Nokia sur le point de céder Here à une alliance automobile allemande

 |   |  345  mots
Les cartes Nokia intéressent les constructeurs automobiles qui veulent s'affranchir de Google.
Les cartes Nokia intéressent les constructeurs automobiles qui veulent s'affranchir de Google. (Crédits : © Lehtikuva Lehtikuva / Reuters)
Les trois plus grands constructeurs de voiture de luxe du monde pourraient débourser jusqu'à 4 milliards d'euros pour mettre la main sur Here, un service de cartographie et GPS appartenant à Nokia. Le Finlandais, qui a revendu ses portables à Microsoft, veut se concentrer sur ses activités réseaux.

Le groupe de télécoms finlandais Nokia s'apprête à vendre Here, son service de cartographie, aux constructeurs automobiles allemands BMW, Audi (groupe Volkswagen) et Mercedes-Benz (Daimler), écrit mardi Bloomberg, citant des sources proches du dossier.

"Un accord pourrait être trouvé dès la semaine prochaine et annoncé autour du 31 juillet (...). Nokia a demandé 4 milliards de dollars pour son service (...), ont dit des sources proches du dossier", affirme l'agence.

Selon elle, les négociations, notamment sur la propriété intellectuelle, se poursuivent et peuvent encore capoter. Ce serait la première fois que les trois groupes normalement concurrents s'allient pour une acquisition d'une telle ampleur.

Échapper à Google

Here est un concurrent direct de Google Maps. Utiliser ses plans plutôt que ceux de Google permet de ne transmettre aucune donnée au géant américain de l'internet.

Le service est valorisé à deux milliards d'euros dans les comptes de Nokia, groupe qui vaut près de 24 milliards à la Bourse d'Helsinki. Cette filiale est l'héritière de Navteq, société américaine que le finlandais avait acquise pour 8,1 milliards de dollars en 2008.

Mi-avril, en même temps que l'accord de fusion avec le français Alcatel-Lucent, Nokia avait annoncé envisager la mise en vente de Here.

L'ancien numéro un de la téléphonie mobile veut se concentrer sur les équipements de réseaux et travaille à son retour sur le marché des portables qu'il a quitté en 2013.

Uber également intéressé

Parmi les autres prétendants au rachat de Here se trouvait Uber, la plateforme américaine de réservation de voitures de transport avec chauffeur (VTC) qui, affirmait le New York Times début mai, aurait soumis une offre de 3 milliards de dollars.

Here a une très faible notoriété auprès du grand public mais bénéficie d'un portefeuille solide de clients dans l'industrie ou internet.

Elle revendique les quatre cinquièmes des plans des GPS intégrés aux voitures vendues en Europe et Amérique du Nord, et fournit des grands noms comme Facebook ou Amazon.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :