Zynga plonge en Bourse après avoir revu son accord avec Facebook

Les deux entreprises ont revu les modalités de leur contrat afin de gagner chacune en indépendance. A court terme, l'activité de l'éditeur de Farmville, qui a généré 90% de ses recettes grâce à Facebook l'an passé, pourrait souffrir.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

La conséquence était inévitable. Zynga perdait plus de 7% de sa valeur vendredi sur les marchés boursiers américains après avoir dévoilé un nouvel accord avec Facebook. Il faut dire qu?avec ce nouveau contrat Zynga perd un certain nombre de privilèges qu?il avait jusqu'alors sur le réseau d?amis. Avantage pour Zynga, ce dernier pourra héberger ses jeux ailleurs que sur Facebook et choisir d?autres systèmes de paiement que celui du réseau, qui ponctionne 30% du montant des transactions. Il ne sera plus obligé non plus de publier les annonces publicitaires de Facebook sur ses pages. Inconvénient, le réseau social pourra produire ses propres jeux, attirer de nouveaux éditeurs et entrer en concurrence avec Zynga. Soit un changement de paradigme profond pour les deux sociétés, même si elles ont tenté de minimiser les conséquences de ces modifications.

«Avec cet accord amendé, nous poursuivons notre partenariat à succès avec Facebook tout en gagnant en flexibilité, ce qui va nous permettre d?assurer la disponibilité partout de nos produits et de nos services», a indiqué Barry Cottle, responsable de l?activité «business» de Facebook dans un communiqué.

En réalité, Zynga, qui a développé des jeux à succès comme FarmVille ou CityVille, est pour le moment très dépendant de Facebook. L?an passé, le réseau social lui a fourni 90% de ses recettes. Dans une moindre mesure, Facebook a généré quand même 12% de son chiffre d?affaires grâce à l?éditeur de jeux mobiles. Mais pour les deux sociétés, il est urgent à long terme de réduire cette indépendance. Facebook a tout intérêt à attirer le maximum de développeurs et de partenaires. Et quand à Zynga qui fait face à un environnement concurrentiel très difficile, qui l?a fait plongé dans le rouge à hauteur 52,7 millions de dollars sur le dernier trimestre, il a tout intérêt à gagner de la visibilité et des clients. Mais à court terme, l?activité devrait s?en ressentir.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.