Ericsson enchaîne sur un nouveau trimestre noir

 |   |  446  mots
Ericsson a précédemment indiqué s'attendre à un impact négatif de la réduction des investissements de ses clients compris entre 3 et 5 milliards de couronnes sur son bénéfice opérationnel entre juillet 2017 et juin 2018.
Ericsson a précédemment indiqué s'attendre à un impact négatif de la réduction des investissements de ses clients compris entre 3 et 5 milliards de couronnes sur son bénéfice opérationnel entre juillet 2017 et juin 2018. (Crédits : Bob Strong)
L'équipementier télécoms suédois a présenté vendredi des résultats trimestriels inférieurs aux attentes, avec des pertes aggravées et un chiffre d'affaires en berne, et prévenu que la situation pourrait encore se détériorer à la fin de l'exercice.

Les mauvais résultats s'enchaînent. L'équipementier en télécoms suédois Ericsson a présenté vendredi des résultats trimestriels inférieurs aux attentes, avec des pertes aggravées et un chiffre d'affaires en berne, et prévenu que la situation pourrait encore se détériorer à la fin de l'exercice. Après une année noire en 2016, où son bénéfice net a chuté de 86%, Ericsson n'a toujours pas trouvé la parade au ralentissement des investissements dans les infrastructures réseaux, son cœur de métier. La perte nette pour la période juillet-septembre est ressortie à 4,4 milliards de couronnes (457 millions d'euros) contre une perte de 233 millions de couronnes (24,6 millions d'euros) un an plus tôt.

Le chiffre d'affaires s'est érodé de 6% à 47,8 milliards de couronnes alors que les analystes escomptaient 51,1 milliards, selon l'agence financière SME Direkt. Le fort creusement des pertes au cours du trimestre sous revue est notamment dû à des charges de restructuration (2,8 milliards de couronnes), dont 1,6 milliard de dépréciation d'actifs lié à la cession d'activités au Canada, et à des provisions de 2,3 milliards.

Un marché "défavorable"

"Les conditions générales du marché restent défavorables", a reconnu le patron de l'équipementier, Börje Ekholm, marquées par une transition encore trop lente entre d'un côté la fin du déploiement de la 4G dans de nombreux pays ou tout du moins le ralentissement des investissements, et de l'autre le déploiement de la 5G. Ericsson s'attend à une progression de son chiffre d'affaires au quatrième trimestre par rapport au trimestre précédent "plus faible que d'habitude" en raison du tassement des investissements dans la 4G en Chine continentale.

Ericsson a précédemment indiqué s'attendre à un impact négatif de la réduction des investissements de ses clients compris entre 3 et 5 milliards de couronnes sur son bénéfice opérationnel entre juillet 2017 et juin 2018. "Ce risque est désormais attendu dans le haut de la fourchette", a-t-il prévenu. Il entend passer au dernier trimestre de l'exercice 2017 des charges de restructuration de 3,4 milliards de couronnes et poursuivre son plan d'économies en visant une réduction des coûts de 10 milliards par an d'ici la mi-2018. Fin connaisseur de l'industrie suédoise, le belge Ronnie Leten, membre du conseil d'administration de SKF (numéro un mondial du roulement à billes) et président du conseil d'administration du géant de l'électroménager Electrolux, doit arriver à la présidence d'Ericsson en 2018. Il succèdera à Leif Johansson, 65 ans, qui avait annoncé en juillet son intention de ne pas solliciter un nouveau mandat en 2018.

| Lire aussi Ericsson : plus de 25.000 postes menacés ?

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :