Withings Activité, la montre connectée française qui joue le classicisme

 |  | 286 mots
Lecture 2 min.
Présentée aux États-Unis, la Withings Acticité permet d'analyser les cycles du sommeil. (Photo : Withings)
Présentée aux États-Unis, la Withings Acticité permet d'analyser les cycles du sommeil. (Photo : Withings) (Crédits : Withings)
La société française Withings, spécialiste des objets connectés et créateur d'un pèse-personne intelligent, s'aventure dans l'horlogerie. Et se démarque avec sa montre qui ressemble vraiment à une montre.

Tout est dans l'apparence. À l'heure où les géants de l'électronique se battent à grand coup de smartwatchs à écran numérique, la société française Withings a décidé de se démarquer en lançant la Withings Activité, une montre connectée à aiguilles. 

Si cette montre intelligente ressemble à toute autre montre suisse (puisque c'est là-bas qu'elle est fabriquée), elle ne fait pas qu'afficher l'heure.Elle sert également de podomètre en enregistrant les pas effectués dans la journée, connaît la fréquence cardiaque de son utilisateur, ainsi que le nombre de calories brûlées en une journée et la distance qu'il a parcourue. 

>> LIRE L'ANALYSE La smartwatch, simple gadget ou vraie rupture ?

Ces informations biométriques sont ensuite partagées via la technologie Bluetooth vers le smartphone de l'usager. Pour le moment, la montre est uniquement compatible avec iOS, le système d'exploitation de l'iPhone d'Apple mais devrait à terme l'être également avec Android, le système d'exploitation mobile le plus répandu au monde

Un support haut de gamme

Si elle n'est pas la première montre connectée à aiguilles, comme le note Les Numériques qui citent l'exemple de la Cogito de ConnecteDevice vendue 149 euros, la Withings Activité se veut plus haut de gamme que la concurrence. 

Commercialisée à partir d'octobre, cette montre intelligente est équipée d'un bracelet en cuir et joue, au vue de la vidéo de présentation, sur l'élégance française. De fait, elle affiche un prix de 390 euros, là où la Smartwatch de Sony, plus basique, est commercialisée 99 euros

>> LIRE AUSSI : SmartWatch : l'horlogerie suisse contrainte de mener une course contre la montre ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2014 à 16:28 :
La seule chose qu'elle a de trop c'est le bluetooth. Encore des ondes qui gêneront le sommeil !
a écrit le 28/06/2014 à 14:47 :
Les chiffres sur le cadran c'est pour la version 2.0? On arrête pas le progrès...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :