Pour Cédric Villani, "la France n'a pas perdu la guerre de l'IA"

 |   |  1087  mots
Cédric Villani, Mathématicien et Député LRM de l'Essonne
Cédric Villani, Mathématicien et Député LRM de l'Essonne (Crédits : DR)
Interview de Cédric Villani, chercheur en mathématiques (médaille Fields 2010), député (LRM) et vice-président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst), chargé par le gouvernement de la mission Intelligence artificielle (IA), dont le rapport doit être rendu en janvier prochain. Propos recueillis par Erick Haehnsen

LA TRIBUNE - Laboratoires de recherche, universités, écoles d'ingénieurs, startups, accélérateurs... Où se trouvent les pôles d'excellence de notre écosystème de l'IA ?

CÉDRIC VILLANI - L'IA, c'est un écosystème, un sujet de confluence mettant en oeuvre les compétences les plus variées : éthiques, philosophiques, politiques, scientifiques, économiques... Ses usages sont également des plus variés. Il est donc normal que l'on y pense en termes de pôles de compétitivité. Pour la partie la plus théorique, Paris est en tête. Puis viennent le plateau de Saclay ainsi que des villes comme Lille, Grenoble, Toulouse, Sophia Antipolis... Si l'on s'intéresse aux startups, la palette est plus large. Il faut ajouter aux précédentes des villes comme Rouen, Bordeaux, Nantes ou Lyon. La France a renforcé son système de startups. Un gros travail a été accompli par les gouvernements précédents. Même si, vue de l'étranger, la France peut encore apparaître rigide dans ses réglementations, notamment parce qu'il semble difficile de licencier. Bien des clichés vont tomber.

Le contexte politique peut-il changer la donne ?

Au niveau politique, il y a un énorme changement. Avec le nouveau président de la République ainsi que les nouveaux députés - dont certains, comme Bruno Bonnell, sont des serial entrepreneurs de l'innovation -, il s'est constitué une communauté beaucoup plus à l'aise à l'égard de l'écosystème de l'innovation que l'équipe précédente.

Quelle peut être la place de la France en matière d'IA ?

Pour le Dr Laurent Alexandre, dont le livre La Guerre des intelligences [aux éd. JC Lattès, ndlr] fait beaucoup parler, la France a déjà perdu la guerre de l'IA et de la connaissance face aux États-Unis et à la Chine. Je suis plus optimiste. En Europe, le Royaume-Uni a été le premier à publier une vraie stratégie de l'IA. C'est aussi le pays d'Alan Turing, de la cryptographie... Mais la France arrive juste après. De plus, c'est la première force européenne en matière de startup. Tout n'est pas perdu, mais, il y a des pays plus enthousiastes. Par exemple, la Finlande ou l'Estonie connaissent une réelle adhésion populaire à la technologie et à l'innovation.

Quels sont les freins à l'IA ?

De même qu'il existe un marketing de l'adhésion à l'IA, il existe un marketing de la peur (pertes massives d'emplois, robots tueurs...). Il faut savoir qu'il existe une deuxième vague de ce scepticisme, portée notamment par des personnalités comme Cathy O'Neil qui, dans son livre Weapons of Math Destruction [aux éd. Crown, en anglais], pointe le danger posé par les modèles mathématiques [en prenant pour exemple la crise des subprimes]. Son principal argument est que les modèles prédictifs ne sont jamais neutres. Ils reflètent les objectifs et l'idéologie de ceux qui les créent. Et ont tendance à jouer contre les pauvres, renforçant ainsi les inégalités dans la société. Il existe également des freins culturels qui touchent, entre autres, au respect de la vie privée et des données personnelles. Ces préoccupations varient d'un pays à l'autre. En France, la peur du flicage provient de l'époque de Pétain, du nazisme, de la déportation... Nous avons appris qu'il faut faire très attention avec les données personnelles. Aujourd'hui, nous devons trouver de nouveaux équilibres.

Pourtant, les algorithmes d'IA sont une chose et les données, une autre...

Dans les faits, les données sont complètement inséparables des algorithmes d'IA. Car ces derniers font un usage effréné des données. Il faut pouvoir les acquérir, savoir comment les classer, les nettoyer, les enrichir, les protéger, déterminer qui a le droit d'y accéder... Mais comment faire évoluer le modèle européen des données ?

À cet égard, que pensez-vous du Règlement général sur la protection des données (RGPD) qui va s'appliquer, dès le 25 mai prochain, dans toute l'Europe ? Rappelons qu'il menace d'une amende de 4% du chiffre d'affaires les entreprises non conformes ?

Je fais partie de ceux qui pensent que le RGPD est un facteur d'innovation. De nouvelles architectures de logiciels et de nouvelles méthodes de traitement des données vont se développer. Le RGPD est une incitation à trouver des modèles plus respectueux et plus explicatifs.

À quel moment allez-vous remettre le rapport de votre mission gouvernementale sur l'IA ?

Il sera remis fin janvier. L'équipe de la mission comprend une demi-douzaine de personnes, dont un grand expert de l'IA, Marc Schoenauer, directeur de recherche à l'Inria de Saclay [Institut national de recherche en informatique et automatique]. Nous organisons des tables rondes qui, pendant près de trois heures, rassemblent chacune une dizaine de parties prenantes. La mission aura interrogé 250 personnes. En plus du rapport gouvernemental, il y aura une synthèse dont nous voulons que tout le monde puisse s'emparer. Ce devrait être un ouvrage disponible en librairie, rédigé dans une langue accessible et accompagné de documents audiovisuels. Une chose est sûre : cette synthèse doit être citoyenne.

Le rapport France IA du précédent gouvernement préconisait d'investir 1,5 milliard d'euros dans l'IA. Combien prévoyez-vous ?

Nous n'en sommes pas là ! Développer l'IA en France n'est pas qu'une question d'investissement public. L'IA pose la question des données qu'il faut acheter, stocker et gérer, notamment du point de vue de la souveraineté. Pour des raisons de sécurité et d'efficacité, il faut s'interroger sur le cloud en sachant que le projet de « cloud souverain » à la française a été un échec. Les Américains sont très en avance sur nous. Bien sûr, en France, nous avons l'hébergeur OVH, mais il lui faudrait consentir d'énormes investissements pour se hisser au niveau des Amazon, Google et Microsoft. Dans ce contexte, il n'est pas question de saupoudrer les deniers publics.

Quelles sont les réflexions les plus cruciales que vous inspire l'IA ?

La première est pragmatique : qui va former nos TPE, PME, ETI pour éviter qu'elles ne se tournent que vers les géants de l'IA ? Ensuite, j'ai une réflexion théorique. L'IA s'est développée de manière empirique : ça marche, mais on ne sait pas comment ni pourquoi. Quels sont les vrais concepts qui sous-tendent l'IA ? Nous ne le savons pas.

_________

>> Conversation avec Cédric Villani, Novembre 2016

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2017 à 21:53 :
Qui en a inventé les 1ers concepts ? dans quelle langue ?
comme la machine de turing, le nucleaire, le transistor, la liste est longue, à un moment donné on a plus les mots... échec de la nomenklatura.

Mais on fera comme d'habitude on achetera des licenses avec des droits de developper à la marge
a écrit le 07/12/2017 à 20:16 :
Pour être bon en IA il faut maîtriser une grande puissance de calcul et une grande quantité de données qu'il faut être capable de stocker et traiter à des coûts compétitifs.

L'IA repose sur le Cloud sinon cela ne marche pas, et qui est en train de gagner la bataille du Cloud ? La France ? Non je ne crois pas ...

Parce que là aussi, nous avons eu des politiques qui ont glosé pendant des années sur le potentiel de la France, et qui n'ont rien fait de concret. Ils ne comprennent pas le sujet de toute façon.

Villani n'a rien compris au handicap de la France, qui explique déjà son retard sur le Cloud et expliquera demain son retard sur l'IA:
- une éducation nationale qui nivelle par le bas année après année, voir les derniers résultats de l'enquête internationale sur la lecture qui sont plus que catastrophiques
- un mépris souverain pour tout ce qui est scientifique et technique : comparez les échelles de rénumération entre les grands pays et vous comprendrez
- un incapacité à comprendre sa place et donc à réagir en conséquence, c'est à dire se protéger de manière agressive quand c'est nécessaire : la Chine est en train d'obliger les géants du Cloud à vendre leur infrastrucure à des entreprises chinoises. Amazon vient de le faire sous la contrainte

Bref, nous sommes mal barrés, très mal barrés ... mais nous vous inquiétez pas braves gens, nous avons le potentiel pour être les meilleurs. Ouf !
a écrit le 07/12/2017 à 16:54 :
Et plouf! Une gigantesque panne d'électricité, qu'a prévu l'IA ?
Impossible, me direz vous, il suffit d'une petite averse de neige pour que des centaines ou des milliers de foyers soient privés d'électricité, alors...
a écrit le 07/12/2017 à 11:30 :
Quand la froidure blanchit le chemin .
Les tracteurs se mettent en route , et partent pour leur journée de labeur , aujourd hui ils s occuperont de retourner les champs car c est l hiver .
Le paysan lui , profitera de la journée pour préparer les travaux de demain . et vérifiera si l Etat lui à verser ses indemnités car il vient de recevoir une relance de la banque .
Dois je continuer .......et là ce n est qu un focus du monde agricole ....et il y a les autres
Gagner sa vie sera de plus en plus difficile j aimerai savoir ce qu en pense l IA.
a écrit le 07/12/2017 à 10:25 :
Liberté , responsabilité , dignité
... éthique ?
Mdr tout le contraire de l’IA

Preuve : pourquoi l’homme détruirait tous les l’hommes ( ou certains)dans les essences , fondements propres pour créer des hommes- robots dirigés par l’IA qui n’est même pas évolutifs et ni connectés avec des risques de connections malsaines ??
Tout n’est pas bonnes énergies , tout n’est pas mathématiques , l’homme ne maîtrise pas tout bien au contraire...
Tester sur les vies des autres les théories pour trouver les vérités ...
a écrit le 07/12/2017 à 10:25 :
Il pose les bonne questions.
Les français doivent se resoudre: si on ne veut pas devenir un pays du Tiers Monde d'ici 2030 il faut favoriser l'investissement et sacrifiet les postes de dépenses plus improductifs comme les allocations logement et familiales et les subventions aux associations qui devront se financer exclusivement auprès des particuliers.
Réponse de le 07/12/2017 à 12:14 :
Les Français ne sont même pas «  conscients » de ce est devant...
Faut pas croire que ceux qui s’engouffrent dans l’IA ou ´IT

Vont gagner sur toute la ligne...
Réponse de le 07/12/2017 à 17:26 :
L 'intelligence artificielle, le truc qui va remplacer l'homme et créer des milliards de chomeurs et de dépressifs ? Oué , on en reve tous ! Plus de boulot, tout le monde au chomage , les robots font tout, l'humanité disparait, faute d'utilité.
a écrit le 07/12/2017 à 9:03 :
"La guerre de l'IA"

Ça y est notre scientifique parle déjà comme un politicien, misère, c'est pas comme ça qu'on va faire aimer la technologie aux gens hein.

L'État escroqué par les milliardaires via l'austérité de la dette n'a plus d'argent à mettre en recherche fondamentale, ce que l'IA est du moins devrait être du coup seuls les milliardaires privés peuvent le financer mais hélas ceux-ci préfèrent placer leur argent dans des paradis fiscaux.

Et comme votre parti politique génial n'est là que pour servir l'intérêt particulier de ces gens, arrêtez de nous raconter des salades, le premier qui découvrira l'IA sera certainement un géant du net, derniers milliardaires à investir massivement sur le R et D car ils ne sont pas encore totalement ravagés par leurs possessions, pas encore.

Nous autres européens sommes tombés au niveau des chinois, obligés de faire des lois pour retenir les données personnelles et donc le marché qui va avec car là aussi l'hypocrisie général voudrait nous faire croire qu'il n'y a pas de commerce qui se fait dessus alors qu'il tourne à fond, obligés au protectionnisme pur et dur sous couvert de prétexte sécuritaire.
Réponse de le 07/12/2017 à 18:53 :
la france est un des seuls pays a ne pas avoir eu d'austerite, mais bon, goebbels et molotov trainant dans les parages.........
Réponse de le 07/12/2017 à 22:10 :
Ben non, si IA il y a elle n'est pas le fait de la recherche fondamentale mais des géants de l'informatique et du cloud, ceux-là même qu'on accuse à longueur d'articles de se livrer à l'optimisation fiscale à outrance... Et si finalement la clé pour avoir des entreprises performantes à l'innovation était de réduire drastiquement leur charge fiscale ?
Par ailleurs s'est on interrogé sur les causes du coûteux fiasco du cloud souverain ?
Réponse de le 08/12/2017 à 14:12 :
"goebbels et molotov trainant dans les parages"

Je signale bien entendu même si il est difficile de savoir ce qu'il se passe vraiment dans votre cerveau aliéné j'en conviens. Mais dans le doute et vu l’ensemble de votre œuvre j'ai peu de chances de me tromper.
Réponse de le 08/12/2017 à 14:41 :
"la france est un des seuls pays a ne pas avoir eu d'austerite"

On voit que vous ne travaillez pas dans le social vous hein et que vous n'avez aucune idée de quoi il en retourne. En fait non c'était juste une messe...

En effet les riches ne connaissent aucune austérité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :