Prix 10.000 startups 2021 : Spin-Ion fabrique les mémoires du futur

 |  | 1060 mots
Lecture 5 min.
Dafiné Ravelosona, le fondateur et CEO de Spin-Ion Technologies, a gagné le prix 10.000 startups pour changer le monde au Grand Rex de Paris le 29 mars 2021.
Dafiné Ravelosona, le fondateur et CEO de Spin-Ion Technologies, a gagné le prix 10.000 startups pour changer le monde au Grand Rex de Paris le 29 mars 2021. (Crédits : DR)
La deeptech Spin-Ion a développé un procédé de fabrication des mémoires numériques qui décuple leur densité et leur capacité de stockage, ce qui réduit leur impact environnemental. Une technologie amenée à terme à remplacer tous les dispositifs existants. La startup parisienne vient de remporter le prix 10.000 startups pour changer le monde 2021, organisé par La Tribune, dans la catégorie Data & IA.

Et si les mémoires RAM (random access memory) qui équipent ordinateurs, smartphones et objets connectés étaient beaucoup plus petites, plus denses et moins gourmandes en électricité ? C'est cette nouvelle génération de dispositifs de stockage informatique -les MRAM, "m" pour "magnetic" que met au point la deeptech francilienne Spin-Ion, qui a trouvé le moyen de les rendre dix fois plus performante et beaucoup moins nocives pour l'environnement.

Lire aussi : Prix 10.000 startups pour changer le monde : découvrez les gagnants 2021 !

Parcours académique

Son fondateur Dafiné Ravelosona est un chercheur né il y a 52 ans à Chatou (Yvelines) de parents instituteurs. Il entame des études à l'université de Jussieu puis passe son doctorat à l'ESPCI (École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris) qu'il obtient en 1995. Après deux ans en Espagne en post doctorat, il intègre le CNRS en 1998. Dix ans plus tard, il devient directeur de recherches. « Entretemps, de 2004 à 2006, je suis parti dans la Silicon Valley dans le centre de recherches industrielles d'IBM Almaden à San José. Un séjour qui a été très important dans ma décision de créer une start-up » explique Dafiné Ravelosona.

De retour dans son labo d'Orsay, il approfondit ses recherches sur les MRAM (magnetic random acess memory), un nouveau type de mémoire inusable alliant rapidité, débit et stockage augmenté. Après une publication de brevets, des industriels le contactent. « J'ai alors eu envie de valoriser mes travaux de recherche académique et de me lancer dans l'entrepreneuriat » ajoute le chercheur. Pour acquérir des connaissances plus orientées business, il suit la formation Challenge Plus Entrepreneuriat d'HEC dédiée aux chercheurs et monte Siltene, sa première start-up, déjà orientée sur l'amélioration des disques durs.

Lire aussi : Prix 10.000 startups 2021 : Lucine, la révolution du "médicament numérique"

Un coup de billard atomique

Mais la technologie s'avère en avance sur le marché et des dissensions avec son associé sur le développement à long terme signent la fin de Siltene. Suite à cette « erreur enrichissante », c'est un nouveau retour au CNRS pour devenir responsable du département nanosciences et nanotechnologies. Tout en animant les équipes de chercheurs, il continue ses recherches sur les matériaux MRAM. « J'ai découvert qu'on pouvait améliorer leur qualité avec ce faisceau ion hélium, qui permet d'augmenter fortement leur densité et donc leurs capacités de stockage » évoque Dafiné Ravelosona.

Une manipulation de l'arrangement des atomes qui permet, en changeant le « spin » (propriété interne des particules en physique quantique) des électrons, de les placer au bon endroit. Un peu comme au billard : le faisceau « tape » un atome qui va rechercher la position la plus favorable pour lui. Un processus qui s'effectue au niveau des atomes, là où la matière est ultra-mince. « Toutes les mémoires actuelles sont semi-conductrices, non magnétiques, et basées sur quelques couches atomiques de matériaux. C'est pourquoi il subsiste toujours certains verrous technologiques puisqu'il suffit qu'un atome ne soit pas à sa place pour que la mémoire ne fonctionne pas » décrypte le cofondateur de Spin-Ion. Ces MRAM ont commencé à être fabriquées industriellement pour des applications qui ne nécessitent pas beaucoup de densité. Mais dans le cas des ordinateurs et smartphones, elles ne sont pas encore assez denses.

Deux millions pour un POC

En 2017, Dafiné Ravelosona s'associe à trois business développeurs en qui il a confiance et à des partenaires industriels qui souhaitent travailler avec lui. Les quatre associés mettent 20 000 euros au capital, et contractent des prêts à zéro pour cent pour un montant de 80.000 euros : « c'était une prise de risque pour prouver aux investisseurs que nous étions confiants dans notre technologie ».

Spin-Ion remporte fin 2019 le concours i-Lab de Bpifrance et du Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation d'un montant de 400 000 euros et intègre des projets de recherche européens, soit un total d'1,2 million d'euros de fonds publics pour embaucher l'équipe R&D. Dafiné Ravasolana est en cours de discussion avec des fonds d'investissements français pour une levée de fonds de 2 millions d'euros afin de monter un POC (proof of concept) industriel.

Véritable rupture technologique, la MRAM est sur les rails : des fonderies comme le Taïwanais TSMC ou l'Américain GlobalFoundries ont investi dans des lignes de production dédiées à ce stockage du futur. Le marché principal de ces mémoires ultra rapides, ultra denses et peu gourmandes en énergie concerne les milliards d'objets connectés existants et à venir. La MRAM, insensible aux radiations, a même atterri sur Mars dans le rover de la NASA. Spin-Ion compte être prêt à effectuer un transfert technologique vers un industriel d'ici deux ans. Et devenir un des champions français et mondial de cette technique révolutionnaire.

------------------------------

Le prix "10.000 startups pour changer le monde" est le plus grand concours de startups en France. Il est organisé par La Tribune en partenariat avec BNP Paribas, la Mission French Tech, Bpifrance, Business France, le cabinet de conseil en propriété intellectuelle Germain Moreau, Enedis, le secrétariat d'Etat à l'Economie Sociale et Solidaire et le ministère de l'Outre-Mer.

"10.000 startups pour changer le monde" récompense depuis 9 ans les startups françaises les plus prometteuses dans six catégories qui incarnent les défis de demain : Environnement & Energie, Industrie du futur, Data & IA, Smart tech -innovations d'usage-, Santé et Start -pépites en phase d'amorçage. Lors d'un tour de France entre janvier et mars dans 8 métropoles françaises (Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Paris, Strasbourg et Lille), son jury d'experts et de journalistes a récompensé dans chaque région 6 startups, une par catégorie, soit 48 lauréats régionaux.

Ces gagnants se sont affrontés en finale le 15 mars en Paris, pour désigner parmi eux 8 grand prix nationaux : un par catégorie, ainsi qu'un prix Coup de Coeur et un prix Impact. Un 9è prix a également été décerné à une startup des Outre-Mer, parmi quatre finalistes primés à La Réunion et en Guadeloupe. Les 9 prix ont été remis le 29 mars 2021 au Grand Rex de Paris. Après sa victoire lors de la sélection régionale de Paris, Spin-Ion Technologies est le grand lauréat national dans la catégorie Data & IA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :