Les enjeux publics de la propriété des données de mobilité

 |   |  856  mots
Les informations que vous livrez aux VTC constituent un stock d'habitudes utilisé par les entreprises.
Les informations que vous livrez aux VTC constituent un stock d'habitudes utilisé par les entreprises. (Crédits : iStock)
Depuis 2016, les collectivités locales sont contraintes de partager leurs données de mobilité. Les acteurs privés déploient des services, et se révèlent avares à partager leurs renseignements. Un rééquilibrage s'impose.

Si vous faites appel à un service de VTC comme Uber ou Kapten, vous fournissez et générez une foultitude de données. Déjà, à votre inscription, la plateforme vous fait renseigner votre état civil (nom, prénom, date de naissance), ainsi qu'une adresse email. Ensuite, à chaque trajet, l'application enregistre, entre autres, plusieurs données horaires et de localisation. Grâce à cette collecte, les entreprises peuvent faire émerger des habitudes d'usage ou comparer les données de plusieurs utilisateurs pour optimiser les trajets en fonction de l'heure.

Lire aussi : La Cnil met à l'amende Uber pour vol de données

Des données publiques utilisées par le privé

Les données de mobilité, essentielles au développement de ces services, Jacques Priol, président du cabinet de conseil Civiteo, les sépare en trois catégories, selon leurs origines : les données publiques, issues des opérateurs publics, directement pilotées par les collectivités ; les « données d'intérêt général », produites par les opérateurs privés qui ont emporté une délégation de service public (comme Keolis ou la RATP) ; et enfin, celles des opérateurs privés qui agissent dans l'espace public, comme Uber, BlaBlaCar, Waze ou...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :