Yahoo débarque sa directrice générale, Wall Street applaudit

 |   |  345  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Yahoo débarque sa directrice générale. Carol Bartz a bien relancé la compagnie, mais paye pour les mauvais résultats enregistrés ces derniers mois face à la concurrence.

Yahoo a annoncé le limogeage de sa directrice générale Carol Bartz après deux années tumultueuses à la tête du groupe internet, marquées par une stagnation du chiffre d'affaires et une relation compliquée avec son partenaire chinois Alibaba.

Licenciée au téléphone

Carol Bartz, réputée pour son franc-parler, a indiqué dans un courriel de deux phrases adressé aux employés du portail internet qu'elle avait été prévenue par un coup de téléphone du président du groupe Roy Bostock. "Je suis très triste de vous dire que je viens d'être limogée au téléphone par le président du conseil d'administration de Yahoo", a déclaré la directrice générale, qui  sera remplacée à titre intérimaire par le directeur financier Tim Morse. "Carol Bartz a été recrutée pour réorganiser le groupe et elle y est parvenue. Yahoo doit maintenant réduire ses coûts et surtout trouver une vision sur ce que le groupe veut faire dans le futur", estime Michael Yoshimi, du fonds de gestion YCMNET.

Wall Street salue ce départ

L'action Yahoo a grimpé à cette nouvelle de plus de 6% dans les transactions d'après-Bourse, à 13,72 dollars. Le titre cotait 12 dollars, en janvier 2009 à l'arrivée de Carol Bartz et 125 dollars en 2000 au plus fort de la bullet internet (regardez le parcours du titre Yahoo au cours des deux dernières années). Le portail reste l'une des destinations les plus populaires du Web mais le groupe est confronté à la concurrence de plus en plus rude de Facebook et de Google.

L'opération Alibaba : l'échec de trop

La direction a par ailleurs été critiquée pour la gestion de sa relation avec son partenaire chinois Alibaba, dont Yahoo détient environ 40% du capital. Le désaccord entre les deux sociétés a culminé en mai dernier quand il est apparu qu'Alibaba avait soudainement cédé sa filiale Alipay à une entreprise contrôlée par le fondateur d'Alibaba, Jack Ma, sans en avertir Yahoo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :