Les élections européennes à la merci des "fake news" ?

 |   |  1725  mots
La législation devrait refléter la réalité des menaces actuelles et définir des standards pour l'ensemble de l'industrie [...] Nous pouvons bannir les acteurs malveillants, mais seuls les gouvernements peuvent créer des sanctions qui découragent les interférences, tribune du 30 mars 2019 de Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook.
"La législation devrait refléter la réalité des menaces actuelles et définir des standards pour l'ensemble de l'industrie [...] Nous pouvons bannir les acteurs malveillants, mais seuls les gouvernements peuvent créer des sanctions qui découragent les interférences", tribune du 30 mars 2019 de Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook. (Crédits : Reuters)
ENQUÊTE. Des solutions existent pour lutter contre le fléau mondial des fausses nouvelles. Mais l’absence d’un cadre législatif au moins européen rend difficile une collaboration efficace entre les États et les plateformes comme Facebook, Google et Twitter. Pour montrer patte blanche, Mark Zuckerberg, Pdg de Facebook, a rencontré à Paris Emmanuel Macron le vendredi 10 mai dans le cadre de sa tournée européenne.

Les fake news vont-elles pourrir les élections européennes du 26 mai en France ? C'est un sujet de crainte alors que la campagne débute. Forcément, l'épineuse question de la régulation de la désinformation sur Internet ressurgit. Et plus de deux ans après les premiers débats sur la question, les États et les plateformes jouent encore une partie de ping-pong, chacun rejetant la responsabilité sur l'autre. Les États exigent plus de transparence de la part des géants du Net, quand ces derniers disent ne plus pouvoir lutter seuls face à un tel fléau mondial. Le serpent se mord la queue.

Pourtant, les théories du complot sont vieilles comme le monde. Mais les fausses nouvelles ont pris une ampleur inédite depuis 2016. Cette année-là, elles ont réussi à influer sur l'issue du vote du Brexit, puis de l'élection présidentielle américaine, avec des conséquences majeures pour l'Europe et le monde. Ces tentatives d'ingérences ont été attribuées à des puissances étrangères, notamment la Russie. « 2016 a constitué un tournant avec l'utilisation de fake news à des fins de propagande politique. Le ciblage publicitaire permis par les plateformes a aggravé leur portée », analyse Romain Badouard,...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2019 à 20:59 :
Les fakes news sont apparues seulement quand le pouvoir a voulue en faire la chasse!
a écrit le 13/05/2019 à 13:23 :
Les écolos et la scientologie même combat !
a écrit le 13/05/2019 à 13:20 :
Moi je préfère un internet libre à des fake news d' état. Pour exemple et contrairement à ce que nous ressasse la propagande européiste, l' UE ne nous enrichit pas mais nous coûte "un pognon de dingue" à la France et en fait un dindon de la farce, 56 millions de perdus par français sur 17 ans source CEP allemand, deuxième pays a avoir été rincé après l' ITALIE (76 milliards). Hé oui, la libre circulation des marchandises et la concurrence libre et non faussée (imposées par l'UE) sont de vrais dangers sanitaires, d'autant plus que les médicaments ne sont pas des marchandises ordinaires...
Réponse de le 13/05/2019 à 18:51 :
@Bourguida Pour lutter contre les fake news d' état il faut commencer par respecter et présenter la vraie pluralité d' opinion et pas les opposants pour rire qui prétendent changer l' UE à 27, offrir une vraie parité de temps médiatique et enfin, imposer la charte de Münich à tous les journalistes, ça leur évitera de lire un prompteur d' état !
Retour vers le futur car on se croirait déjà en ex Urss.
a écrit le 13/05/2019 à 9:05 :
"Des solutions existent pour lutter contre le fléau mondial des fausses nouvelles. "

Interdire les médias de masse déjà et avant tout, ce rien absolu qu'ils nous proposent n'étant qu'une incitation aux éberlués de toutes sortes de faire n'importe quoi avec. Merci.

Au lieu de nous souler avec la propagande politique et économique donnez nous de véritables informations et vous couperez l'envie aux gens de raconter n'importe quoi.
Réponse de le 13/05/2019 à 16:24 :
les mensonges de nos dignitaires !
Réponse de le 13/05/2019 à 17:22 :
Attention quand même, les mensonges sont rares au sein des médias de masse mais par contre les non dits, les euphémismes, extrapolations et interprétations de toutes sortes elles y sont pléthores.

C'est bien fait malgré tout hein c'est que ça nous manipule depuis des décennies quand même ! :-)
a écrit le 13/05/2019 à 6:45 :
Fesse bouc est une calamite. La montagne de sucre devrait etre eliminee.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :