"Touche pas à mon poste" privé de publicités pendant trois semaines par le CSA

Cette décision du Conseil supérieur de l'audiovisuel fait suite à deux séquences controversées diffusées fin 2016 dans l'émission présentée par Cyril Hanouna. L'interdiction de diffuser de la publicité s'applique à l''émission ainsi que le quart d'heure précédant et le quart d'heure suivant sa diffusion.
Cette interdiction recouvre deux sanctions dans le cadre de deux procédures ouvertes par le CSA pour des séquences diffusées le 3 novembre et le 7 décembre dernier, pour méconnaissance du respect de la dignité humaine et encouragement à un comportement discriminatoire, à l'encontre de sa responsabilité dans la lutte contre les préjugés sexistes et les violences faites aux femmes.
Cette interdiction recouvre deux sanctions dans le cadre de deux procédures ouvertes par le CSA pour des séquences diffusées le 3 novembre et le 7 décembre dernier, pour méconnaissance du respect de la dignité humaine et encouragement à un comportement discriminatoire, à l'encontre de sa responsabilité dans la lutte contre les préjugés sexistes et les violences faites aux femmes. (Crédits : Capture d'écran C8)

La sanction se sera fait attendre mais elle est finalement tombée. Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a annoncé mercredi soir avoir sanctionné la chaîne C8 en suspendant pendant trois semaines la diffusion de publicités sur le créneau de l'émission "Touche pas à mon poste" - 15 minutes avant et 15 minutes après sa diffusion-, suite à deux séquences controversées diffusées fin 2016.

L'interdiction de diffuser des séquences publicitaires "s'applique aux émissions en direct comme à leurs rediffusions pour une durée totale de trois semaines au cours du mois de juin", précise le CSA dans un communiqué.

"Le CSA a multiplié en vain les avertissement"

Cette interdiction recouvre deux sanctions dans le cadre de deux procédures ouvertes par le CSA pour des séquences diffusées le 3 novembre et le 7 décembre dernier, pour méconnaissance du respect de la dignité humaine et encouragement à un comportement discriminatoire, à l'encontre de sa responsabilité dans la lutte contre les préjugés sexistes et les violences faites aux femmes.

"Le CSA, qui a multiplié en vain les avertissements à l'égard de l'émission 'Touche pas à mon poste', appelle la société C8 à mettre en œuvre désormais et sans délai tous les moyens garantissant le respect des règles fixées par la loi et par les stipulations de sa convention, qui sont la contrepartie de l'utilisation de la fréquence publique qui lui été attribuée gratuitement", peut-on lire dans ce communiqué.

Nouvelle procédure ouverture

L'émission a une nouvelle fois suscité la polémique le mois dernier, à la suite d'un canular jugé homophobe dans l'émission que présente Cyril Hanouna. Le CSA, qui a reçu plus de 25.000 plaintes, a ouvert une nouvelle procédure concernant cette séquence, qui avait conduit plusieurs annonceurs à retirer leurs publicités de "Touche pas à mon poste".

Conscient de la durée des procédure, l'organisme soulignait dans un communiqué diffusé fin mai qu'"il apparaît nécessaire de faire évoluer le cadre juridique de la procédure afin de la rendre plus efficace et plus conforme aux impératifs de nos missions". Le CSA déplorait "qu'on lui impute le délai de la procédure dont seul le rapporteur, en application de la loi, a la maîtrise".

(avec Reuters et AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 08/06/2017 à 12:05
Signaler
Privé de pub peut-être? par contre c'est largement compensé par la pub qui faite pour cet animateur dans tous les journaux .

à écrit le 08/06/2017 à 10:13
Signaler
Tandis que l'on nous brandi la morale à tous les étages pour nous parler du cas hanouna personne ne prend un peu de recul revenant sur l'achat de l'animateur par bolloré pour 250 millions d'euros (250 000 000 euros) pour 5 ans. Pas de bol il a vi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.