Un gros mot qui pourrait coûter un gros chèque à l'ex-patronne de Yahoo

 |   |  200  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les propos injurieux tenus par Carol Bartz, l'ex-DG du portail Internet, à l'égard du conseil d'administration pourrait lui coûter ses 10 millions d'indemnités.

Congédiée d'un simple coup de fil du président du conseil d'administration mardi dernier, Carol Bartz, l'ex-directrice général de Yahoo, n'a pas digéré cette éviction brutale. Elle s'en est ouverte sans détours au magazine américain « Fortune », lâchant quelques noms d'oiseaux à l'égard du conseil d'administration du portail Internet, dont elle assurait ne pas vouloir démissionner.

L'ex-patronne de l'éditeur de logiciels de design numérique Autodesk, nommée à la tête de Yahoo en janvier 2009, a lancé que le conseil l'avait « entubée » (« fucked me over » en anglais), traitant au passage les administrateurs d'« andouilles » ou « imbéciles » (« doofuses »). Un dérapage sous le coup de la colère ? Selon Fortune, ces propos injurieux pourraient lui coûter ses indemnités de licenciements. Mais le site AllThingsDigital (groupe Dow Jones) croit savoir que Carol Bartz, malgré son franc-parler, devrait bien percevoir un "cadeau de départ " de 10 millions de dollars.

Le Wall Street Journal a révélé ce week-end qu'elle avait finalement accepté de démissionner de son poste d'administratrice. La pétulante sexagénaire conserve par ailleurs son mandat de membre du conseil du géant des routeurs Cisco.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/09/2011 à 9:32 :
Cette femme a raté le coup de sa vie en refusant de se vendre à MICROSOFT pour plusieurs dizaines de milliards de dollards en 2009; elle sort maintenant par la petite porte.
Réponse de le 21/09/2011 à 18:47 :
millions, pas milliars
a écrit le 14/09/2011 à 15:43 :
nous qui nous gagarisons de" LIBERTE D'EXPRESSION " et alors ....elle est bien libre de dire ce qu'elle veut Non?
a écrit le 14/09/2011 à 7:52 :
Elle a perdu son sang froid!
Cette méthode de licenciement ne me semble pas choquante dans le contexte américain. Elle a perdu le self-control sous impulsion de la colère et de l'humiliation.
a écrit le 13/09/2011 à 10:29 :
Merci pour la leçon d'américain.
a écrit le 13/09/2011 à 7:19 :
elle a eu raison de se faire plaisir, aprés tout c'est peut être la vérité qu'ils soient ce qu'elle a dit et se faire virer par un coup de telephone c'est élegant, courtois ou poli, alors !
a écrit le 12/09/2011 à 16:40 :
Je pense que si elle s'est permis ces écarts de language ce n'est pas sans raison. Voila au moins quelqu'un qui ne se laisse pas faire et n'a pas peur de l'ouvrir. Très bien !
a écrit le 12/09/2011 à 15:02 :
Cette poissoniere n'a ce genre de poste que grace a la discrimination positive...
Réponse de le 12/09/2011 à 17:27 :
What ?!
Tu penses franchement qu'on donne un poste aussi important que pour remplir des quotas ?!
Réponse de le 13/09/2011 à 7:28 :
Les hauts dirigeants sont payés de manière extravagante pour mener une stratégie gagnante de l'entreprise. Quand ils échouent, ils reçoivent une indemnité extravagante.
La stratégie est souvent un coup de poker et l'on ne gagne pas à tous les coups et elle peut devenir une tragédie. Beaucoup d'ex-dirigeants peuvent témoigner de leurs échecs à ce jeu.
a écrit le 12/09/2011 à 14:32 :
Le moins que l'on puisse espérer de gens qui gagnent des fortunes à ne pas faire grand chose, c'est à dire des réunions, c'est qu'ils affichent un minimum de tenue...
Réponse de le 12/09/2011 à 18:46 :
Il y a encore des ... qui persistent à penser que les réunions ne sont pas du travail. Je leur souhaite de continuer comme ça et de ficher la paix à ceux qui y vont.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :