Au tour de Swatch de brandir sa montre connectée

 |   |  300  mots
Nous voulons ajouter des fonctions qui sont utiles dans une belle montre, a déclaré Nick Hayek, qui arborait fièrement ce nouveau modèle à son poignet.
"Nous voulons ajouter des fonctions qui sont utiles dans une belle montre, a déclaré Nick Hayek, qui arborait fièrement ce nouveau modèle à son poignet. (Crédits : REUTERS/Denis Balibouse)
La marque aux emblématiques montres en plastique multicolore prévoit de lancer dans les prochains mois des modèles qui permettront entre autres de réaliser des paiements sans contact.

Quelques jours après Apple, c'était au tour de Swatch de dévoiler ses projets de montres connectées. Nick Hayek, le patron du groupe suisse a affirmé jeudi 12 mars lors d'une conférence annuelle de bilan qu'il avait pour ambition de proposer des produits horlogers intelligents plutôt que des répliques de téléphones miniaturisés.

Après s'être longtemps montré très réservé sur les montres "intelligentes", Nick Hayek s'est à son tour lancé sur ce segment, notamment avec un modèle conçu pour les amateurs de Beach Volley, la Touch Zero One, présentée fin février lors d'un événement sportif.

Paiement sans contact

La marque aux emblématiques montres en plastique multicolore prévoit de lancer dans les prochains mois des modèles qui seront équipés de la technologie dite NFC, qui permettront entre autres de réaliser des paiements sans contact.

Mais la technologie pourrait également être déclinée sur des griffes de prestige, telles que la marque Omega, connue pour être la première montre portée sur la lune et la montre de James Bond, a précisé Nick Hayek.

"Nous ne sommes pas en train de créer un téléphone portable pour le poignet", a-t-il cependant ajouté, précisant qu'il entendait intégrer de la technologie dans les montres, et non proposer des produits électroniques.

L'Apple Watch, une opportunité

Interrogé sur la concurrence que posent les montres du géant technologique Apple, dont les premiers modèles arriveront dans les boutiques fin avril, Nick Hayek a estimé que celles-ci constituaient une opportunité "fantastique" pour le groupe.

"Les gens ne portent plus de montres aux États-Unis. C'est en train d'ouvrir le marché. Laissons les faire ce travail. Je les en félicite."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :