PLTJE 2017 : Bordeaux et sa région ont désigné leurs champions

 |   |  814  mots
Les lauréats, les candidats, le jury de la sélection du Sud-Ouest à Bordeaux, le mercredi 25 janvier 2017, du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur.
Les lauréats, les candidats, le jury de la sélection du Sud-Ouest à Bordeaux, le mercredi 25 janvier 2017, du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur. (Crédits : Eric Barrière)
Pour sa sixième étape, la tournée 2017 du Prix La Tribune Jeune Entrepreneur s’est arrêtée à Bordeaux. Cinq nouveaux lauréats en Industrie, Santé, Nouveaux Services, Médias & Culture et Start ont été désignés. Ils affronteront les vainqueurs sélectionnés dans les autres régions à Paris, le 7 mars, en finale.

Après Nantes, Lille, Lyon, Marseille, Toulouse et avant Paris, le Prix La Tribune Jeune Entrepreneur a fait escale à Bordeaux, mercredi 25 janvier. Un jury de professionnels, issus des partenaires de La Tribune BNP Paribas, EDF Entreprises, AG2R La Mondiale, le réseau d'experts-comptables Audecia et la BPI, ont fait défiler la crème de l'innovation du Sud-Ouest.

Dans la catégorie Industrie, Pierre-Yves Sempere, 39 ans, espère décrocher la timbale lors de la finale avec sa startup EMS Proto, dont il est le co-créateur. La société revisite le marché du prototypage des cartes électroniques en proposant un nouveau service d'assemblage rapide (de 48 à 72h) sans outillage. De quoi satisfaire la demande des prototypeurs, qui ont besoin de souplesse et de réactivité. En quelques minutes, les algorithmes de la startup peuvent chiffrer le coût de revient de la carte électronique et faire en sorte d'en diminuer les coûts. La startup estime qu'en proposant des outils pour diminuer les coûts de production, elle encourage les entreprises à maintenir leur production en France.

Lire aussi : EMS Proto, le chaînon qui manquait à l'électronique française

Dans la catégorie Médias & Services, le jury a récompensé l'autodidacte Cédric Montet, 32 ans, co-fondateur de Libcast. Créée il y a dix ans, lorsque Cédric avait 21 ans, l'entreprise est le « YouTube » de la vidéo sécurisée pour les entreprises, les associations et les collectivités. Deuxième plateforme française de vidéos derrière Dailymotion (mais devant l'INA), Libcast permet aux professionnels d'héberger leurs contenus (communication interne, modules d'e-learning...) de manière totalement sécurisée et de les diffuser à leurs collaborateurs de manière ciblée. Son modèle SaaS a déjà séduit 120 clients, avec une forte croissance ces dernières années, dont « un quart du CAC 40 », de nombreuses banques et des écoles de commerces. 150.000 vidéos sont visionnées chaque jour.

Lire aussi : Vidéo : le business de Libcast passe par le SaaS

Dans la catégorie Nouveaux Services, Laurent Bernède, 40 ans, a séduit le jury avec WeFarmUp, sa plateforme de « co-farming » entre agriculteurs. Partant du constat que les machines agricoles sont très chères et dramatiquement sous-utilisées, l'entrepreneur propose de connecter tous les hangars entre eux et d'inventorier toutes les machines immobilisées. De quoi permettre à un agriculteur de louer à un confrère une machine dont il n'a un usage que très ponctuel, lorsque sa propre machine est en panne, ou pour tester un nouveau matériel avant d'en faire l'acquisition. De son côté, le propriétaire dégage un nouveau revenu de ses machines sous-utilisées. La startup propose aussi le paiement en ligne, la rédaction du contrat de location, de l'état des lieux et l'adhésion automatique  à une assurance.

Dans la catégorie Santé, Elien Meynard, 37 ans, a effectué le saut dans l'entrepreneuriat depuis seulement deux ans, lorsqu'il a créé Hipok avec Xavier Chétif. L'ancien directeur de cliniques (pendant 10 ans) a créé une messagerie ultra-sécurisée destinée uniquement à l'usage médical, pour leur permettre d'échanger, y compris dans le cloud, les données personnelles de santé de leurs patients, mais de manière totalement sécurisée, comme les y oblige une nouvelle réglementation. L'objectif : mieux protéger les informations sensibles et aider les médecins dans leur pratique quotidienne. La plateforme revendique déjà 1000 clients, mais adresse un immense marché de 800.000 praticiens.

Lire aussi : Hipok veut bousculer le monde de la santé

Enfin, dans la catégorie Start, dans laquelle concourent des startups de moins d'un an d'existence, le jury a été impressionné par la détermination, l'énergie et l'ambition de la jeune Marine Cotty Eslous, 27 ans, Pdg de la startup Lucine. Atteinte depuis son enfance de douleurs chroniques, l'entrepreneure/chercheure a mis au point une application de e-santé capable d'identifier la douleur en scannant le visage, la voix et la posture du corps, puis de la soulager en intégrant des technologies dont l'efficacité a été prouvée en laboratoire mais qui ne sont pas disponibles pour le public, comme une technique de relaxation multi-sensorielle en réalité virtuelle, qui agit sur le cerveau comme le ferait une dose de morphine pour soulager la douleur. Soutenue par IBM, qui l'aide à développer ses algorithmes, la startup adapte ses solutions à ses clients (des établissements de santé) et leur vend son savoir-faire en marque blanche.

Lire aussi : Projet Lucine, solution innovante pour tenir la douleur à distance

Ces cinq gagnants très prometteurs sont qualifiés pour la finale, qui se tiendra à Paris le 7 mars. Chacun d'entre eux affrontera dans sa catégorie les lauréats des autres régions. Les grands gagnants nationaux seront révélés lors d'une cérémonie au Grand Rex, toujours dans la capitale, le 28 mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :