Un ado de 15 ans invente un moyen de recharger son smartphone... en marchant

 |   |  429  mots
Angelo Casimiro a préféré utiliser un système confortable pour l'utilisateur.
Angelo Casimiro a préféré utiliser un système confortable pour l'utilisateur. (Crédits : GoogleScienceFair.com)
Dans le cadre d'un concours organisé par Google, un adolescent philippin a mis au point un système qui permet de produire de l'électricité en marchant. Le dispositif, encore perfectible, permet déjà de recharger des appareils basse consommation.

Et si l'on n'avait plus besoin de prise de courant pour recharger un appareil électrique? Angelo Casimiro, un jeune Philippin de 15 ans, pense que c'est possible et a même conçu un système pour nous le prouver.

Angelo est l'un des 15 finalistes du concours Google Science Fair, organisé par le géant du net Google pour mettre en avant de jeunes inventeurs et dont la dernière phase aura lieu en septembre. Son invention: la production d'électricité grâce à des semelles de chaussures.

Utiliser les frottements du pied et de la chaussure

L'idée est de convertir en énergie électrique les frottements qui ont lieu à l'intérieur de la chaussure lors de la marche. Le tout en garantissant le confort du marcheur (ou du coureur). C'est pour cette dernière raison que l'adolescent n'a pas choisi un système de dynamo. Sur le site de présentation de son invention, il précise:

"Les dynamos sont robustes, bruyantes, et ont trop de parties en mouvement, ce qui serait à coup sûr désagréable pour l'utilisateur."

Un courant ACDC

Angelo a donc choisi de concevoir son système avec un paire de disques piezoélectriques, placés entre le pied du marcheur et la semelle. La propriété de ce genre de composants est de se polariser sous l'effet d'une contrainte mécanique, ici la marche. Les disques sont donc très flexibles et produisent un courant alternatif.

Or, pour pouvoir charger un appareil électrique, il est nécessaire d'obtenir un courant continu. Pour cela, le jeune inventeur a conçu un pont de diodes. Le tout est relié en USB à l'appareil que l'on veut recharger. Le détail du dispositif est disponible ici.

27,89 volts générés en courant

A l'heure actuelle, le système fonctionne mais est encore largement perfectible. En marchant, Angelo Casimiro a réussi à générer une tension de 18,53 volts. Le chiffre est monté à 27,89 volts lors d'une course. Ceci est suffisant pour charger des composants ou appareils qui consomment peu d'électricité (comme des circuits imprimés par exemples).

Le scientifique en herbe est néanmoins optimiste :

"Je peux affirmer maintenant que le système est prêt pour la production."

L'invention des semelles productrices d'électricité, bien qu'encore à parfaire, offrirait de larges possibilités.  Elle permettrait par exemple de recharger son smartphone même en pleine randonnée loin d'une prise de courant. D'autre part, le système s'appuie sur source d'énergie - humaine donc - alternative relativement moins aléatoire que le soleil ou le vent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/08/2014 à 22:40 :
Et vu que la puissance fournie n'est pas suffisante pour recharger quoique ce soit, on pourrait peut-etre brancher des diodes qui s'allumeraient lorsque l'on marche?

Oh ooops.

Bref, une "invention" dont on parle parce que ca vient d'un gamin de 15 ans
a écrit le 15/08/2014 à 10:12 :
"le jeune inventeur a conçu un pont de diodes." Disons ajouté un pont de diodes, les diodes il les a trouvées dans le commerce, c'est la "base" de redresser l'alternatif avec un pont de diodes, sauf quand on part d'un transformateur sur le secteur avec un secondaire symétrique, là, on ne met que deux diodes.
J'espère que la tension obtenue passe par un "onduleur abaisseur", ça serait bête de sortir du 5V USB en gâchant le surplus de tension.
Un inventeur français est part aux USA pour développer son trottoir générateur d'énergie (suite au fait que les gens marchent dessus), en France, c'était trop compliqué, lourd à gérer, ... Sans doute également par effet piézo, voir si ce sont des matériaux particuliers qui fournissent plus d'énergie (comme dirait quelqu'un il faut faire de la recherche appliquée la dessus et non bénéficier des recherches fondamentales qui peuvent, elles, apporter une solution à la question "comment ça fonctionne ?", "comment l'améliorer ?", droit au but).
C'est une invention qui "marche". :-))
a écrit le 15/08/2014 à 0:44 :
Titre incorrect! Son dispositif n'est pas capable de recharger un smartphone car le courant généré n'est pas suffisant. Il le dit lui même dans sa conclusion.
De plus "27,89 volts générés en courant", ça n'existe pas car un courant ne se mesure en ampère et non pas en volt.
Article baclé ou mauvais journaliste?
Réponse de le 15/08/2014 à 2:08 :
Visiblement c'est votre lecture qui est bâclée car la tension que vous mentionnez est applicable à la course plutôt qu'à la marche... En revanche, vous auriez pu signaler la coquille qui porte à confusion entre circuit IMPRIME et circuit INTEGRE. Un circuit IMPRIME ne consomme pratiquement rien puisque composé uniquement de pistes de cuivre sur une plaque isolante traditionnellement en bakélite.
Réponse de le 15/08/2014 à 10:04 :
J'ai tiqué aussi, mais en relisant, c'est pendant la course (donc en courant) qu'il génère plus de tension (la piézoélectricité, normalement, ça ne fournit presque pas de courant).
Le "(comme des circuits imprimés par exemples)" est à enlever, ça alimente ce qui consomme peu, c'est tout. Les circuits intégrés consomment un peu, beaucoup selon leur génération, donc pas indicatif. Les circuits imprimés, rien du tout (sauf par résistance électrique faible, cuivre doré (effet Joule)).
a écrit le 14/08/2014 à 21:47 :
Bonjour,
Les systèmes piézzo-électriques existent depuis les années 90. Il y a pas mal de boites de nuits en France qui récupèrent l'énergie des danseurs pour la réinjecter dans le réseau électrique. Il y a de nombreuses avenues dans le monde également dont les trottoirs les plus fréquentés en sont équipés pour récupérer de l'électricité gratuite aux heures de pointes.
Ce gamin n'a fait qu'adapter un système existant cela dit c'est très bien, c'est ingénieux.
Je suis d'ailleurs surpris que personne n'y ait pensé avant ... .
Réponse de le 15/08/2014 à 2:11 :
La véritable question serait plutôt: "est-ce que le coût du système en vaut l'investissement?". Tout porte à croire que la réponse est négative.
a écrit le 14/08/2014 à 18:25 :
"27,89 Volts généré en courant" ne veut rien dire, le Volt est une unité de tension, le courant électrique se mesure en Ampère, ce qui est important ici, n'est pas ni le courant ni la tension mais la puissance convertie mécanique électrique qui pour ce genre de système est en généralité beaucoup trop faible pour pouvoir être vraiment efficace.
a écrit le 14/08/2014 à 16:58 :
La Tribune et ses titres pompeux... Que cet ado ai créé un appareil simple d'utilisation ok, qu'il ai inventé ce système soyons serieux cela existe depuis des années...
Réponse de le 15/08/2014 à 22:52 :
Il l'a sans doute fait tout seul, sans chercher ce qui se faisait avant (antériorités). Disons à réinventé l'eau chaude, si on veut. Mais des chaussures qui fournissent de l'énergie électrique (faiblement), sais pas si c'est classique. Ça démontre peut-être des capacités pour sa future orientation. (comme un enfant qui pianote "Au clair de la lune" tout seul, c'est archi-connu comme morceau :-) )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :