Education, droit du citoyen, fiscalité : le vaste chantier numérique de Fleur Pellerin

 |   |  669  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La ministre déléguée à l'Economie numérique a présenté en Conseil des ministres la méthode gouvernementale pour inscrire le numérique dans l'action de chaque ministère. Droit du citoyen, redressement productif, fiscalité, éducation, aucun champ de l'action publique n'a été oublié.

Rompre avec l?ère Sarkozy et les deux plans d?Eric Besson, tel a été l?objectif de Fleur Pellerin qui a exposé devant le Conseil des ministres la stratégie du gouvernement en matière de numérique. «Les changements dont le numérique est le moteur concernent aussi bien la vie quotidienne des Français, que la modernisation de l?Etat et la compétitivité», indique le communiqué officiel publié à l?issue du Conseil des ministres. La ministre a donc décliné la «vision de la gauche, qui ne veut pas tomber dans deux écueils: celle d?un enthousiasme naïf qui pousse à aller inaugurer les locaux d?un acteur comme Google, ou celle qui fasse passer Internet pour un endroit dangereux», indique-t-on dans l?entourage de la ministre.

Un séminaire gouvernemental

Pour mettre en place cette politique commune, un séminaire présidé par le Premier ministre lui-même, Jean-Marc Ayrault, sera organisé en février 2013 et une fois par an. Il fixera les objectifs précis de chaque ministère et le calendrier opérationnel. Tous les champs du numérique seront passés en revue. Sur le terrain économique ?le domaine d?Arnaud Montebourg-, il s?agira de savoir comment mettre la filière numérique au service du «redressement productif». Une revue des «investissements d?avenir» sera effectuée. La «priorité à la jeunesse», un des objectifs du Président de la République, sera déclinée dans l'éducation: comment le numérique peut-il devenir un outil pédagogique? Le ministère de l?Education sera chargé de mener un chantier ad hoc. En charge de la réforme de l?Etat, Marie-Lise Lebranchu sera chargée de la modernisation de l?action publique. Au c?ur de la réflexion: la mise à disposition des données publiques (open data).

Le pilotage du très haut débit

Au niveau du citoyen, le gouvernement «reprend le pilotage de la couverture du très haut débit», dont le lent avancement hérisse actuellement les parlementaires qui voient arriver les municipales de 2014. Pour le moment, seul le chiffrage du chantier est programmé. Le gouvernement veut aussi accélérer «l'alphabétisation numérique» des citoyens, au travers des «Espaces Publics Numériques» qui existent déjà, autour desquels les emplois d?avenir pourraient être mobilisés. Fleur Pellerin va également remettre sur la table la Neutralité du Net ?sans attendre le séminaire gouvernemental. Une table ronde réunissant tous les acteurs aura lieu début novembre. Enfin, après la cacophonie du «bug Facebook», un «habeas corpus numérique», fixant les droits du citoyen sur leurs données personnelles, verra le jour sous la forme d?un projet de loi début 2013. Le dossier est géré à la fois par la ministre de la Justice Christiane Taubira et Fleur Pellerin. «L?acte II de l'exception culturelle», notamment le chantier de rénovation du financement de la Culture, qui fait actuellement l?objet d?une mission menée par Pierre Lescure, sera également au menu du séminaire de Jean-Marc Ayrault.

La voix de la France

Enfin, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a l'ambition de porter la voix de la France sur la scène internationale et préserver la souveraineté du pays vis-à-vis des géants américains, que ce soit en matière de sécurité, de standards technologiques et surtout au niveau fiscal. La mission «Colin & Collin» servira d?appui au gouvernement pour inscrire au calendrier national, européen et international les solutions envisagée pour taxer Google, Amazon, ou Apple. Enfin, comme nous l?annoncions mardi, la ministre a également annoncé la refonte prochaine du Conseil national du numérique (CNN), dont la nouvelle composition devrait être connue d?ici à un mois. Et Fleur Pellerin a donné le coup d?envoi à «Paris Capitale Numérique», un vaste chantier visant à faire de Paris la vitrine de l?attractivité française en termes de start-ups et d?innovation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2012 à 16:54 :
512Kb en province et je dois m'estimer heureux d'avoir l'ADSL car mes voisins sont trop loins... l'Allemagne déploie le haut débit avec couverture 100% pour 2015, en France on prévoit vaguement un couverture semblable pour 2025. Je déménage.
a écrit le 11/10/2012 à 11:44 :
On peut constater que tout va bien dans le meilleur des mondes, après des tables rondes, des séminaires, en complément d'un Conseil National du Numérique on devrait pouvoir créer une commission parlementaire ainsi que des Groupes de Travail pour étudier l'avenir du secteur et faire des propositions pour la prochaine décennie.
Par contre quid des économies réalisées grâce à ces nouvelles technologies?
Désolé le mot économie pour les socialistes n'existe pas dans leur vocabulaire, ils préfèrent de loin le mot depense...
a écrit le 11/10/2012 à 10:16 :
Tous les jours, on nous montre que les fonctionnaires savent ce que c'est que prendre des risques dans la vie.
a écrit le 11/10/2012 à 9:28 :
Elle est certainement gentille certainement Fleur. Une bonne haut-fonctionnaire, mariée à un haut- fonctionnaire, qui ne connait RIEN de la vie des entreprises, de la vraie vie quoi... Y'a que des pinocchios dans ce gouvernement... Quoi qu'il arrive, elle touchera son traitement (élevé) tous les mois, et partira à la retraite avec (au moins) 75% de son dernier salaire... Des gentils planqués qui se servent dans nos caisses...
a écrit le 11/10/2012 à 6:00 :
fleur pellerin,celle qui fait peur a la silicone valley.ha!ha!a part des réunions et des commissions,elle n'est pas capable de pondre une seule idée technique!je crois que je préfère sylvia pinel encore!
a écrit le 10/10/2012 à 23:01 :
Boris Jonhson est un visionnaire. Il sait que sa ville devient la silicon valley française. Et pour cela, il ne verse pas un seul penny.
a écrit le 10/10/2012 à 20:17 :
La France a un nouveau Steve Jobs, elle va revolutionner l'industrie.
Toujours l'Etat interventionniste, la puissance (?) publique qui fourmille d'idees et de taxes, surtout ne jamais donner son role au secteur prive.
Lamentable
a écrit le 10/10/2012 à 19:46 :
Pourquoi toujours Paris ???
et nous ailleurs, où on a du mal à avoir 1 Méga, (même et surtout avec Orange)????
Le gouvernement ne pense qu'à lui, le numérique doit être disponible de façon honorable partout... En France !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :