Netatmo passe à l’offensive et lève 30 millions d’euros

 |   |  798  mots
L'offensive de Netatmo depuis le mois de septembre se traduit aussi par le lancement d'un nouveau produit, la caméra intelligente Welcome, et de sa première campagne de publicité télévisée depuis la fin octobre.
L'offensive de Netatmo depuis le mois de septembre se traduit aussi par le lancement d'un nouveau produit, la caméra intelligente Welcome, et de sa première campagne de publicité télévisée depuis la fin octobre. (Crédits : DR)
Le fabricant de la station météo et du thermostat connectés, qui double son chiffre d’affaires tous les ans depuis sa création en 2011, lève 30 millions d’euros auprès de ses actionnaires historiques et du groupe Legrand. L’objectif: passer à l’offensive pour s’imposer dans la maison intelligente.

Netatmo accélère. La discrète startup des objets connectés de la maison, plutôt habituée à doubler sa croissance chaque année à l'abri des regards, veut désormais prendre la lumière et accélérer. Après le lancement, en septembre, de son troisième objet connecté - la caméra à reconnaissance faciale Welcome -  puis de sa toute première grande campagne de publicité télévisée fin octobre, Netatmo annonce ce jeudi une levée de fonds spectaculaire : 30 millions d'euros. Un record en 2015 dans le secteur des objets connectés.

Cette opération place Netatmo directement en cinquième position des plus grosses levées de fonds de startups françaises en 2015. Loin derrière les 200 millions d'euros de Blablacar ou les 100 millions d'euros de Sigfox. Mais dans un mouchoir de poche avec la startup de vêtements de luxe Vestaire Collective (33 millions) et la fintech Prêt d'union (31 millions).

    | Lire aussi : L'innovation "à l'européenne" prend son envol

Accélérer pour rester dans le coup

Avec la multiplication de nouveaux objets tous plus innovants les uns que les autres et leur arrivée sur les étagères de certaines grandes surfaces, on avait fini par oublier que Netatmo fait figure de pionnier dans le genre. Créée en 2011, la startup se positionne sur trois sous-secteurs de la maison intelligente: la mesure de l'environnement avec sa station météo, le chauffage avec son thermostat connecté, et la sécurité avec sa caméra Welcome.

La logique est simple : "les objets connectés s'imposeront s'ils sont simples d'utilisation, ludiques et s'ils répondent à un besoin", dixit Frédéric Potter, le président et fondateur de l'entreprise. Qui ne voudrait pas faire des économies de chauffage, se sentir en sécurité et mieux respirer ?

Le décollage attendu des ventes d'objets connectés - Cisco prévoit un chiffre d'affaires de 500 millions d'euros en France en 2016, contre 150 millions en 2014 - oblige Netatmo à sortir de sa réserve pour rester dans le coup. "Nous voulons accélérer notre développement car nous sentons une vraie demande sociétale sur ces produits", explique Frédéric Potter. Et de citer une étude selon laquelle 47% des Français aimeraient piloter leur chauffage avec leur smartphone. "Pour l'heure, nous sommes très loin d'équiper les 35 millions de maisons en France, mais le marché est immense et va décoller, et à l'international aussi", se persuade-t-il.

La levée de fonds devrait permettre à Netatmo de développer la R&D, qui occupe déjà plus de la moitié de ses 100 salariés. L'objectif ? Mettre au point, rapidement, de nouveaux objets connectés pour imposer la startup dans d'autres domaines de la maison intelligente, comme l'éclairage ou les ouvrants. Netatmo dévoilera le premier de ces nouveaux produits au CES de Las Vegas, en janvier prochain, pour une commercialisation dans les mois qui suivent.

Legrand ne veut pas rater la vague

Même si l'explosion tant attendue des ventes d'objets connectés tarde, tout le monde s'accorde sur le potentiel de l'Internet des objets. Ainsi, l'autre information intéressante de cette levée de fonds est l'arrivée de Legrand dans les rangs des investisseurs.

Le spécialiste des infrastructures du bâtiment est convaincu que les objets connectés vont révolutionner son cœur de métier. Il estime avoir réalisé en 2014 plus de 200 millions d'euros de chiffre d'affaires avec des produits connectables. D'où la mise en place d'une stratégie ambitieuse, portée par le programme Eliot. Lancé en 2014, il vise à accélérer le déploiement de l'Internet des objets dans ses offres.

Il lui manque toutefois l'expertise métier que peut lui apporter Netatmo. "Ce rapprochement facilitera d'éventuelles collaborations entre les deux marques afin de développer des produits connectés à destination des professionnels et du grand-public", indique Gilles Scnepp, le PDG de Legrand. Frédéric Potter confirme. "Des partenariats avec Legrand nous intéressent, car c'est une grande entreprise qui dispose d'une puissante distribution partout dans le monde".

Attaquer le marché asiatique

En plus de mettre l'accent sur le marketing et la communication, le déploiement à l'international est l'autre objectif de Netatmo avec cette levée de fonds. Aujourd'hui, la startup réalise 20% de son chiffre d'affaires en France, "mais la France représente un sixième de l'Europe et l'Europe un sixième du monde", glisse Frédéric Potter.

Si les produits Netatmo sont présents dans 175 pays, la startup estime qu'ils ne sont vraiment implantés que dans "une cinquantaine d'entre eux", notamment en Europe, en Russie, aux Etats-Unis et au Japon. Sur le reste, c'est-à-dire la Chine, l'Asie du sud-est, Dubaï, l'Amérique du Sud, "il nous faut encore progresser".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :