Oracle, SAP et HP règlent leurs comptes au tribunal

 |   |  338  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Leo Apotheker, l'ancien PDG de l'éditeur de logiciels allemand SAP, a pris officiellement lundi 1er novembre la tête du numéro 1 mondial de l'informatique, HP. Le même jour, le procès qu'Oracle intente à SAP s'est ouvert, pour une affaire de propriété intellectuelle remontant à 2006. Et il veut prouver qu'Apotheker est impliqué.

Cela fait plus de deux ans qu'Oracle voulait traîner SAP au tribunal. Coïncidence, le procès s'est ouvert le 1er novembre, le jour où l'ex-PDG de SAP Leo Apotheker, prend la direction d'HP.  Et Larry Ellison, le PDG d'Oracle, accuse ouvertement Leo Apotheker d'avoir, au moment des faits reprochés à SAP, "supervisé un réseau d'espionnage industriel centré sur le vol répété et massif de logiciels Oracle".

Vol de documents stratégiques

Oracle réclame à SAP plus de 2 milliards de dollars de dommages et intérêts. SAP n'a pour l'heure provisionné que 160 millions de dollars. En cause, le rachat en 2005 par l'allemand de la start-up TomorrowNow, spécialisée dans la maintenance du logiciel PeopleSoft, filiale d'Oracle.

Oracle soupçonne TomorrowNow d'avoir utilisé les comptes d'un de ses clients pour se connecter au site Web dusupport technique de Peoplesoft, et ainsi récupéré des éléments stratégiques pour démarcher les clients d'Oracle. SAP a admis une part de responsabilité dans l'affaire. Mais Oracle accuse les dirigeants d'avoir couvert ces incidents.

Léo Apotheker n'a été président de SAP qu'entre avril 2008 et février 2010, mais il est entré chez SAP en 1988. Larry Ellison a promis d'apporter la preuve de son implication dans les vols commis par SAP.

Entre HP et Oracle, c'est la guerre depuis cet été

Encore alliés il y a trois mois, HP et Oracle sont devenus rivaux, depuis que Mark Hurd, débarqué par HP pour avoir dissimulé des notes de frais liées à une relation féminine, a été recruté par Oracle. La réplique d'HP, qui a engagé Apotheker, aurait rendu le bouillant Larry Ellison furieux. Le procès qui s'ouvre prend donc des allures de réglements de compte personnels.

Mais il n'est pas encore certain que le nouveau patron d'HP viendra témoigner, car il devrait pour cela être déjà résident aux Etats-Unis. Or il était encore tout récemment installé sur le sol allemand.

Verdict attendu le 10 décembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :