Ericsson enfin sur le chemin du redressement ?

 |   |  482  mots
« Depuis que la réduction des activités a été lancée en juillet dernier, nous avons réduit l'effectif total du groupe de près de 18.000 », a rappelé Börje Ekholm, directeur général du groupe, cité dans un communiqué.
« Depuis que la réduction des activités a été lancée en juillet dernier, nous avons réduit l'effectif total du groupe de près de 18.000 », a rappelé Börje Ekholm, directeur général du groupe, cité dans un communiqué. (Crédits : Bob Strong)
Le titre de l’équipementier télécoms s’envole, ce vendredi 20 avril, dans le sillage de résultats trimestriels bien meilleurs que prévu.

Ericsson a-t-il fini de broyer du noir ? L'équipementier, qui multiplie les mauvais résultats depuis années, va-t-il enfin se relever ? C'est possible. Du moins c'est ce qu'il ressort de ses derniers résultats trimestriels publiés ce vendredi 20 avril. Certes, le géant suédois des télécoms a une nouvelle fois essuyé une perte sur les trois premiers mois de l'année. Mais celle-ci, qui s'élève à 300 millions de couronnes (près de 29 millions d'euros), s'est fortement réduite, par rapport à la perte de 11,3 milliards de couronnes (1,1 milliard d'euros) essuyée à la même période l'an dernier. Elle est, surtout, bien moins importante que ce que les analystes sondés par Reuters envisageaient, lesquels tablaient sur une perte de 2,4 milliards de couronnes (230 millions d'euros)... Un résultat qualifié « d'encourageant » par la direction, même si le chiffre d'affaires, de son côté, a reculé de 9% à 42 milliards d'euros, plombé par un effet défavorable de change et un recul des ventes en Asie. Résultat : le cours du titre de l'équipementier flambe en Bourse. Ce vendredi 20 avril, il progressait de 15,80% en fin de matinée, à 64,34 couronnes.

Même si Ericsson demeure fragilisé par le tassement des marchés émergents (notamment concernant la 4G) et la baisse des investissements des opérateurs télécoms, le groupe commence vraisemblablement à profiter des multiples modifications de son équipe dirigeante et surtout de la suppression de milliers de postes. Lors de la publication de ses résultats trimestriels, l'équipementier a aussi mis en avant une dynamique positive en Amérique du Nord, son principal marché.

Très forte réduction des effectifs

« Depuis que la réduction des activités a été lancée en juillet dernier, nous avons réduit l'effectif total du groupe de près de 18.000 », a rappelé Börje Ekholm, directeur général du groupe, cité dans un communiqué.

Ericsson, qui a généré un flux de trésorerie positif de 300 millions de couronnes au premier trimestre (contre -3,2 milliards il y a un an), a déjà réduit ses coûts de 8,5 milliards de couronnes. Un montant à comparer à l'objectif de 10 milliards fixé à l'échéance de la mi-2018.

Le groupe a noté que, outre les réductions de coûts, l'amélioration de ses performances s'expliquait aussi par la montée en puissance de sa plate-forme de produits Ericsson Radio System et par une meilleure gestion de contrats de services. L'équipementier, qui doit également faire face à la concurrence des groupes chinois Huawei et ZTE ainsi qu'à celle de Nokia, a réaffirmé ses objectifs 2020.

« Nos efforts visant à être plus efficaces en termes de services fournis et de coûts commencent à produire leurs effets. La marge brute ajustée (à 35,9% sur le trimestre) est bien partie pour atteindre l'objectif du groupe de 37% à 39% d'ici 2020 », a affirmé Börje Ekholm.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/04/2018 à 14:28 :
Disons surtout que le marché se tasse, les technologies des mobiles stagnent et du coup cela permet à ceux qui n'investissent pas dans la R et D de ne pas perdre encore plus de terrain.

Quand on voit que nos actionnaires européens ont acheté MOnsanto hein on comprend bien que ces gens là ne pensent pas selon une logique naturelle et habitués à se contenter en plus de peu, de si peu.

Vous n'avez pas remarqué contre l'informatique n'innove plus depuis plusieurs années ? C'est simple comme il faut que l'actionnaire milliardaire gagne toujours plus partout et tout le temps du coup ils imposent de faire des bénéfices sur des non découvertes ou des prémices de découvertes.

La véritable intelligence artificielle sera certainement découverte par hasard et dans plusieurs décennies, au mieux, et pourtant on nous la vend déjà par centaine de milliards...
Réponse de le 22/04/2018 à 2:55 :
Ericsson a augmenté son budget R&D de 3,8 milliards de dollars en 2016 à 4,5 milliards de dollars en 2017, tout en supprimant 18000 postes. Le nombre absolu d'ingénieurs a également augmenté en dépit des suppressions de postes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :