BD : les bulles font pétiller les ventes

 |   |  404  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Dargaud)
Pour la seizième année consécutive, le secteur qui pèse pour plus de 8% de l'édition, est en croissance, avec 5.327 albums publiés.

Encore un bon cru pour la bande dessinée. Pour la seizième année consécutive, la production d'albums connaît une belle progression de 3,04% avec 5.327 livres du neuvième art qui ont été publiés en Europe francophone, soit 162 titres de plus que l'année précédente. Véritable moteur de l'édition française avec l'édition jeunesse, la BD ne semble pas connaître la crise, selon le rapport très détaillé que vient de publier l'ACBD (Association des critiques et journalistes de bande dessinée). Pour Gilles Ratier, secrétaire général de l'ACBD et auteur du rapport, cette énième bonne cuvée prouve "une fois de plus l'incroyable foisonnement créatif du secteur". Mais tempère-t-il, la BD "pâtit à la fois de la crise et du manque, depuis trois ans, de locomotives exceptionnelles", d'où un climat général de vigilance et "la mise en avant des valeurs sûres".

Cette année encore, les séries ont la part belle avec 1.319 nouveaux albums hors mangas et comics (contre 1.303 en 2010), soit 65,36% des créations ou traductions. Et parmi les plus gros tirages, pratiquement que des séries avec cette année en première place, le vingtième tome de la série "XIII" d'Yves Sente et Iouri Jigounov qui s'est vendu à 500.000 exemplaires, suivi de "Kid Paddle" de Midam (360.000) et "Boule et Bill" de Laurent Verron, d'après Jean Roba (253.000).

Quatre acteurs de poids

La BD, qui pèse désormais 8,32% de l'édition française contre 7,91% en 2010, est dominée par quatre groupes qui assurent à eux seuls 43,6% de la production alors que 310 éditeurs ont publié des BD en 2011. Si Média Participations est indétrônable de sa place de numéro un, en termes de nombre de sorties, Delcourt (le numéro 2 du secteur), qui s'est offert le contrôle des éditions Soleil, prend la première place du podium avec 840 albums, soit 15,77% de la production de l'année. Glénat avec 8,8% de la production arrive en troisième position, suivi de Flammarion, filiale de l'italien RCS qui édite les labels Casterman, KSTR, Audie/Fluide Glacial. L'étude qui ne tient pas compte des ventes de Noël, pourtant particulièrement propice à la BD, ne donne donc pas le chiffre d'affaires des éditeurs. Loin derrière, la filiale BD d'Hachette Livre qui édite Astérix se pose comme un outsider solide.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/12/2011 à 11:12 :
Tout ceci est exhaltant et mérité car c'est un bel univers qui est un régal à découvrir. Nous allons habituellement chez BD et Compagnie, une boutique de la rue de Lourmel (Paris 15ème) qui donne de bons conseils.
Réponse de le 31/12/2011 à 16:14 :
Si ça ce n'est pas une pub déguisée en commentaire alors qu'est ce que c'est?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :