It's the industry, stupid !

 |   |  337  mots
Copyright Reuters
L'edito de Jacques Rosselin, directeur de la rédaction de La Tribune

Le rachat de Motorola par Google est spectaculaire à plus d'un titre. Il marque tout d'abord un tournant radical dans l'histoire de ce tout jeune géant de l'industrie de l'information. Pour la première fois, Google s'aventure en dehors de son terrain en passant du virtuel au réel. Génial créateur et prédateur dans le secteur du « soft », il devient fabricant de téléphones mobiles (et de décodeurs de télévision !), tout comme son redoutable et richissime concurrent Apple. Google se dote enfin d'une deuxième ligne de revenus après la publicité : celle de la vente de matériel électronique grand public. Ce rachat permet également à Google de remporter une bataille décisive dans la guerre des brevets. Cerné par Apple, Microsoft et Oracle, Google va pouvoir rattraper son retard dans ce domaine en mettant la main sur les 17.000 brevets déposés par ce constructeur pionnier du téléphone mobile. Enfin, si Google paie si cher cette acquisition (plus de 60 % de prime), c'est qu'elle lui permet de faire levier sur son savoir-faire publicitaire afin de devenir un des leaders de l'ère « post-Internet ». Demain, l'information, la publicité, le commerce, les transactions financières et la monnaie passeront d'abord par les outils mobiles. À ce titre, l'intégration verticale est une stratégie gagnante comme Apple l'a montré.

Mais c'est surtout un sentiment de soulagement qui domine à l'annonce de ce rachat, le plus important d'une série qui a marqué cette journée aux États-Unis. Enfin, nous voici de retour dans l'économie réelle. Plus question ici de spreads, de dettes souveraines, d'indices ou d'eurobonds. Après des semaines de désordres financiers et de gesticulations politiques, comme il est bon de reparler stratégie industrielle, innovation, parts de marché, brevets ! À quelques heures d'un énième mini-sommet sur la dette de la zone euro, les acteurs de l'économie, ceux qui produisent, qui créent, qui emploient, ont eu la bonne idée de se rappeler à notre bon souvenir.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2011 à 15:17 :
Du bon sens en effet, l'économie de marché c'est; des producteurs-marchands d'une part et des consommateurs-acheteurs d'autre part, l'un n'allant pas sans l'autre, c'est ce mouvement perpétuel (avec l'invention de la monnaie) que l'homme avait trouvé de mieux depuis la nuit des temps pour échanger, commercer et progresser, encore aurait il fallu ne pas le casser ! Si l'on revient à des valeurs plus saines, peut-être pourrait-on espérer à nouveau pour un avenir meilleur !
a écrit le 17/08/2011 à 13:00 :
Tout à fait d'accord, voilà ce que les vrais marchés et compétitions économiques devraient être. Bon article.
a écrit le 17/08/2011 à 9:04 :
Edito pertinent et bien formulé, bravo. Et bon courage a La Tribune, que je soutiens
a écrit le 16/08/2011 à 22:32 :
Que du bon sens... l'économie n'existe qu'à partir du moment où il y en a une '' d' ECONOMIE'', c'est à dire, celle qui crée, qui produit du réel et non du virtuel spéculatif. Il est grand temps de remettre les pieds sur terre !
a écrit le 16/08/2011 à 12:16 :
J'adore la conclusion de cet article !
a écrit le 16/08/2011 à 10:21 :
Merci de votre avis M. Rosselin, je le partage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :