Innovation : "En France aussi nous avons des atouts à faire valoir"

 |   |  685  mots
Selon Ronan Pelloux, le système éducatif est trop éloigné des besoins du marché du travail (Photo: CREADS)
Selon Ronan Pelloux, le système éducatif est trop éloigné des besoins du marché du travail (Photo: CREADS) (Crédits : Reuters)
Cette semaine s'est achevé à Sydney le G20 YEA (Young Entrepreneur's Alliance), un sommet pour les jeunes entrepreneurs. 400 jeunes chefs d'entreprises étaient présents dont 25 Français. Parmi eux, Ronan Pelloux, co-fondateur du site de design participatif Creads.

Il fait parti des rares entrepreneurs à avoir été invité au G20 de Sydney. Ronan Pelloux, co-fondateur de Creads, une agence de communication participative sur Internet évoque, pour La Tribune, ce qui se racontait dans les couloirs de cette rencontre interntationale. Face au "french bashing", ces critiques anti-françaises auxquelles s'adonnent volontiers certains de ses partenaires anglo-saxons, la France pourrait, selon lui, faire valoir des atouts, comme le Crédit impôts recherche. 

La Tribune : Que demandez aux chefs d'Etat du G20, qui se réunissent en novembre 2014 ?

Ronan Pelloux : Nous nous sommes réunis en plusieurs groupes de travail pour remonter des problématiques communes et répondre à la question : que doivent mettre les gouvernements en place? Nous avons abouti à huit grandes thématiques, dont la réforme du système financier mondial, c'est-à-dire l'amélioration du financement des startup et des PME au niveau des banques, qui ne suivent pas assez les entreprises. Il s'agit aussi d'encourager le crowdfunding en établissant un cadre réglementaire (cela a été fait en France). Il faut aussi, grâce à des aides fiscales, permettre aux particuliers d'investir dans des PME.

Dans les pays du G20, il y a 40 millions de jeunes au chômage. Comment remédier à cela ?

Il y a un problème au niveau de l'éducation : beaucoup de formations ne sont pas en lien avec les besoins du marché, du monde du travail. Il est donc nécessaire de rediriger les jeunes, notamment vers les activités numériques via l'apprentissage du code informatique dès la primaire. Quand on jette un coup d'œil à la croissance des sociétés du "digital", on se dit que cette initiative relève du bon sens.
D'autre part, les jeunes se projettent moins dans les grandes boites. Elles deviennent de plus en plus difficiles à intégrer, et procèdent à beaucoup de plans sociaux. Puis ce ne sont plus nécessairement des entreprises où l'on peut faire toute une carrière. Il faut donc mieux accompagner les jeunes dans leurs projets.

C'est la deuxième année que vous participez au G20 YEA. Certaines des recommandations formulées en 2013 ont-elles été entendues ?

Je ne sais pas si c'est directement lié à notre action, mais en 2013, nous avions insisté sur la formation au numérique et Benoît Hamon a annoncé que le code informatique serait enseigné (en option) dès la primaire. Il y a également le PEA-PME, qui permet à des particuliers d'investir dans des entreprises.
Mais nos revendications ne s'adressent pas uniquement aux politiques. On s'attache aussi à ce que les entrepreneurs s'impliquent, par exemple en intervenant dans les écoles. Il faut donner envie aux jeunes en leur racontant de belles histoires.

A quels problèmes font face les jeunes entrepreneurs actuellement ?

Le cadre fiscal réglementaire. Pendant un temps, c'était compliqué d'avoir un gouvernement qui changeait les lois tous les 6 mois. Cela a bloqué les investisseurs, particulièrement lors du mouvement des "Pigeons" [qui luttaient contre une tentative de réforme des plus-values de cession ndlr]. Quand on est entrepreneur et que l'on veut se développer à l'étrangerl, c'est très difficile, notamment pour recruter des talents étrangers : simplifier les visas nous serait d'une grande aide.

Au G20 YEA, vous êtes 400 entrepreneurs. Cette année il y avait 25 français. Vous côtoyez donc des chefs d'entreprise de cultures différentes. De quel pays la France gagnerait-elle le plus à s'inspirer ?

Le Royaume-Uni. On y favorise les entrepreneurs, les startups et les accélérateurs de startups. A Londres, le système de financement est beaucoup plus favorable, c'est le "hub des startups".
En France on a souvent tendance à se plaindre. Pourtant, nous avons de bons atouts, comme le CIR (crédit d'impôt recherche, qui favorise les entreprises qui investissent beaucoup dans la R & D), cité en exemple au G20 YEA, au même titre que la BPI (Banque publique d'investissement) qui a permis de relancer le processus d'investissements auprès des entreprises. Enfin, nous disposons de sociétés innovantes très compétitives. En France, nous avons aussi des atouts à faire valoir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2014 à 15:29 :
"via l'apprentissage du code informatique dès la primaire"...
Les enfants ne savent pas lire et écrire français, on de plus en plus de mal à comprendre un texte simple et on veut leur faire apprendre l'informatique au primaire?!
La première nécessité est de maitriser la langue (pour écrire des spécifications, par exemple...) puis la logique et la compréhension (comprendre le besoin, par exemple) le code vient après! quand on fait de l'informatique un tant soit peu industrielle et maintenable!
Réponse de le 28/07/2014 à 16:25 :
Certes, mais pourquoi ne pas leur proposer les trois à la fois ?
Pourquoi pénaliser ceux qui savent lire et écrire en les privant de nouvelles opportunités ? Ceci s'appelle le nivellement par le bas !
a écrit le 27/07/2014 à 21:47 :
Ouais, la France a le minitel :) Tremblez ...
Réponse de le 27/07/2014 à 22:28 :
tu travailles pour quel pays ?
a écrit le 26/07/2014 à 14:08 :
tu m'étonnes que nous avons des atouts.
Paris, 1ère au niveau mondial en innovation (PWC). la France, 1ère du Deloitte Fast 500 EMEA, 3e du Thomson Reuters Innovators derrière US et Japon (le UK n'apparaît pas).
le UK dépend des Français pour l'innovation. le soi-disant exode des français est en fait une colonisation des pays anglo-saxons. ainsi, on vient d'apprendre que les français sont les étrangers les plus influents à la City.
mais nous manquons énormément de confiance, de fierté, de cohésion. la France est le pays de la défiance. il n'y a semble t-il personne à la hauteur dans le politique et l'"élite" économique pour valoriser le pays.
Réponse de le 27/07/2014 à 7:49 :
Vous avez oublié nous on a Flamby le promoteur des scooters et manolo l'homme de la paella. La on est premier au classement mondial.
Réponse de le 27/07/2014 à 11:16 :
si tu penses que tu es quelqu'un de bien informé, constructif et assez solide pour affronter les français geignards, présente toi aux élections.
Réponse de le 28/07/2014 à 16:46 :
Merci pour votre commentaire Effix: cela fait plaisir de voir qu'il y a encore des gens qui croient en leur pays !!
Il faut arrêter de croire que l'herbe est plus verte ailleurs: tous ces étudiants qui partent soi-disant à l'étranger parce que la France c'est naze (ce que nous rabbache les médias à longueur de journée) n'ont rien compris.
a écrit le 26/07/2014 à 14:06 :
Oui mais les DUPONTS les gachent tous.
a écrit le 26/07/2014 à 12:52 :
La stratégie de ces entrepreneurs (surtout dans l' IT et le Web) est simple: commencer en France afin de bénéficier de toutes les aides publiques possibles et imaginables pour lancer la boite. Puis dès que l'entreprise se développe, aller à l'étranger et y embaucher la grande majorité des nouveaux collaborateurs afin de ne pas payer trop d’impôts. Au final, la France est perdante.
Réponse de le 28/07/2014 à 23:50 :
Je ne suis pas sûr que vs connaissiez bien le mlieu des aides publiques : ds les discours, tout est rose, en pratique ça fond comme neige au soleil...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :