Sous la pression d'un fonds activiste, Qualcomm taille dans ses effectifs

Le fabricant américain de semi-conducteurs a cédé aux pressions du fonds Jana Partner. Accusant une chute importante de son chiffre d'affaires et de ses bénéfices, Qualcomm va supprimer 15% de ses effectifs à temps plein et pourrait procéder à une scission.
La division de puces de Qualcomm a enregistré une baisse de son bénéfice imposable de 74% sur un an, à 289 millions de dollars, et de 22% pour son chiffre d'affaires, à 3,9 milliards.
La division de puces de Qualcomm a enregistré une baisse de son bénéfice imposable de 74% sur un an, à 289 millions de dollars, et de 22% pour son chiffre d'affaires, à 3,9 milliards. (Crédits : © Albert Gea / Reuters)

Le plus gros fabricant des puces pour téléphones portables au monde va procéder à une restructuration de grande ampleur. Dans une présentation aux investisseurs, jeudi 23 juillet, l'Américain Qualcomm expliquer vouloir se séparer de 15% de ses effectifs à temps plein. Sur la base des 31.300 salariés fin septembre mentionnés dans son dernier rapport annuel, cela représenterait presque 5.000 suppressions d'emplois. Qualcomm ajoute qu'il prévoit aussi de "réduire significativement sa main d'œuvre temporaire". Ces mesures entrent dans le cadre d'un plan visant à économiser 1,1 milliard de dollars (1 milliards d'euros) par an d'ici fin septembre 2016.

Outre les suppressions d'emplois, Qualcomm dit vouloir réduire son nombre de bureaux et déployer davantage de ressources dans les régions où les coûts sont les plus bas. Et il compte continuer à rechercher les possibilités d'économies supplémentaires "qui augmentent la rentabilité sans sacrifier le futur potentiel de croissance", selon son communiqué.

Vers une séparation d'activités

Qualcomm annonce parallèlement qu'avec l'aide de conseillers extérieurs, il va lancer un examen de la structure du groupe "y compris de possibles options de séparation d'activités".

Une scission pour séparer la division de fabrication de puces et celle, plus rentable, d'exploitation des brevets du groupe faisait partie des revendications exprimées en avril par le fonds activiste Jana Partners, qui avait annoncé plus tôt cette année qu'il contrôlait près de 6% du capital de Qualcomm.

Jana a aussi obtenu mercredi la nomination de deux représentants au conseil d'administration du groupe américain, ainsi qu'un droit de regard sur le choix futur par Qualcomm d'un troisième administrateur.

Chute vertigineuse des bénéfices

Jana Partners met une forte pression sur la société notamment parce que celle-ci voit ses ventes de semi-conducteurs chuter de façon vertigineuse. Qualcomm subit une réduction de la demande de certains fabricants d'appareils utilisant ses puces, et des ventes plus basses en Chine pour certains modèles de téléphone qui en intègrent. La société américaine est notamment confrontée une concurrence accrue du taïwanais MediaTek ainsi que d'autres sociétés chinoises spécialisées dans des puces pour des téléphones à bas coûts.

Les résultats de Qualcomm s'en ressentent: sur le trimestre achevé fin juin, la division de puces a enregistré une baisse de son bénéfice imposable de 74% sur un an, à 289 millions de dollars, et de 22% pour son chiffre d'affaires, à 3,9 milliards. Sur l'ensemble du groupe, le bénéfice net est en recul de 47% à 1,2 milliard de dollars, pour un chiffre d'affaires en baisse de 14% à 5,8 milliards de dollars.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 23/07/2015 à 11:55
Signaler
Messieurs les journalistes de LT, afin d'éviter la novlangue, peut-être pourrait-on parler de "fonds vautours" ou de "fonds prédateurs" au lieu de fonds activistes. Activistes a une connotation d'engagement moral, de volonté au changement positif....

le 23/07/2015 à 12:09
Signaler
Kwel, je partage également votre remarque. C'est à se demander si cet abus qualificatif n'est pas volontaire.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.