Apple transgénisée

 |   |  463  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Gael Vautrin)
Le départ de Steve Jobs fait craindre le pire pour le cours de l'action. Au-delà de la réaction épidermique, la marque à la pomme déjà croquée a encore de beaux jour devant elle ...

Stupeur, effarement, torpeur ? Les marchés boursiers sont bel et bien en deuil d?un symbole. Steve Jobs, la première icône boursière de l?histoire de la finance. L?incarnation par excellence du groupe dont une grande partie de la valeur repose sur ce qui l'a de plus immatériel. Le seul empire industriel dont le cours de Bourse était corrélée (ou presque) à l?encéphalogramme de son patron. Il faut dire que ce dernier s?était rendu indispensable avec le temps, faisant sienne cet adage bien connu : ?An apple a day keeps the doctor away?. Aujourd'hui, tout le monde en consomme. Au moins cinq fois par jour. Téléphones, ordinateurs, tablettes, baladeurs, applications ? Tous ce qui est frappé du sigle de la pomme déjà croquée. Apple : une pomme transgénisée qui pèse près de 350 milliards de dollars et a récemment détrôné l?indéboulonnable ExxonMobil de son historique place de première capitalisation mondiale. Pas un hasard si Newton a découvert les subtilités de la gravité grâce à une pomme. Cette même pomme nous renseigne aujourd'hui sur la nouvelle force d?attraction du monde économique. Celle d'un homme connecté en permanence. A tout. Aux autres. Un vrai don d'ubiquité. Et pour tout cela, dans un réflexe pavlovien, on pense Apple. On pense IPhone, IPad, IPod, ITunes ... L'IReflexe ; voilà ce qu'en définitive Steeve Jobs a créer. Alors forcément son départ inquiète ?

S?il y a fort à croire que l?action Apple encaisse le coup sur la séance de jeudi, les marchés financiers sont préparés depuis janvier à l?annonce du départ anticipé du gourou visionnaire. Certes, il avait été jusqu?ici le cerveau de la révolution high tech des dix dernières années. Mais de l?avis de certains experts du secteur, le groupe ne manque de ressources. Le calendrier des futures sorties, les grands-messes marketing ? Tout est déjà planifié au moins pour les deux ans à venir. En soi, Apple ne manque pas de visibilité. Au-delà de la réaction épidermique, difficile d?imaginer dans les six mois, la deuxième plus grosse capitalisation boursière se métamorphoser en « penny stock ». Preuve en est que le départ de Jobs en arrêt maladie en janvier n?a pas empêché le cours de l?action de continuer de grimper et d?avoir les reins assez solides pour entrer récemment au Panthéon des capitalisations boursières mondiales alors que les marchés financiers étaient en pleine déliquescence. En soi, l?I-Reflexe est désormais assez ancré dans les m?urs de chacun pour assurer à Apple une stabilité à moyen terme.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2011 à 18:03 :
Pas certains, Apple c'est avant tout les créations de Steve Wozniak, Alan Kay et de beaucoup d'autres, Jobs n'est qu'un opportuniste qui tire la couverture à lui mais c'est le genre d'histoire qu'Hollywood adore mettre en scène pour un grand public toujours avide d'histoires très embellies qui font rêver mais bien souvent éloignées de la vérité vraie.
Mais les légendes naissent ainsi !
Réponse de le 02/09/2011 à 13:47 :
1) Quel mauvaise foi : Un chiffre en Euros et un en Dollars ....
2) Voulez vous m'indiquer quel marque Apple a suivi en lançant l'iPod
Quel marque Apple a suivi en lançant l'iPhone
Quel marque Apple a suivi en lançant l'iPad

Soyez un peu de bonne foi

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :