Les Européens tolérants et décomplexés à l’égard du téléchargement illégal

 |   |  700  mots
42% des citoyens de l’Union et 57% des 15-24 ans estiment acceptable de télécharger ou consulter illégalement des contenus protégés par des droits d’auteur pour un usage personnel, selon une enquête de l’Observatoire européen des atteintes aux droits de propriété intellectuelle.

A l'heure où l'Hadopi, l'autorité française de lutte contre le piratage, vit ses dernières semaines, avant d'être absorbée par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) l'an prochain, les comportements et la perception du téléchargement illégal ont-ils évolué ?

En France, comme ailleurs dans l'Union européenne, les citoyens se montrent plutôt tolérants sur le sujet, selon une enquête* menée par l'Observatoire européen des atteintes aux droits de propriété intellectuelle pour l'Office européen officiel des marques, dessins et modèles (OHMI).

Ainsi, 42 % des Européens interrogés estiment qu'il est « acceptable de télécharger ou de consulter illégalement du contenu protégé par droits d'auteur lorsqu'il s'agit d'en faire un usage personnel. » Et le pourcentage grimpe à 57% chez les 15-24 ans (47,5% chez les jeunes Français)

Quatre jeunes Européens sur 10 jugent les offres illégales plus diversifiées  

Du côté des actes, seulement 9% des Européens interrogés déclarent avoir « intentionnellement consulté, téléchargé ou diffusé du contenu illégal sur Internet au cours des douze derniers mois » (10,6% en France), mais ils sont 26% chez les 15-24 ans, et même 33% en France, en particulier chez les jeunes hommes : 31% dans cette classe d'âge (37% chez les jeunes Français) contre 21% pour les jeunes femmes - peut-être plus technophiles. Il s'agit de déclaratif, potentiellement en dessous de la vérité.

Les seniors sont, sans surprise, les moins pirates : moins de 2% des 55 ans et plus, contre 5% des 45-54 ans, 9% des 35-44 ans et 17% des 25-34 ans. L'âge et le sexe ont donc une incidence bien plus importante que le lieu de résidence, les différences étant minimes entre les Etats membres. Le problème vient-il de l'offre légale ? En partie, d'après les réponses.

En effet, seuls 22% des sondés estiment acceptable de télécharger illégalement « lorsqu'il n'existe pas d'alternative légale » (42% chez les plus jeunes) mais 33% des 15-24 ans considèrent que les solutions illégales ont une meilleure offre que les plateformes légales (27% en moyenne tous âges confondus) et près de quatre sur dix d'entre eux jugent qu'elles ont une offre plus diversifiée (39%).

Condamnation théorique, justification des infractions

L'enquête montre pourtant que, en théorie, les Européens condamnent les violations de propriété intellectuelle, en particulier concernant la contrefaçon : 74% des sondés ne jugent pas acceptable d'acheter des produits contrefaits « lorsque le prix de l'original est trop élevé » ou « lorsqu'il s'agit de produits de luxe » (84%). Ils sont aussi quasi unanimes pour reconnaître le rôle que la propriété intellectuelle joue dans l'innovation ainsi que dans la création d'emplois et la croissance (69%).

Mais lorsque la question sort du champ théorique, les sondés sont prêts à justifier les infractions : plus d'un tiers soutiennent qu'acheter des articles contrefaits « permet de faire un achat intelligent en préservant son pouvoir d'achat » (34%) ou qu'il s'agit d'un « acte de protestation et une façon de résister à l'économie guidée par les marchés et les grandes marques haut de gamme » (38%), ce qui montre « le fossé existant entre les principes partagés et les réalités d'un façon de vivre individuelle plus pragmatique et davantage autocentrée » analyse l'étude.

Plus généralement, plus de 40% des Européens interrogés estiment que les principaux bénéficiaires de la propriété intellectuelle sont « les grandes entreprises et les artistes célèbres » et ne pensent pas qu'elles en tirent un bénéfice personnel. Prêchant pour sa paroisse, l'office européen des brevets conclue qu'il est nécessaire de « prendre de nouvelles mesures pour démontrer la valeur que la propriété intellectuelle amène aux citoyens européens dans leur vie de tous les jours, en particulier auprès des plus jeunes générations qui se distinguent clairement des autres groupes d'âge. »

* enquête réalisée par téléphone par TNS auprès de 26.500 personnes âgées de 15 ans et plus, entre décembre 2012 et août 2013 dans les 28 pays de l'UE.

> Consulter l'intégralité de l'étude

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2013 à 21:21 :
Et pourquoi le médicament que j'ai créé ne m'appartient que 7 ans, alors que la musique que ma fille a sortie lui appartient même 70 ans après sa mort...
a écrit le 26/11/2013 à 18:57 :
je ne suis pas pour le téléchargement illégal... mais tous nos enfants on des lecteurs MP3, 4 qui sont vendus de façon tout à fait légale .... mais où trouver ces mêmes fichiers ???
Réponse de le 27/11/2013 à 18:26 :
Amazon.fr vend des albums ou titres au format MP3 (compression avec pertes), Qobuz au format FLAC (compression sans pertes), etc Chaque catalogue semble grossir progressivement et à terme vous ne pourrez plus justifier du déficit de l'offre pour pirater sans vergogne. Restera alors le prix néanmoins j'observe que l'offre de Qobuz tend à être comparable au marché physique (le support en moins).
a écrit le 26/11/2013 à 9:07 :
@Quelques questions

Vous êtes hors sujet mais votre prose semble vouloir détourner l'attention des lecteurs de la contrefaçon numérique par le téléchargement. Est-ce que les pirates sont autant tolérant face au viol de leur vie privée par les webmasters (pas seulement issus des "géants" du net)? Pas si sûr! Sur la toile comme ailleurs, la liberté des uns s'arrête là où commence celles des autres. A méditer.
Réponse de le 26/11/2013 à 12:09 :
Ce n'était pas le cas, et je le dis dès la première phrase. J'essaie simplement de replacer les choses dans leur contexte. Et je ne pratique nullement cet activité ni ne la justifie.
Avouez néanmoins que pour de nombreux sujets tels que celui-ci, ce qui semble se faire jour (d'où peut-être l'apparente contradiction des résultats) est la légitimité face à la légalité.
Réponse de le 26/11/2013 à 19:00 :
vive fessesbouc !
a écrit le 26/11/2013 à 6:25 :
Parlons donc de tout sauf de ce qui fâche.
A l'heure des négociations avec les US et au moment où sont révélées les dispositions du TPP (pour ne citer que ces exemples) on omet de dire ou de s'intéresser à:
1. des biens qui sont déjà outrageusement financés par la collectivité (notamment en France) sont-ils publics ou privés? Cette question se pose d'autant plus que la même collectivité finance le droit de créer, d'émettre, et de recevoir, y compris de manière globale en payant des taxes pour la simple capacité à recevoir ou conserver et non la réception ou la conservation effective de données.
2. l'évolution du droit de propriété vers un droit d'usage restrictif (accentuation de la rente au profit des oligopoles) est-il acceptable? Les biens immatériels ne sont pas les seuls concernés, cette dérive est globale.
3. quel lien les consommateurs à qui on vole leurs données privées et dont on viole régulièrement les droits fondamentaux, font-ils entre droit et légitimité? On se posera la question à l'aune des récentes révélations sur le viol quasi permanent de nos données personnelles, de notre vie privée qu'on rogne toujours un peu plus et de la marchandisation de ces actions? Au delà de la NSA, la question se pose de tous les systèmes et produits récupérant des données à notre insu et organisés et commercialisés intentionnellement à cet effet sans qu'aucune sanction ne soit portée.
4. Quel est l'impact de la présence quasi-permanente de messages non désirés dans l'environnement quotidien des citoyens (la publicité par exemple) à laquelle ils ne peuvent se soustraire et la perception de la légitimité d'un droit d'usage?
5. Enfin, quel peut -être la perception de la pertinence de l'imposition d'un modèle de droits (royalties) issu de l'époque industrielle à celle du numérique? Modèle fondé notamment sur le coût unitaire de production, alors même que le monde numérique se caractérise pour toutes ses autres composantes par une économie fondée sur un coût de production marginal quasi nul?
a écrit le 25/11/2013 à 22:49 :
Vivement que l'HADOPI ou une petite cousine mette son nez dans nos assiettes... Là c'est pas les particuliers qui fraudes.
a écrit le 25/11/2013 à 20:36 :
A quand une révision des lois scandaleuses des "héritiers" en tous genres (portes ouvertes à tous les abus et rentes de situation) défendus par ces groupes style SACD at autres syndicats ?
a écrit le 25/11/2013 à 19:56 :
Le jour ou les maisons de prods comprendront qu'en proposant une offre large, et accessible de films, musique, le téléchargement illégal deviendra beaucoup moins important.
a écrit le 25/11/2013 à 16:09 :
Les jeunes limite le deficit exterieur grace a ca, merci ! Pourquoi punir les Europeens pour un manque a gagner principalement Americain ?
a écrit le 25/11/2013 à 16:06 :
En chine et en russie, le téléchargement illégal n'est pas sanctionner
Réponse de le 25/11/2013 à 19:25 :
Peut-être pas le téléchargement, mais trois fautes d'orthographe dans une seule phrase vous mène directement au peloton d'exécution aussi bien en Chine qu'en Russie.
Réponse de le 25/11/2013 à 19:26 :
Peut-être pas le téléchargement, mais trois fautes d'orthographe dans une seule phrase vous mène directement au peloton d'exécution aussi bien en Chine qu'en Russie.
a écrit le 25/11/2013 à 15:15 :
Si l'état vous taxait d'emblée de quelques centaines d'euro à l'achat de votre voiture pour excès de vitesse. Est ce que vous ne vous sentiriez pas quelque part en droit de flirter avec les 90 km/h ? Hé bien c'est ce qui se passe avec le numérique puisqu'on vous impose à l'achat une taxe "de contrefaçon" rebaptisée redevance sur tous les supports (DD, clefs USB, CD/VDV, Cartes mémoires) destinée à compenser les ayant droits de supposés téléchargements illégaux que vous ne manquerez pas de commettre (internaute = fraudeur). Au total, votre disque dur et vos clef USB ne verront que des fichier bureautique et des documents comptables, mais on vous aura fait payer pour une infraction que vous n'avez pas commise. Ce racket rapporte 192 millions aux éditeurs de musique. Dès lors et puisqu'on me prend pour un con, les pirates ont toute mon indulgence.
Réponse de le 25/11/2013 à 16:00 :
+1
Réponse de le 25/11/2013 à 16:47 :
+1
Réponse de le 25/11/2013 à 17:53 :
@Normal

Autant je ne peux que déplorer l'escroquerie sur les supports d'enregistrement (compensant un piratage inestimable car frauduleux) sans aucune légalisation de la copie privée par les ayant-droits, autant je ne peux tolérer la violation du droit d'auteur par les pirates. Vous nous dites que c'est grosso-modo du vol, je vous répondrai que vous n'êtes ni obligé de payer cette taxe française (merci l'Europe) et ni obligé de violer le droit d'auteur.
Réponse de le 25/11/2013 à 19:52 :
La taxe est incluse dans le prix TTC sauf à utiliser du matos importé illégalement de chine , pas moyen d'y couper. Faudrait pas prendre les gens pour des c...s. En quoi le fait d'acheter une clef USB où un HD VIDE viole les droits d'auteurs de qui que ce soit ? Alors, comme le gouvernement présuppose que je suis un fraudeur , ce qui est faux, insultant et contraire au principe de la présomption d’innocence, et bien je me console facilement des téléchargements illégaux des autres.
Réponse de le 25/11/2013 à 22:56 :
Pour ma part télécharger m'évite d'acheter des dvd pourris car les films qui me plaisent finissent toujours par être acheté. Maintenant si je ne peut voir le film avant de l'acheter, je ne l’achète pas. Il me semble qu'on paie une redevance TV et malheureusement que ce soit une chaine qui en bénéficie ou non les film récents sont très rare... Il faut toujours attendre plus de trois ans avant de pouvoir le voir diffuser. Il est donc plus simple de télécharger le film même en mauvaise qualité pour décider de l'acheter. Les grands groupe non cas créer ces plateforme et mettre a dispo les film en petit format et gratuitement et le "piratage" dont ils parlent disparaitra.
Réponse de le 26/11/2013 à 1:13 :
@anonyme

Pourquoi importer des supports de Chine alors que celle-ci ne s'applique pas dans l'UE (France exclus)? Vous déformez mes propos car je n'ai jamais prétendu qu'acheter un support vierge violait le droit d'auteur mais plutôt que les pirates justifiaient un "droit" à la contrefaçon par l'obligation de payer la taxe sur les supports. Bien que vous êtes redevable de cette taxe à l'importation de supports hors hexagone, cette fraude est bien plus légitime que le piratage massif opportuniste.
Réponse de le 26/11/2013 à 1:19 :
@aaa

Vous êtes la parfaite illustration du piratage opportuniste. Si votre boulanger ne vous fait pas goûter son pain, vous irez lui voler 10 baguettes? J'en doute. Une peu de courage et osez le vole à l'étalage! Si ça ressemble à du caca et ça sent le caca, c'est très probablement du caca. Vous éviter d'acheter des films pourris... la belle blague!
a écrit le 25/11/2013 à 14:54 :
pour quand la suppression du CSA, un comité pour caser des amis mais onéreux pour le contribuable pour une mission assez floue et sans grande envergure.
a écrit le 25/11/2013 à 14:42 :
Itunes et Deezer ont réglé le problème d'offres dans la musique. Il reste maintenant le problème de la VOD dont l'offre n'est pas adaptée et encore beaucoup trop cher. A quand un Netfix français ou une licence globale.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :