MDoloris vous aide à gérer la douleur

Mesurer la souffrance d'un malade afin, si possible de la réduire, telle est la mission de cette jeune société lilloise, qui vise un rapide développement mondial.
Pierre Manière

2 mn

Fabien Pagniez, 37 ans
Fabien Pagniez, 37 ans (Crédits : DR)

Un gros problème, dans le monde hospitalier, c'est qu'il est parfois difficile - voire impossible - d'évaluer finement la douleur ressentie par les patients. Et en conséquence, de lui fournir un traitement adapté. C'est en faisant ce constat que Fabien Pagniez a développé, via sa société MDoloris, une solution maison.

« Concrètement, on relève l'activité électrique du fonctionnement cardiaque, témoigne le patron lillois de 37 ans. À partir de ce signal, on mouline des algorithmes pour extraire des indices corrélés à la douleur et au confort du patient. »

Pour ce faire, MDoloris commercialise un kit doté de trois capteurs à installer sur le thorax. Avec cette solution, le personnel soignant peut ainsi fournir au patient un traitement antidouleur ultra-personnalisé.

Créé en novembre 2010, MDoloris, 2,5 millions de chiffre d'affaires au compteur, affiche une sacrée croissance.

« Aujourd'hui, nous sommes présents dans 50 pays - la Lettonie et le Qatar étant les deux derniers - et 318 CHU [centres hospitaliers universitaires, NDLR] utilisent notre solution », souligne Fabien Pagniez.

La société vient également de boucler une levée de fonds de 5 millions d'euros pour s'étendre à l'international.

« On vient de décrocher l'autorisation de mise sur le marché aux États-Unis, poursuit-il. Ce marché a un gros potentiel de développement, il représente 1,3 fois le potentiel total européen. »

En outre, MDoloris prévoit de s'implanter prochainement au Japon, au Brésil et en Chine. Pour commercialiser sa solution, elle compte ouvrir des bureaux à l'étranger, et « passer ses effectifs de 21 à 48 d'ici à 2018 », insiste le patron.Un joli tour de force, d'autant que commercialiser de nouveaux produits dans le monde médical n'est pas chose aisée.

« Obtenir les autorisations pour de nouveaux pays, ça prend un temps fou, insiste Fabien Pagniez. Pour les États-Unis, il nous a fallu dix-huit mois... »

Une fois ce sésame décroché, MDoloris passe souvent par des distributeurs spécialisés, « bien positionnés pour promouvoir nos produits », détaille-t-il.

Sans se reposer sur ses lauriers, son équipe planche déjà sur son prochain produit :

« Un dispositif pour suivre et surveiller la souffrance fœtale avant l'accouchement. »

Il permettra notamment de détecter le manque d'oxygénation du fœtus - qui cause, d'après lui, 12. 000 morts par an en Europe. Et ainsi de déclencher - ou pas - une césarienne au moment opportun.

« Cette solution devrait faire pas mal de bruit... », lâche Fabien Pagniez, visiblement loin d'être rassasié.

Pierre Manière

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.