La chute des ventes de PC ne devrait pas s'arrêter de sitôt

 |   |  306  mots
Selon le cabinet IDC, la tendance sur le marché pourrait rester à la baisse jusqu'en 2018.
Selon le cabinet IDC, la tendance sur le marché pourrait rester à la baisse jusqu'en 2018. (Crédits : reuters.com)
En dépit de "signes de stabilisation" évoqués par certains poids lourds du secteur, le marché des PC devrait encore nettement reculer en 2014 et la tendance à la baisse durer plusieurs années, a estimé mardi le cabinet de recherche IDC.

Pas d'amélioration en vue. Malgré quelques "signes de stabilisation" évoqués par certains poids lourds du secteur, le marché des PC devrait encore reculer d'environ 6% en 2014, selon le cabinet de recherche IDC. En 2013, les ventes mondiales de PC avaient déjà diminué de 9,8%, le plus fort recul annuel jamais enregistré, après -4% en 2012.

De faibles signes de stabilisation

Il faut dire que le marché du PC traverse une grave crise, sur fond de morosité économique incitant moins aux dépenses et de changement des habitudes des consommateurs qui lui préfèrent des appareils mobiles comme les tablettes informatiques et les smartphones. Aussi le cabinet a-t-il estimé mardi que la tendance sur le marché pourrait rester à la baisse jusqu'en 2018.

Le quatrième trimestre 2013 s'est avéré être moins mauvais que prévu, et plusieurs grands noms du secteur comme le fabricant de puces Intel, le géant des logiciels Microsoft, ou le fabricant d'ordinateurs HP ont fait état ces derniers mois de "signes de stabilisation".

Des perspectives moins bonnes pour les émergents

Malgré cela, IDC prévient que l'amélioration entrevue sur les marchés industrialisés est due en grande partie à des facteurs de court terme qui "ne devraient pas durer longtemps", comme la fin annoncée des mises à jour de Microsoft pour la version XP de son système d'exploitation Windows, datant de 2001, qui pourrait pousser certains consommateurs à changer d'ordinateur pour pouvoir passer aux versions suivantes.

Par ailleurs, les perspectives se sont dégradées sur les marchés émergents, qui avaient été dans le passé un moteur de croissance pour les ventes de PC. "En ce moment, les régions émergentes sont davantage affectées par la faiblesse de l'environnement économique de même que par des changements significatifs dans les priorités d'achats technologiques", commente Loren Loverde, analyste chez IDC.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2014 à 22:17 :
Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel.
a écrit le 06/03/2014 à 0:13 :
Rares sont les gens ayant besoin de toujours plus de puissance.
Les différences entre versions sont minimes. Le consommateur le sait à présent.
Réponse de le 06/03/2014 à 13:00 :
@Rare : J'ai toujours entendu ce genre de discours depuis que le PC existe. Hors les faits montre que l'on trouve toujours de nouveaux usages et fonctionnalités pour utiliser le surplus de puissance. Les utilisateurs changeais de PC quand ils estimaient nécessaire de le faire.
Hors aujourd'hui, les mise-à-jours permanentes et obligatoires empêchent même une revente de son matériel d'occasion, et bloque donc le renouvellement du parc. Ce n'est pas un question de puissance suffisante, comme en automobile on ne se contente pas d'un moteur anémique.
a écrit le 05/03/2014 à 12:47 :
La grosse majorité des particuliers ne cherche qu'un accès internet et à sa messagerie, pas besoin pour cela d'un gros boitier encombrant avec un écran, une souris et un clavier séparé. La baisse des PC est liée à la mise sur le marché des solutions plus adaptées à l'usage qu'ils ont de l'informatique. Le PC reste la solution pour les gamers, les étudiants (et encore), ceux qui combinent écran TV et ordi , soit une minorité. Je laisse de coté une certaine lassitude des clients les plus murs face à des technologies qui changent en permanence et représente un budget financier et en temps conséquent.
Réponse de le 05/03/2014 à 13:16 :
Hé hé... En parlant de "murs", lorsque le marché des tablettes sera inondé de pubs et que vous vous rendrez compte que l'on réfléchie à votre place, je serais très heureux d'avoir un PC..
Réponse de le 05/03/2014 à 15:28 :
Je dois bien admettre que quelques parts tu as raison, car rien ne remplacera les recherches et autres sur PC alors que les tablettes me semblent un produit qui n'a de cesse de vous coller de la pub lors de recherches.....
a écrit le 05/03/2014 à 11:17 :
A forcer les utilisateurs à changer de version quasi annuellement alors que le W NT fait 13ans et imaginer les grosses boites à former leur personnel par journée entière à chacune de ces nouvelles versions de logiciels c'est se moquer de ses clients; le logiciel libre prend la main un openoffice ou un libre office finit par emporter la décision.
a écrit le 05/03/2014 à 10:23 :
Alors que l'on renouvelait son PC pour gagner en productivité et pouvoir faire des tâches impossibles auparavant, le plus petit des PC permet de stocker ses productions pendant 1000 ans et offre une capacité de calcul qu'on avait pas pour envoyer l'homme sur la lune.

Une PME va t'elle changer son parc qui fonctionne très bien et envoyer son personnel se former, pour lui mettre le nouveau windows qui affiche des vignettes de pub, d'actualités et des recettes de cuisine, ce qui incite le personnel à surfer au lieu de travailler ?
Réponse de le 05/03/2014 à 11:50 :
La durée de vie mécanique moyenne d'un disque est de 5 à 10 ans et la durée de vie magnétique des informations stockées est également d'environ 5 ans, ensuite elles se corrompent et/ou s'affaiblissent.
On est donc bien loin des mille ans sauf à utiliser du quartz mais encore au stade expérimental.
Réponse de le 05/03/2014 à 14:26 :
Clair qu'aucun informaticien au monde n'a entendu parler de sauvegarde...
a écrit le 05/03/2014 à 9:52 :
La chute des ventes de PC est directement lié à l'accélération de l'obsolescence programmée. Les constructeurs obligent à mettre à jour en permanence son système d'exploitation et ses logiciels avec un risque considérable de voir un jour son système paralysé par une incompatibilité irréversible. On n'est plus propriétaire de sa configuration, on en devient progressivement locataire, sous le prétexte fallacieux de sécurité, alors que les mise à jour apportent de nouvelles failles. Le PC est aussi devenu un outil de télésurveillance de la population, et un diffuseur de publicité plus qu'un outil de travail et de divertissement.
a écrit le 05/03/2014 à 9:46 :
le PC en baisse ce n'est pas une nouvelle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :