Comment Facebook dicte sa loi aux constructeurs informatiques

 |   |  274  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Photo Reuters)
Le réseau social de Mark Zuckerberg noue un partenariat avec de grands constructeurs informatiques comme HP et Dell, afin de disposer des serveurs et des centres de données les mieux adaptés à ses besoins. Le "cloud computing" constitue en effet un enjeu crucial pour le premier réseau social mondial.

Le "cloud computing" est l'essence même de Facebook. Chaque mois, 30 milliards de photos, de vidéos, de textes sont partagés sur le premier réseau social mondial. Cette masse d'informations n'est pas stockée sur les ordinateurs des quelque 500 millions d'utilisateurs de Facebook, mais sur des milliers de serveurs situés dans les centres de données du groupe. Des serveurs et des "datacenters" qui se doivent d'être très costauds, afin d'éviter toute interruption d'activité, comme cela a été le cas pour le réseau social Twitter, notamment en 2009.

Des serveurs qui consommeront 38% d'énergie en moins et coûteront 24% moins cher

Mark Zuckerberg n'y est donc pas allé par quatre chemins. Le jeune patron de Facebook a annoncé jeudi un partenariat avec les grands constructeurs informatiques HP et Dell, ainsi qu'avec les géants des semi-conducteurs Intel et AMD, afin de construire des serveurs et des centres de données qui correspondront exactement aux exigences du réseau social. Plus performants en matière de stockage et de sécurité des données, ces nouveaux serveurs consommeront 38% d'énergie en moins que ceux actuellement utilisés par Facebook, et coûteront 24% moins cher.

Facebook est le site Internet le plus visité des Etats-Unis

Il faut dire que Facebook a les moyens de peser sur la définition de certains standards de l'informatique. Premier réseau social au monde avec ses 500 millions de membres, le groupe de Zuckerberg est également le site Internet le plus visité des Etats-Unis, devant Google et Yahoo. Et il vaut entre 50 et 80 milliards de dollars, selon les analystes financiers. De quoi dicter sa loi. 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2011 à 16:09 :
Huuu... Cà sent la reprise de dépêche à l'arrache... Quand on connaît rien au monde de l'informatique et en techno... on se renseigne.. +2 pour 'Alexis' et 'Yass'
a écrit le 08/04/2011 à 14:09 :
N'importe quoi, le cloud computing consiste à décentraliser l'unité de calcul. Le simple couple client/serveur ne veut pas dire qu'on est dans un système de cloud computing. Le mot est à la mode et est utilisé à tord et à travers ... bonne campagne de désinformation !
Réponse de le 08/04/2011 à 14:59 :
+1
Réponse de le 10/04/2011 à 20:27 :
Dans le cas de facebook on peut penser que ca n'est pas un "simple couple client/serveur". Mais effectivement que de nombreux datacenters sont interconnectés. Du coup l'utilisation du terme "cloud computer" me parait assez juste...
a écrit le 08/04/2011 à 13:51 :
Il serait intéressant de savoir combien de serveurs possède Facebook et la quantité prévue grâce à ces nouveaux contrats !
a écrit le 08/04/2011 à 13:25 :
Heu... c'est une sacrée interprétation de l'initiative opencompute lancée par Facebook qui consiste à rendre publiques les spécifications de leurs datacenters...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :