Pratiques anti-concurrentielles : le chantage de Facebook aux développeurs

 |   |  510  mots
Un journaliste d'investigation indépendant, Duncan Campbell, a remis à plusieurs médias 7.000 pages de documents datés de 2011 à 2015. Plus de 1.000 sont estampillées hautement confidentiel.
Un journaliste d'investigation indépendant, Duncan Campbell, a remis à plusieurs médias 7.000 pages de documents datés de 2011 à 2015. Plus de 1.000 sont estampillées "hautement confidentiel". (Crédits : Carlos Garcia Rawlins)
Le plus grand réseau social au monde aurait mis en place des pratiques anti-concurrentielles à l'égard des développeurs, entre 2011 et 2015, selon une enquête relayée dans la presse américaine. Facebook aurait fait pression sur les développeurs d'applications pour qu'ils achètent de la publicité ou lui remettent les données de leurs utilisateurs.

Facebook a encouragé des développeurs à concevoir des applications mobiles sur sa plateforme, avant de faire pression sur eux pour qu'ils achètent de la publicité sur le réseau social ou lui remettent les données de leurs utilisateurs, d'après des organes de presse. Un journaliste d'investigation indépendant, Duncan Campbell, a remis à plusieurs médias, dont Computer Weekly (presse informatique) et NBC News (chaîne de télévision américaine), 7.000 pages de documents datés de 2011 à 2015, dont 4.000 de communications internes (emails, présentations, etc). Plus de 1.000 sont estampillées "hautement confidentiel".

"Les documents que nous avons publiés révèlent comment Mark Zuckerberg et son équipe de direction ont trouvé des moyens de se servir des données des utilisateurs de Facebook - y compris des informations personnelles sur leurs amis, leurs relations et des photos - pour faire pression sur ses partenaires", a tweeté Duncan Campbell mercredi.

Un accès privilégié aux données conféré à Amazon

Les documents, mis à disposition sur Internet mercredi, proviennent d'un dossier sous scellé d'un tribunal californien, dans le cadre d'une action en justice menée par Six4Three, un ancien éditeur d'application qui accuse Facebook de l'avoir ruiné, comme d'autres éditeurs, en coupant leur accès aux informations personnelles.

"Facebook a donné à Amazon un accès privilégié aux données des usagers parce qu'il dépensait beaucoup d'argent en publicité sur le réseau. Mais des rivaux ont été écartés. Les documents révèlent que l'appli MessageMe s'est vu couper son accès aux données parce qu'elle était devenue trop populaire et faisait de la concurrence à Facebook", indique encore Duncan Campbell.

Facebook n'a pas réagi aux sollicitations de l'AFP sur cette fuite de documents. Le géant américain des réseaux sociaux a vu les fronts judiciaires se multiplier aux États-Unis depuis cet été, comme d'autres entreprises de la Silicon Valley (Google, Amazon, Apple...). Début juin, la commission judiciaire de la Chambre des représentants a annoncé l'ouverture d'une enquête, soutenue par des élus des deux partis, sur "la concurrence sur le marché numérique".

Au niveau fédéral, une vaste investigation sur d'éventuelles pratiques anti-concurrentielles des grands groupes technologiques a été lancée fin juillet par le ministère de la Justice. En parallèle, 45 États américains enquêtent depuis octobre sur la gestion des données personnelles et les pratiques commerciales de Facebook.

Lire aussi : Facebook : la mauvaise semaine de Mark Zuckerberg

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2019 à 0:08 :
Pour la nième fois, je vais redire qu'il faut se désinscrire de Facebook, ça ne sert à rien, la preuve, je m'en passe très bien et franchement ce fut plus facile que d'arrêter la cigarette il y a... 40 ans.
NB : Pour y arriver, une seule solution, arrêter instantanément ( c'est très dur 8 jours) . Ensuite, c'est une question de volonté jusqu'à ce que finalement...on oublie.J'ai oublié le tabac ... bye bye Facebook ...et je respire !
Réponse de le 08/11/2019 à 13:43 :
Bien sûr ! Mais il va falloir encore combien de scandale pour que les gens comprennent enfin et abandonnent en masse ce produit ??
a écrit le 07/11/2019 à 15:30 :
Rien de nouveau sous le soleil! cela confirme juste comment fonctionne ce type d'entreprises, comment l'objectif est de mettre la main sur tout ceux qui développeraient la concurrence.

Au vue de ce qui s'est passé en Angleterre et aux US, lorsque les règles n'existent que peu, que le consentement du transfert des données ou des savoirs faire se faisant avec amazone, pouvions nous douter un instant sur l'objectif de ce type de groupe?

Et heureusement qu'il y a des contre pouvoirs aux us, l’Europe suivra, car c'est la seule chose qu'elle est capable de faire......
Réponse de le 07/11/2019 à 22:58 :
J'écris sur la Tribune depuis quelques temps, et je constate que chaque fois que le sujet est sur la critique d'un des gafam, il y a peu ou pas de gens qui donne un avis!!??? la peur? ce fut le cas pour amazone la dernière fois.

Donc investiguer c'est attendre pour voir si la circonstance se reproduit !
a écrit le 07/11/2019 à 15:16 :
Et dire que cette société tellement "cool" veut mettre en circulation une (fausse) monnaie qu'elle contrôlera.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :