Le Crédit Agricole a discrètement créé un groupe de presse très rentable

 |   |  539  mots
Infographie La Tribune/BHEDOUIN
Infographie La Tribune/BHEDOUIN
Le Crédit Agricole, qui est sur le point de prendre 30% de Skyrock, est aussi l'heureux propriétaire d'Uni-Editions, petit groupe de presse qui édite notamment Dossier Familial, vendu à 1,16 million d'exemplaires.

En s'invitant dans le dossier de la radio Skyrock dont il devrait prendre 30 %, le Crédit Agricolegricole est apparu au grand jour comme une des banques françaises qui s'intéressent aux médias. Pourtant, le Crédit Agricolegricole n'arrive pas en terrain inconnu. En trente-cinq, il a discrètement mais sûrement bâti Uni-Éditions, l'un des plus rentables groupes de presse dans l'Hexagone.

C'est en 1975 qu'un des dirigeants de la banque tente l'aventure de la presse écrite en lançant " Dossier Familial " dont l'objectif est de répondre aux questions juridiques et pratiques que posent les clients autour de l'argent. Mais pas question de réaliser une simple plaquette publicitaire estampillée « Crédit Agricolegricole », estime alors le banquier qui fait le choix de créer " un vrai magazine à valeur ajoutée ", explique à " La Tribune " Véronique Faujour, directrice générale d'Uni-Editions. Pour le fondateur du titre, " l'information a un prix ", le mensuel sera donc payant et non offert aux clients.

Si " Dossier Familial " peine à s'imposer à ses débuts, le titre finit pas trouver son lectorat. Et pas seulement auprès des clients du Crédit Agricolegricole puisque 20 % des lecteurs ne sont pas des fidèles de la banque. Aujourd'hui, le magazine, qui compte une dizaine de journalistes, se vend chaque mois à plus de 1,1 million d'exemplaires et uniquement par abonnements. Son audience, elle, dépasse les 2 millions de lecteurs par numéro.

Une irrésistible ascension

Fort de ce succès, la banque décide de passer à la vitesse supérieure dans la presse écrite. " C'est dans les années 2000 que tout s'accélère, une réflexion est lancée pour créer des nouveaux titres autour de l'information de services et de la passion ", commente Véronique Faujour, qui fut éditrice chez " Marie Claire " avant de prendre la direction d'Uni-Éditions. Entre 1996 et 2007, le groupe va ainsi lancer un magazine tous les trois ans.

Aujourd'hui, la filiale presse du Crédit Agricolegricole édite six titres autour de trois pôles : la famille-santé avec « Dossier Familial » et « Santé Magazine », l'art de vivre avec « Maison Créative », « Détours en France » et « Détente Jardin » et enfin, un pôle culinaire avec « Régal » et « Bottin Gourmand » qui vient de tomber dans l'escarcelle du groupe.

Excepté " Dossier Familial ", les magazines sont achétés (en kiosque ou par abonnement) à plus de 50 % par des lecteurs non-clients du Crédit Agricolegricole. Et grâce à " Régal " et " Détente Jardin ", le groupe peut se prévaloir d'être le numéro 1 de la presse cuisine et de la presse jardin dans l'Hexagone. En terme de portefeuille, Uni-Éditions entend explorer de nouveaux territoires et il a différents projets dans ses cartons. Un nouveau magazine devrait voir le jour en début d'année prochaine.

Une rentabilité de plus de 12%

Pour mener à bien ses projets, Véronique Faujour peut s'appuyer sur une situation financière confortable, surtout en ces temps de crise pour la presse. Le groupe, qui emploie 110 salariés, a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 90 millions d'euros (contre 55 millions en 2005) pour un bénéfice net de 11 millions d'euros (contre 7 millions cinq ans plus tôt), soit une rentabilité de plus de 12 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2015 à 13:23 :
Ils sont bien gentils mais j aimerai bien savoir si les abonnés a dossier familial l ont fait de leur plein gré ou pas. Les pratiques de ce groupe sont très douteuses , on parle de vente forcée sur beaucoup de sites.
Il semblerait qu il suffit d ouvrir un compte en banque au crédit agricole pour être abonné ..
J aimerai bien savoir si les 1,1 millions d abonnés sont a courant qu ils sont prélevés tous les mois pour un magazine qu ils n ont pas acheté
a écrit le 01/06/2011 à 10:30 :
ca peut etre rentable, mon argent est envoyé à toute personne ouvrant un compte au credit agricole, sans que cela soit toujours signalé au client. ces quelques pages sont vendues 9,60? par mois!
pour par grand chose.
quand on a deux comptes cheques, ce sont deux abonnement pour la meme personnes qui sont fait ! et quand on demande le désabonnement au deux, etrangement un est oublié. Ces pratiques à la limite de la vente forcée peuvent faire de ce groupe un groupe rentable !
Réponse de le 29/10/2011 à 10:08 :
9.60?/trimestre et non pas par mois
Réponse de le 06/04/2019 à 11:03 :
effectivement je suis en train de clôturer l'abonnement par un formulaire de désabonnement ainsi que par un e-courier au directeur de la banque où j'ai ouvert un compte ..

le capitalismes en France est un systeme de corruption à tous les niveaux!
Réponse de le 06/04/2019 à 11:03 :
effectivement je suis en train de clôturer l'abonnement par un formulaire de désabonnement ainsi que par un e-courier au directeur de la banque où j'ai ouvert un compte ..

le capitalismes en France est un systeme de corruption à tous les niveaux!
a écrit le 16/05/2011 à 22:02 :
Je reçois le dossier familial et détente jardin , mais franchement je ne les lis presque pas et je les trouve peu intéressants !
Mes origines familiales étant dans une petite ville de région d' élevage , les seuls batiments rutilants avec des horaires très restrictifs sont ceux des banques et notamment le crédit Agricole , qui en outre a essayé de spéculer en Grèce , Portugal Irlande ! Chaque fois que l' on donne de mauvaises nouvelles sur la dette de ces pays , le cours du Crédit Agricole plonge !
Le crédit Agricole va mieux , mais ce qu' il gagne sert à éponger les detttes et les placements à risque de la Caisse Nationale du CA ! Hélas !
a écrit le 04/05/2011 à 10:09 :
Dans les années 70 Jean-Marie DAUZIER déclarait à propos du dévoiement du Crédit Agricole :
« Le Crédit Agricole sera agricole comme le Crédit Lyonnais est Lyonnais ! ».

Nous y sommes depuis longtemps, mais le drame tient à ce que cet instrument magnifique qui a été pendant cent ans l?outil de développement de notre agriculture a totalement échappé à ceux qui en était à la fois les propriétaires et les clients : les agriculteurs sociétaires de cet instrument coopératif unique.

Le seul rôle que gardent les malheureux sociétaires membres de Caisses Locales fantomatiques est un simulacre de vote lors d?Assemblées Générales bidon où seule l?abondance du buffet campagnard vient un peu sauver la face.

Avec l?opération Skyrock, on est tout à fait dans l?ambiance de l?économie virtuelle, où au lieu de consacrer les financements aux activités de base de l?économie dont l?agriculture, on préfère faire de l?argent avec l?argent, en refusant de prendre conscience que cela ne peut nous conduire qu?à une crise plus profonde que celle dans laquelle nous a déjà plongé un tel comportement.
Réponse de le 09/05/2011 à 12:38 :
+1 pour M. Canot.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :