10-Vins, l'apôtre du vin au verre

En commercialisant du vin au verre grâce à des flacons de 10 cl, le fondateur de 10-Vins veut « uberiser » le monde du vin à sa manière. Et avec sa machine D-Vine, il propose une sorte de « sommelier automatique ».
Pierre Manière

2 mn

Thibaut Jarrousse, 35 ans
Thibaut Jarrousse, 35 ans (Crédits : DR)

En janvier dernier, 10-Vins n'est pas passé inaperçu au CES (Consumer Electronics Show) de Las Vegas. Lors du salon mondial de l'électronique grand public, cette jeune pousse a décroché le prix de la meilleure startup. Son fondateur, Thibaut Jarrousse, n'en est pas peu fier. À 35 ans, cet ingénieur nantais, qui a fait ses armes chez Yves Rocher, veut « uberiser » le monde du vin à sa manière. Son idée : commercialiser du vin au verre grâce à des flacons de 10 cl.

Pourquoi ?

« Parce que les gens ne veulent pas toujours déboucher une bouteille entière lorsqu'ils veulent boire un verre de vin », constate-t-il.

En outre, lors d'un repas ou en soirée, ses flacons donnent la possibilité à chacun de déguster ce qu'il veut. Un atout, d'après lui, « car tout le monde n'a pas les mêmes goûts ».

Créé en décembre 2012 et fort de 30 références (Bordeaux, Bourgogne, Rhône, Provence, Loire,...), 10-Vins compte aujourd'hui 6 .000 clients, essentiellement en France. En plus de ses ventes au flacon, Thibaut Jarrousse a développé une machine pour servir du vin dans les meilleures conditions possibles.

Baptisée, D-Vine et inspirée des machines à capsules à café de Nespresso, celle-ci est capable de servir des verres à bonne température et aération. Fruit de plusieurs années de recherche-développement, ce « sommelier automatique » a été fabriqué à 500 exemplaires en décembre dernier. Malgré un prix élevé (499 euros), toutes les machines ont trouvé preneur. Et 10-Vins a relancé dans la foulée la production d'une nouvelle fournée.

Aujourd'hui, Thibaut Jarrousse a un objectif en ligne de mire : étoffer sa carte et atteindre les 100 références à horizon de deux ans. Ce faisant, il espère prendre faire son nid à l'étranger. D'abord sur le Vieux Continent, mais aussi, d'ici à quelque temps, en Asie et aux États-Unis.

« Dans ce [dernier] marché, c'est vrai qu'on a eu de très bons retours au moment du CES de Las Vegas. On pense que le vin au verre peut vraiment rentrer dans les mœurs, souligne le patron. Mais aux États-Unis, les clients veulent davantage de références. »

Pour financer sa croissance, 10-Vins a besoin de fonds. Après une première levée de fonds de 500. 000 euros en 2014, la société espère bientôt boucler un tour de table de 1 million d'euros.

« Trente pour cent de cette somme seront décrochés via le financement participatif », détaille Thibaut Jarrousse, qui espère ainsi étoffer son nombre d'« ambassadeurs » pour promouvoir la société.

Pierre Manière

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.