Le déclin du bon vieux PC de bureau se poursuit... lentement

 |   |  649  mots
Selon Gartner, le marché mondial des PC - comprenant les « ultramobiles (premium) » comme les MacBook Air d’Apple – se situera à 300 millions d’unités cette année, soit une baisse de 4,5% en un an.
Selon Gartner, le marché mondial des PC - comprenant les « ultramobiles (premium) » comme les MacBook Air d’Apple – se situera à 300 millions d’unités cette année, soit une baisse de 4,5% en un an. (Crédits : Reuters)
Selon Gartner, les ventes de PC se situeront en 2015 à 251 millions d’unités dans le monde, contre 277 millions l’an dernier. Cette chute devrait s’accentuer lors des prochains exercices, notamment au profit du mobile, qui s’est imposé dans de nombreux pays comme la voie d’accès à Internet de référence.

Le PC fixe ne disparaîtra pas. Souvent préféré à l'électronique nomade dans le monde professionnel, ce n'est pas demain qu'on clouera son cercueil. Pourtant, les PC séduisent de moins en moins d'acheteurs. Dans une étude publiée par le cabinet Gartner ce mardi, les ventes de PC traditionnels (comprenant les PC fixes de bureau, mais aussi les Notebook), avoisineront les 251 millions d'unités dans le monde cette année, soit 26 millions de moins qu'en 2014. Pis, ce déclin va s'accentuer en 2016 et en 1017, avec respectivement 243 et 233 millions d'unités écoulées.

Pour Ranjit Atwal, directeur de recherche chez Gartner, le ralentissement des achats de PC est particulièrement sensible en Europe de l'ouest, en Russie et au Japon. Cette année, il est en bonne partie dû « aux augmentations de prix des fabricants en raison de la dévaluation des monnaies locales par rapport au dollar ». Il faut dire que la monnaie américaine profite effectivement du climat tendu sur le Vieux Continent, plombé par la crise grecque.

En outre, le secteur avait bénéficié d'un petit coup de pouce en 2014 : beaucoup d'entreprises avaient remplacé leurs ordinateurs en raison de la fin du support technique pour Windows XP, une ancienne version d'exploitation de Microsoft qui demeurait très populaire. Mais ce cycle de remplacement s'est largement achevé début 2015.

Selon Gartner, le marché mondial des PC - comprenant les « ultramobiles (premium) » comme les MacBook Air d'Apple - se situera à 300 millions d'unités cette année, soit une baisse de 4,5% en un an. Pour Ranjit Atwal, un rebond pourrait survenir en 2016, puisque la sortie de Windows 10, le 29 juillet prochain, pourrait doper les remplacements. Mais ce retour dans le vert ne concernerait, une fois encore, pas le segment des PC traditionnels.

gartner11

gartner22

De manière générale, le bon vieux PC de bureau n'a donc plus autant la cote. Et c'est particulièrement vrai sur les marchés émergents. En Chine, en particulier, « il n'intéresse guère », lâche Ranjit Atwal. Dans l'Empire du Milieu, ce sont les smartphones qui ont le vent en poupe. Ces téléphones sont largement privilégiés pour accéder à Internet. Et pour cause : les Chinois sont accros au mobile. D'après les chiffres du Ministère chinois de l'industrie et des technologies d'informations, la Chine compterait près de 1,3 milliards d'utilisateurs mobiles, sur une population totale proche de 1,4 milliard d'individus. Sachant que sur cette population, environ la moitié disposerait d'un abonnement à haut ou très haut débit (3G ou 4G).

D'ailleurs, la Chine, qui en volume pèse un cinquième du marché mondial des smartphones, demeure une locomotive du secteur. Même si le marché semble arriver progressivement à saturation. Comme l'indique Gartner, « la croissance du marché de la téléphonie mobile devrait ralentir à 3,3% » en 2015, à 1,94 milliard d'unités. Pour le cabinet, c'est la conséquence d'une performance plus faible de la Chine, où les primo-acheteurs se raréfient.

Toutefois, la mort du PC, souvent annoncée, ne semble pas d'actualité. Pourquoi ? D'abord parce qu'à performances égales, il est logiquement bien moins cher qu'un ordinateur portable bardé de technologies miniaturisées. Ensuite, parce que même s'il ne fait plus toujours l'unanimité dans le cocon familial, il reste la référence dans le monde du travail. Une étude de Forrester Consulting, publiée fin juin, loue ainsi ses « outils nécessaires à la productivité ». Dans cette enquête, il apparaît que 91% des professionnels préfèrent un PC pour utiliser leur suite bureautique, contre 4% seulement préférant recourir à leurs terminaux mobiles. « Ainsi, en dépit d'une préférence générale pour les terminaux mobiles lorsque nous ne sommes pas au bureau, la réalité est telle que le PC est le plus plébiscité lorsqu'il s'agit de travailler », insiste l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2015 à 17:34 :
C'est vrai que pour travailler, il faut un ecran large, avec clavier séparé et une souris.
Actuellement la puissance d'une tablette ou d'un telephone haut de gamme est largement suffisante pour un usage multimedia/ bureautique. Dans 5 ans ce sera même le cas avec les appareils bas de gamme.
A la base un pc moyen de gamme a une puissance bien superieure aux tablettes, et si l'écart se réduit, il ne risque pas d'être comblé car un pc n'a pas de contrainte d'encombrement si il n'est pas portable. On peut donc prevoir qu'à l'avenir, les tablettes ou smartphone pourront faire office d'unité centrale en se reliant à un écran large/ clavier/souris tandis que les vrais PC seront dédiés aux professionnels ayant besoin de machines puissantes ou pour les gamers. Il y aura donc certainement une poursuite du déclin des pc jusqu'à une stabilisation car le PC restera le plus adapté pour certains besoins spécifiques . Concernant le jeu video, les PC semblent au contraire être devenu la référence ce qui n'a pas toujours été le cas.
a écrit le 08/07/2015 à 14:00 :
Tout d'abord, je suis d'accord avec Gragol, le jeu vidéo, souvent dénigré par les non-connaisseurs, est la 1ere industrie de divertissement en terme de chiffre d'affaires. Même si de ce côté là, le marché est partagé entre console et pc.
D'autre part, dans le monde professionnel, vous n'avez qu'à essayer de travailler sur un tableur, un traitement de texte, un logiciel de retouche d'image, ou encore faire du développement, etc, sur un terminal mobile comme un smartphone, je vous souhaite bien du plaisir. C'est en revanche pratique pour envoyer des mails lorsque l'on est en déplacement ou en réunion, prendre des rendez-vous, etc.
Enfin pour terminer, à quoi sert un smartphone au grand public ? Globalement, à rien. Consulter internet, les réseaux sociaux, etc, bref des activités de loisir pour lesquelles le matériel utilisé n'est pas le plus important. Sur ce point, et c'est là que les pc reculent par rapport aux tablettes et autres smartphones, la taille réduite de l'appareil est effectivement un avantage.
Je parlerai pas de la prise de photos ou de vidéos (bon en fait si), puisque ces activités ne sont de toute manière pas dévolues au pc à l'origine.
a écrit le 08/07/2015 à 13:21 :
Le PC est LA référence de cette génération en matière de jeux vidéo. Si vous êtes un gamer, vous avez besoin d un PC puissant et de la carte graphique qui va avec. Passer ce point sous silence rend l analyse caduque, quand on sait que le jeux vidéo est la première industrie de divertissement au niveau mondial.
a écrit le 08/07/2015 à 12:11 :
(on ne peut pas répondre à un commentaire).
Besoins Insatisfaits : En 1982, je ne changeais pas tous les ans de PC. Par contre, je savais le programmer en 8 bits et j'ai appris à optimiser mes machines. Idem pour la gestion des documents : on grave, ou pas..?? Là, il est évident que la différence sera toujours existante entre ce que veut un utilisateur qui veut bosser avec son PC, ou un smartgeek qui se satisfait de sa micro-machine pleine de gadgets qui LE maîtrisent.
a écrit le 08/07/2015 à 8:03 :
EN 1992 je changeais tous les ans car les avancées étaient fulgurantes. Passer de 16 MEGA hz à 32, du 8 bits au 16, puis 32, passage du disque dur de 80 MEGA à 160... On avait des disquettes 720K qu'on remplissait vite, un affichage 800*600 pour les plus riches. On pestait, on attendait, on était frustrés par son PC et on désirait le suivant. Sous Word au bout de 8 pages de rapport on ramait.

Aujourd'hui on a tous un supercalculateur à 3 ou 4 GIGA hz multi cœurs 64 bits sous utilisé qui affiche du full HD sur un 24 pouces et nous permet de stocker nos photos et vidéos des 20 prochaines années sur son disque qu'on compte en TERRA. La mère Denis à la puissance que n'avait pas la NASA pour dessiner l'ISS ou aller sur la Lune. On peut faire des documents Word de 800 pages sans que le PC ne transpire...

Restent les joueurs, et même chez eux ca se tasse.
a écrit le 08/07/2015 à 0:49 :
depuis windows 8 et 7, la montée vers win10 sera gratuite et les prérequis sont très similaires => pas besoin de changer de pc
les gens ne changeront pas de pc pour windows 10; ils changeront de pc pour changer de pc
et les énormes tours ca les ennuient et il y a moins cher, plus petit, plus économique en W...
a écrit le 07/07/2015 à 23:01 :
Les âneries de Gartner me font sourire... le PC subit une baisse à cause d'un effet de mode sur le mobile et alors ?
Le PC de bureau est indispensable pour le travailleur comme pour le particulier après il y a une question de budget disponible, peu de gens dans le monde peuvent se permettre d'avoir un téléphone mobile dernier crie et un PC de bureau tout les deux connecter à internet.
Ce genre d'étude ne vois que les conséquences mais ne cherche pas les causes, comme par exemple le désastreux Windows 8, mal pensé et mal fait dès le départ.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :