Zynga, la star du jeu social, fait tourner la tête des investisseurs

 |   |  364  mots
La Tribune Infographie
La Tribune Infographie
Le géant californien des jeux pour Facebook annoncera ce jeudi le prix de son introduction sur le Nasdaq. La plus grosse opération du secteur Internet depuis Google en 2004.

Ce sera la plus importante levée de fonds du secteur Internet depuis l'entrée en Bourse de Google en 2004. L'arrivée sur le Nasdaq de Zynga, dont on connaîtra ce jeudi le prix définitif d'introduction, aura valeur de test pour le marché high-tech, dans un contexte financier tourmenté, et pour le jeune secteur du « social gaming », ces jeux qui ont connu un essor fulgurant grâce à Facebook. Créée il y a quatre ans, la start-up de San Francisco devrait lever 900 millions et peser environ 7 milliards de dollars, légèrement plus qu'Electronic Arts, le numéro deux mondial du jeu vidéo traditionnel pour PC et console, qui a d'ailleurs racheté un autre spécialiste des jeux « sociaux », Playfish, en 2009, pour se lancer à son tour sur ce segment en plein essor.

Car le marché mondial de ce type de jeux a explosé depuis 2008 : il a été multiplié par 20, selon IHS iSuppli, à 1,4 milliard de dollars en 2010. Il devrait doubler encore d'ici à 2015. Avec ses hits comme « FarmVille » et « CityVille », des jeux dits de « gestion de ressources » où l'on construit une ferme, une ville, etc, Zynga s'est imposé comme la locomotive de ce marché et le grand leader (39 % de part de marché en 2010). Ces jeux sont gratuits mais une infime partie des joueurs (moins de 3 %) acceptent de payer des biens virtuels avec des « crédits Facebook », des millions de microtransactions qui ont rapporté quelque 828 millions de dollars de chiffre d'affaires à Zynga au cours des neuf premiers mois de l'année.

Problème, ces jeux très addictifs, qui attirent un public plus féminin et plus âgé que les jeux pour PC ou console, lassent vite leurs utilisateurs. Il faut créer sans cesse des nouveautés et la concurrence est rude, qu'il s'agisse des géants du secteur comme EA, dont le jeu « Sims Social » a fait une percée fulgurante, ou de jeunes acteurs européens, comme Wooga (voir ci-dessous). À Tokyo, le sud-coréen Nexon, que l'on présente comme le Zynga asiatique, vient de lever 1,2 milliard de dollars mais a terminé sa première séance de cotation mercredi légèrement sous son prix d'introduction. Un mauvais présage ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2012 à 16:55 :
je suis un joueur de poker zynga, et je avais une compte facebook ou je joue régulièrement mais je pouvez pas récupérer mes collection, je envoyé plusieurs émail, pas grande chose comme réponse, que le 27/12/2012 je ouvert une nouvelle compte facebook juste pour jouer au poker, après de être active, je me suis acheté deux carte itunes de un valeur total de 100frs (suisse), je les active sur mon portable (iphone), comme je avait l?application zynga poker sur le portable je acheté 112 millions de jetons pour la totalité de 100frs (suisse), quelque minutes après de jeux je reçu une message en disant que je été bloque, parce que je ne pas respecte le condition de utilisateur, en se message disait aussi que se je veux continuer a jouer zynga poker je devait accepte la perde de mes jetons. que je pouvez garde que 1 million, que moi je acheté 112 millions légalement, je envoyé déjà plusieurs email toujours bloque et saint précise quel règlement je pas respecte, et bien je tire que une conclusion, je été idiot en acheté, comme je voix ici pas mal de personne que se font arnaque, je écrit pour voir se il a une solution....merci et bonne année...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :