Schneider Electric baisse les retraites chapeaux et récupère 17 millions d'euros

 |   |  437  mots
Jean-Pascal Tricoire, patron de Schneider Electric, voit son dispositif de retraite remplacé par un nouveau système, moins onéreux pour l'entreprise.
Jean-Pascal Tricoire, patron de Schneider Electric, voit son dispositif de retraite remplacé par un nouveau système, moins onéreux pour l'entreprise. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le groupe français a également révisé le dispositif de retraite du directeur financier.

Les actionnaires de Schneider Electric ont accepté mardi 21 avril la révision du système de retraite chapeau du PDG français du groupe Jean-Pascal Tricoire, au cours de l'assemblée générale annuelle.

96,65% des actionnaires ont voté pour la résolution qui visait à supprimer la retraite chapeau de Jean-Pascal Tricoire et à mettre en place une rémunération complémentaire pour la constitution de sa retraite supplémentaire. Cette réforme touche également le directeur financier de Schneider Electric, Emmanuel Babeau.

"Le conseil d'administration du 18 février 2015 (...) a décidé que les dirigeants mandataires sociaux perdent le bénéfice des régimes de retraite supplémentaire", indiquait la convocation envoyée aux actionnaires, il y a quelques semaines.

17 millions d'euros seront récupérés par la société

Le conseil a calculé que "les pensions des deux dirigeants mandataires sociaux représenteraient, (...) une charge de près de 44 millions d'euros dans les comptes de la société". Cette décision se traduira par une reprise de 17 millions d'euros dans les comptes de l'exercice 2015, précise le groupe.

Toutefois, Jean-Pascal Tricoire bénéficiera d'un nouveau mécanisme de rémunération complémentaire annuelle d'au moins 182.000 euros, additionnée d'une part variable. Et pour le doter d'un "capital d'amorçage", il touchera en 2015 un "complément exceptionnel de 2,15 millions d'euros et de 39.000 actions gratuites".

Un système équivalent, avec des montants différents, est mis en place pour le directeur financier. 67,75% des actionnaires ont approuvé la résolution le concernant. Le coût de ce système sera de deux tiers inférieur au précédent, a précisé le groupe.

Une fiscalité devenue trop contraignante

Ce nouveau système vise également à adapter les retraites chapeau des dirigeants de Schneider Electric à "la volonté du législateur français d'accroître significativement, dans des proportions devenues trop élevées, le coût du financement de tels régimes", justifie le géant français des matériels et solutions électriques.

La loi Macron et la loi de financement de la sécurité sociale ont durci l'encadrement et la taxation des systèmes de retraite chapeau. Par ailleurs, les actionnaires ont approuvé à 99,76% le versement d'un dividende de 1,92 euro par action pour le compte de l'exercice 2014, en hausse de 3%.

Enfin, pour la deuxième année de la mise en application du principe du "say on pay", c'est-à-dire la consultation des actionnaires sur la rémunération des dirigeants, l'assemblée générale a approuvé à 71,38% la rémunération (fixe, variable en cash et en actions de performance) de Jean-Pascal Tricoire.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2015 à 12:25 :
BRAVO POUR LA BAISSE DES SALAIRES FARAMINEUX DE TOUS CES PDG CHEZ SCHNEIDER!!!!! DE CETTE FAÇON LES PAUVRES TRAVAILLEURS PAYES AU SMIC AURONT PEUT-ETRE DES SALAIRES DÉCENTS! ET LE LEITMOTIV PRÉTEXTANT QUE LES CHARGES SALARIALES DES PAUVRES TRAVAILLEURS SONT TROP ELEVEES!!!! UNE ABERRATION UNE UTOPIE! VIVE LE TRAVAIL DECENT DANS SON ENSEMBLE

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :