La deuxième vague du label French Tech déferle sur New York

 |   |  546  mots
Sur les 100 startups à New York qui ont été montées par des Français, les trois quarts l'ont été en France, affirme Frédéric Montagnon, qui porte le projet French Tech à New York.
"Sur les 100 startups à New York qui ont été montées par des Français, les trois quarts l'ont été en France", affirme Frédéric Montagnon, qui porte le projet French Tech à New York. (Crédits : DR)
La ville américaine a décroché mercredi le label, à côté de huit agglomérations et régions françaises.

Le label "French Tech" s'étend désormais hors de France. Non seulement huit agglomérations ou régions françaises ont rejoint dans la nuit de mercredi 24 à jeudi 25 juin les neuf métropoles -en plus de Paris- qui avaient déjà été distinguées en novembre dernier. La ville de New York a aussi été ajoutée à la liste dans le cadre de la deuxième vague de cette appellation, a annoncé la secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire.

"Il y a une nouvelle plateforme French Tech à l'étranger, c'est New York", s'est réjouie la secrétaire d'Etat au premier jour de la French Touch Conference, deuxième édition d'une manifestation destinée à marier startup françaises et investisseurs à l'étranger.  Elle a souligné que la métropole américaine était la première ville non française à recevoir cette labellisation, qui déclenche des financements de Bpifrance, des invitations sur des salons internationaux par Business France et permet une meilleure visibilité.

Egalement présent, Emmanuel Macron, le ministre de l'économie, a salué l'initiative :

« Bravo à French Tech New York qui établit un pont avec la France pour dynamiser l'activité de nos startups à l'international. »

Des French Techs hubs sur toute la planète

"La French Tech, c'est l'équipe de France du numérique et de l'innovation qui part à la conquête du monde", a lancé Axelle Lemaire, avant de préciser qu'elle escomptait en fin de compte distinguer des "French Tech hubs" sur les cinq continents.

L'entrepreneur Frédéric Montagnon, qui porte le projet French Tech à New York, a décrit l'écosystème "French Tech" déjà présent:

"Sur les 100 startups à New York qui ont été montées par des Français, les trois quarts l'ont été en France, et trouvent une extension ici pour laquelle les fondateurs se sont déplacés", tout en maintenant généralement en France leurs services de recherche-développement, a-t-il expliqué.

Il a expliqué que le label se traduit déjà par un site internet, "avec des startup, des investisseurs, et la liste des dispositifs pour les aider". La distinction vient aussi renforcer les diverses structures qui permettent aux entrepreneurs français d'entretenir leurs réseaux à New York.

Huit métropoles et territoires distingués

Quant aux huit agglomérations ou régions françaises sélectionnées, il s'agit de quatre métropoles "où la dynamique entrepreneuriale est particulièrement mature" ainsi que de quatre territoires où a été identifiée "une thématique d'excellence autour de laquelle se construit l'écosystème d'innovation".

Les premières comprennent:

- Brest Tech Plus, qui inclut également Morlaix, Quimper et Lannion;

- Normandie French Tech avec Rouen, Caen, Le Havre;

- Lorraine Tech avec Metz, Nancy, Thionville, Epinal;

- French Tech Côte d'Azur, avec Nice, Grasse, Cannes et Sophia-Antipolis.

Les deuxièmes sont représentés par l'Alsace et sa Medtech, Avignon et la Culture Tech, Saint Etienne et la Design Tech, et Angers pour la Tech des objets connectés (IoT).

Ces huit lauréats rejoignent Aix-Marseille, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Nantes, Montpellier, Rennes et Toulouse. Axelle Lemaire a néanmoins précisé que d'autres candidats pouvaient encore défendre leur dossier, une autre liste devant être annoncée à l'automne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :