Snapchat vérifie les publicités politiques sur son réseau pour lutter contre la désinformation

 |   |  323  mots
(Crédits : © Lucy Nicholson / Reuters)
Les publicités politiques sur Snapchat sont passées au crible pour s'assurer qu'elles ne sont pas trompeuses ou fallacieuses, a confirmé lundi 18 novembre Snap, la maison mère du réseau social.

La vérification se fera au peigne fin assure Snapchat. Pour cause,  la plateforme prisée des adolescents a assuré qu'elle passerait au crible toutes les publicités - même celles politiques - à l'oeuvre sur son réseau. Snapchat n'adopte ainsi ni la stratégie de Facebook - qui autorise la plupart des publicités politiques, même en cas de mensonge - ni celle de Twitter qui va quasiment toutes les interdire. "Nous examinons toutes les publicités, y compris les publicités politiques", a dit le président-directeur général de Snapchat, Evan Spiegel, dans un article publié par CNBC.

"Ce que nous essayons de faire, c'est de créer un lieu pour les publicités politiques sur notre plateforme, surtout dans la mesure où nous touchons beaucoup de jeunes et de primo-votants, nous voulons qu'ils puissent être intégrés à la discussion politique mais nous n'autorisons pas des choses comme la désinformation dans ces publicités", a poursuivi le jeune dirigeant.

Facebook fait tout l'inverse

Snapchat interdit les publicités politiques trompeuses ou fallacieuses et a une équipe chargée de décortiquer ces messages sponsorisés pour s'assurer qu'ils n'enfreignent pas la réglementation du réseau social.

Fin octobre, Twitter avait lancé un énorme pavé dans la mare en annonçant que le réseau social n'accepterait plus aucune publicité à caractère politique où que ce soit dans le monde. La plateforme californienne a néanmoins indiqué vendredi exempter les bonnes causes, comme la défense de l'environnement ou la promotion de l'égalité sociale, de cette interdiction.

Chez Twitter, ces règles vont entrer en vigueur à partir du 22 novembre. Chez Facebook, on prône l'inverse. Mark Zuckerberg, le patron-fondateur du premier réseau social au monde, a récemment défendu les messages politiques sur sa plateforme, y compris s'ils comportaient des mensonges ou des contre-vérités, au nom de la liberté d'expression.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2019 à 9:12 :
Il serait beaucoup plus simple et sûr d’interdire les publicités politiques étant donné que la censure ne peut qu'être subjective dans ce domaine.

Les politiciens n'ont qu'à se faire de la publicité par leurs actes et leurs compétences dont on entendrait parler s'ils en avaient.
a écrit le 19/11/2019 à 16:27 :
Si Snapchat autorise les publicités pour les bonnes causes, la campagne de l'UPR y sera certainement diffusée, seul François, impérial dans son peignoir, pouvant nous sortir de l'UEligarchie bruxelloise décentralisée anthropophage et liberticide.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :