Sans sa vache à lait UMG, Vivendi va devoir prouver sa cohérence industrielle

 |  | 777 mots
Lecture 4 min.
Vincent Bolloré, le chef de file de Vivendi.
Vincent Bolloré, le chef de file de Vivendi. (Crédits : Reuters)
L’annonce de l’entrée en Bourse d’Universal Music Group marque un changement d’ère chez Vivendi. Le géant des médias va devoir envisager l'avenir sans sa puissante locomotive, en développant et consolidant ses autres activités aujourd’hui bien moins profitables.

Les actionnaires de Vivendi applaudissent. Forcément. L'annonce, la semaine dernière, de la cotation d'Universal Music Groupe (UMG), filiale du géant des médias, à la Bourse d'Amsterdam d'ici à la fin de l'année, leur sera très profitable. 60% du capital de la prestigieuse « major » leur sera reversé sous formes d'actions UMG, au titre d'une « distribution exceptionnelle ». Un véritable jackpot pour les actionnaires de Vivendi, et d'abord pour le premier d'entre eux, Vincent Bolloré. Au terme de l'opération, Groupe Bolloré, qui dispose de 27% du géant des médias, possèdera 16% d'UMG. Partant du principe que ce dernier vaut un minimum de 30 milliards d'euros (le chinois Tencent a récemment racheté 20% du capital pour 6 milliards d'euros), la participation du groupe de Vincent Bolloré pèsera près de 5 milliards d'euros... Vivendi, de son côté, conservera 20% d'UMG, mais perdra donc largement son contrôle.

Ce n'est...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2021 à 11:34 :
Bolloré est avant tout un raider flairant les bons coups boursiers . Il se contrefout de la vision et vise avant tout le bon pognon.
a écrit le 17/02/2021 à 8:46 :
D'un autre côté c'est certainement le meilleur moment pour vendre ce consortium financier de droits d'auteurs qui date du 20ème siècle, la multiplication hallucinante des labels indépendants dans le domaine musicale devenant très riches très vite devrait rapidement renverser cet intermédiaire de plus en plus surprenant au vu de l'époque actuelle.
a écrit le 16/02/2021 à 18:06 :
Bolloré est avant tout un financier, et non un industriel, seulement à la marge.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :