Toshiba : les actionnaires donnent leur "GO" pour la vente des puces-mémoires

 |   |  391  mots
Toshiba a dit s'attendre désormais à une perte nette de 110 milliards de yens (967 millions de dollars / 827 millions d'euros) sur l'exercice clos au 31 mars 2018 du fait de la prise en compte de l'impact fiscal de la cession contre une prévision d'un bénéfice de 230 milliards de yens précédemment.
Toshiba a dit s'attendre désormais à une perte nette de 110 milliards de yens (967 millions de dollars / 827 millions d'euros) sur l'exercice clos au 31 mars 2018 du fait de la prise en compte de l'impact fiscal de la cession contre une prévision d'un bénéfice de 230 milliards de yens précédemment. (Crédits : Toru Hanai)
La filiale Toshiba Memory doit être vendue pour environ 2.000 milliards de yens (15 milliards d'euros) à un consortium mené par le fonds d'investissement américain Bain Capital, et dans lequel figurent aussi les géants technologiques américains Apple et Dell, ainsi qu'un fabricant sud-coréen de puces-mémoires, SK Hynix. Menacé d'être radié de la cote à la Bourse de Tokyo s'il ne parvient pas à redevenir solvable d'ici fin mars, Toshiba espère clôturer la vente d'ici ce délai crucial.

Toshiba s'apprête à faire ses adieux à sa poule aux œufs d'or. Résignés, les actionnaires du géant nippon ont donné leur feu vert mardi à la vente d'un bijou de famille, la filiale de puces-mémoires Toshiba Memory, visant à redresser rapidement la solvabilité du conglomérat industriel japonais en difficulté.

En guise d'introduction avant le vote, le PDG de Toshiba, Satoshi Tsunakawa, s'est excusé devant les actionnaires de devoir vendre Toshiba Memory: "Nous sommes profondément désolés de causer des problèmes et de l'inquiétude", a-t-il déclaré en s'inclinant profondément.

Cette activité, qui assurait jusqu'à présent un quart des ventes du groupe, doit être vendue pour environ 2.000 milliards de yens (15 milliards d'euros) à un consortium mené par le fonds d'investissement américain Bain Capital, et dans lequel figurent aussi les géants technologiques américains Apple et Dell, ainsi qu'un fabricant sud-coréen de puces-mémoires, SK Hynix.  Bain Capital a annoncé la semaine passée son intention d'introduire en Bourse la division puces mémoires de Toshiba d'ici trois ans sur le Tokyo Stock Exchange, le fonds d'investissement américain espérant par là récolter les fruits du rachat de l'activité.

1 milliard de dollars de pertes

Réunis lors d'une assemblée générale extraordinaire à Chiba (est de Tokyo), les actionnaires ont aussi approuvé les résultats financiers calamiteux de l'exercice 2016/17 du groupe -  le groupe a subi en 2016/17 une perte nette géante de 965 milliards de yens (environ 7,5 milliards d'euros) -, annoncés tardivement en août, ainsi que son nouveau conseil d'administration.

Toshiba a dit s'attendre désormais à une perte nette de 110 milliards de yens (967 millions de dollars / 827 millions d'euros) sur l'exercice clos au 31 mars 2018 du fait de la prise en compte de l'impact fiscal de la cession contre une prévision d'un bénéfice de 230 milliards de yens précédemment. Le groupe n'a pas modifié ses prévisions de chiffre d'affaires annuel et des autres lignes de profits.

Satoshi Tsunakawa a réaffirmé mardi l'objectif de conclure cette cession d'ici fin mars 2018, afin de pouvoir encore l'intégrer dans l'exercice 2017/18 de Toshiba, clos au 31 mars prochain. Le groupe est en effet menacé d'être radié de la cote à la Bourse de Tokyo s'il ne parvient pas à redevenir solvable d'ici ce délai crucial.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :