Montre connectée : Withings est désormais apte à la natation

 |  | 471 mots
Lecture 2 min.
L'annonce de la nouvelle fonctionnalité de l'application s'est faite en présence de Frédéric Bousquet, qui a détenu jusqu'en 2009 le record du monde de 50 mètres nage libre en grand bassin.
L'annonce de la nouvelle fonctionnalité de l'application s'est faite en présence de Frédéric Bousquet, qui a détenu jusqu'en 2009 le record du monde de 50 mètres nage libre en grand bassin. (Crédits : La Tribune/Laszlo Perelstein)
La startup française a rendu sa montre connectée capable de détecter si l'utilisateur nage. Une simple mise à jour suffit pour obtenir l'option, qui ne nécessite d'appuyer sur aucun bouton, soit disponible.

Un peu plus d'un an après l'avoir dévoilée, Withings lance sa montre connectée dans le grand bassin. La société française a dévoilé mardi 7 juillet à la piscine Molitor de Paris une mise à jour de son appareil, qui permet désormais de détecter quand l'utilisateur pratique la nage. Déjà présente sur iOS, l'actualisation se fera en déploiement progressif sur les appareils Android dans les jours prochains.

Présent pour montrer en action la nouvelle fonctionnalité, le sportif français Frédéric Bousquet, ancien recordman du monde de 50 mètres nage libre en grand bassin, raconte dans un court speech porter la montre "depuis plusieurs semaines", se félicitant "de ne pas la sentir quand il nage".

Aucun nouveau capteur

Dotée seulement d'un accéléromètre, la montre Activité, commercialisée 150 euros dans sa version Pop avec bracelet en silicone, se veut être "la seule capable de détecter automatiquement l'activité de natation". Il n'est ainsi pas nécessaire d'appuyer sur un quelconque bouton lorsque l'on entre dans l'eau. De fait, aucun nouveau capteur ni modèle n'accompagnent cette mise à jour, qui reste donc strictement logicielle.

Pour arriver à ce résultat, Withings a travaillé "plus d'un an" sur le programme, qui demande à l'utilisateur de nager cinq minutes minimum pour enregistrer une session, détaille pour La Tribune Rémi Thomas, ingénieur recherche et développement en charge des traqueurs d'activité au sein de la société.

De nombreux essais en interne d'apprentissage automatique ("machine learning") sur des activités dont les mouvements ressemblent à ceux de la natation (canoë, rameur en salle, etc...) ont par ailleurs permis d'étoffer largement la base de données. Couplée au critère "temps" et à l'accéléromètre, qui détecte notamment la puissance donnée aux mouvements de bras, elle devrait permettre de limiter considérablement les faux-positifs, estime Rémi Thomas.

Un usage limité qui devrait s'élargir

Pour l'heure, la Withings Activité dispose de possibilités limitées en piscine (l'usage en mer sur le long terme peut réduire l'étanchéité de la montre). L'application ne permet ainsi que d'enregistrer la durée de la session et le nombre de calories perdues (basé sur l'intensité des mouvements de bras et les informations -poids et taille- de l'utilisateur).

De nouvelles fonctionnalités devraient néanmoins faire leur apparition par la suite, explique-t-on chez Withings. Parmi celles-ci, d'aucuns espèrent pouvoir trouver le calcul de nombre de brasses/tours, disponibles sur les montres et bracelets connectés destinés principalement à la natation, comme la Garmin Swim ou la Swimovate PoolMate. Withings rappelle toutefois que ses montres ne veulent pas "crier traqueur d'activité" et compte rester dans la discrétion, dont la startup frenchtech a fait sa marque de fabrique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :