous en avez. Moi c'est fait!!!!!
Réponse de le 25/08/2011 à 6:37 :
Quelle classe ! Voila typiquement le genre de commentaire digne d'actionnaires dont on a le plus à craindre pour l'avenir d'Apple. Plus que du retrait de Steve Jobs.
Réponse de le 25/08/2011 à 7:29 :
trés classe comme réfléxion trés fin...
Réponse de le 25/08/2011 à 13:06 :
Vends, vends, moi j?achète !
a écrit le 24/08/2011 à 23:53 :
Il faut noter que Steve Jobs sera le directeur du board, c'est à dire le chef des actionnaires. Il sera toujours influent chez Apple en espérant qu'il le reste le plus longtemps possible !
C'est en tout cas une triste nouvelle car il doit être bien malade pour avoir pris cette décision. C'est un visionnaire qui a révolutionné l'informatique (on aime le personnage ou pas, mais on y est pas indifférent !!): Souris, iPod/iTunes, l'iPhone avec le MultiTouch, iPad (et personne n'y croyait !) ... il a tj su faire les bons choix pour mener Apple au top.
Réponse de le 25/08/2011 à 7:32 :
c est surtout un pur génie du marketing! Meme si l Apple 2c a ete une révolution en son temps il a utilisé des techniques qui existaient déja pour les mettre sous un package attratif Ca n enléve rien à son talent c est un esprit brillant
Réponse de le 25/08/2011 à 8:47 :
Sérieux, il y en a encore qui pensent qu'Apple à inventée la souris, le lecteur MP3, le smartphone et la tablette tactique ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :