Les startuppeurs français ont deux amours : New York et Paris

 |   |  1553  mots
Parisiens mais New-Yorkais d'adoption, ils créent une fertilisation croisée des deux côtés de l'Atlantique : investir dans l'écosystème devient tendance ici, tandis que French Touch et avantages sociaux s'acclimatent là-bas.

Il habite à Brooklyn depuis 2012. Il y a acheté une maison et ses enfants vont à l'école sur place. Mais il travaille... à Paris. « Je me cale sur les horaires français et je suis en France la moitié de mon temps », explique Pierre-Nicolas Hurstel, PDG d'Arianee, qui met la blockchain et ses avantages en matière de traçabilité numérique au service d'entreprises commercialisant des produits de valeur. Il n'est pas le seul, au sein de la communauté des entrepreneurs français à New York, à avoir un pied sur chaque continent. « Cela fait à peu près cinq ans que les choses ont changé », indique Benoît Buridant, le cofondateur du club FrenchFounders, qui réunit les créateurs d'entreprises de l'Hexagone à New York.

Plus question, désormais, de choisir entre les deux villes-monde, Paris ou New York. Ce sera les deux. Et plus question non plus de dénigrer la France sous prétexte qu'on l'a quittée, ni d'embrasser les yeux fermés le système américain parce qu'on y vit. « On aime la France ! », disent en choeur les startuppeurs français sur place.

Fusion des cultures

De fait, une nouvelle génération d'entrepreneurs, sans complexes et évidemment rompue aux outils de communication, a remplacé les Jean-Louis Gassée (devenu cadre dirigeant chez Apple dans les années 1980) et les Loïc Le Meur (parti à San Francisco en 2007 pour fonder Seesmic). Et elle fait fureur à New York.

La ville est devenue le nouveau pôle d'attraction technologique. « Les qualités françaises, que ce soit dans la tech ou la gestion, sont désormais reconnues aux États-Unis », se félicite Benoît Buridant, en parlant de ses compatriotes spécialisés dans l'intelligence artificielle au sein de Facebook ou de Samsung, mais aussi dans la gestion chez Kroger (grande distribution) ou à la tête de Ralph Lauren.

Et puis, ajoute-t-il, « New York, c'est pratique...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :