Piratages massifs de Yahoo ! : Marissa Mayer renonce à son bonus par "responsabilité"

La PDG de Yahoo ! dit vouloir reverser son bonus aux salariés de l'ex-géant d'internet. Sa prime annuelle s’élèverait à 2 millions de dollars.
Anaïs Cherif

3 mn

Marissa Mayer, présidente de Yahoo ! depuis 2012, aurait accumulé 162 millions de dollars pendant sa gouvernance, selon des estimations de CNN.
Marissa Mayer, présidente de Yahoo ! depuis 2012, aurait accumulé 162 millions de dollars pendant sa gouvernance, selon des estimations de CNN. (Crédits : REUTERS/Elijah Nouvelage)

Marissa Mayer tire un trait sur son bonus annuel. En cause : le piratage massif de 500 millions de comptes de ses utilisateurs lors d'une cyberattaque réalisée en 2014 et révélée fin septembre 2016. En décembre, Yahoo ! avait également admis s'être fait pirater 1 milliard de comptes en 2013 - soit la quasi-totalité de ses utilisateurs. "Je suis la présidente de l'entreprise et puisque cet incident s'est produit sous ma responsabilité, j'ai accepté de renoncer à ma prime annuelle et à mon attribution annuelle d'actions", écrit Marissa Mayer dans une note de blog publiée mercredi sur Tumblr.

Son bonus, dont le montant n'a pas été officiellement dévoilé, devrait être redistribué aux 8.500 salariés du groupe. D'après son contrat initial, la prime de Marissa Mayer est le double de son salaire annuel. Elle s'élèverait donc à 2 millions de dollars, chiffre le Wall Street Journal. Son attribution annuelle d'actions avoisinerait quant à elle les 12 millions de dollars par an. A la tête de Yahoo ! depuis 2012, Marissa Mayer aurait accumulé 162 millions de dollars pendant sa gouvernance, selon les estimations de CNN.

| LIRE AUSSI : Comment Marissa Mayer a raté la mutation de Yahoo !

Des dirigeants de Yahoo ! étaient au courant des cyberattaques

Le piratage de 2014 coûte aussi son poste à Ronald Bell, directeur juridique et employé du groupe depuis 1999. Il a été forcé mercredi de démissionner sans indemnités, selon les documents transmis au gendarme boursier américain, la Securities and Exchange Commission (SEC). Une enquête menée par un comité indépendant vient de conclure à une mauvaise gestion de la crise par Yahoo ! Des cadres supérieurs et le personnel juridique étaient au courant de la cyberattaque, mais ils n'ont pas "saisi l'ampleur ni enquêté" sur l'incident, assure le Financial Times, citant la conclusion de l'enquête. Sur son blog, Marissa Mayer assure n'avoir été au courant du piratage de 2014 en septembre dernier seulement.

Selon le New York Times, Yahoo ! serait visé par 43 recours collectifs de consommateurs liés aux cyberattaques. La société revendique avoir engagé jusqu'ici 16 millions de dollars en coûts directs liés aux cyberattaques. Les failles de sécurité ont failli faire capoter son rachat par le géant américain du mobile, Verizon. Ce dernier a annoncé fin février un accord pour une transaction de près de 4,5 milliards de dollars - soit 350 millions de dollars de moins que ce qui était convenu initialement. La conclusion de l'accord est attendue d'ici juillet.

| LIRE AUSSI : Rachat de Yahoo : Verizon obtient une ristourne après les piratages

(Avec AFP)

Anaïs Cherif

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 02/03/2017 à 14:21
Signaler
L'aumône a été accordée encore une fois, les médias ne regarderont que le doigt, la générosité de l’intéressée, mais ne remettront jamais en cause la volonté des actionnaires majoritaires qui eux n'en avaient rien à faire des salariés et des vols ou ...

le 03/03/2017 à 3:46
Signaler
Depuis Neron, rien n'a evolue. L'homme est un predateur. Rien a en esperer.

le 04/03/2017 à 19:52
Signaler
"Depuis Neron, rien n'a evolue. L'homme est un predateur. Rien a en esperer. " Grande phrase creuse qui ne veut rien dire, seulement là pour expulser vos ressentiments. Oubliez moi vraiment, merci.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.