Comment Marissa Mayer a raté la mutation de Yahoo !

 |   |  676  mots
Marissa Mayer a quitté Google pour devenir PDG du portail internet Yahoo ! en 2012.
Marissa Mayer a quitté Google pour devenir PDG du portail internet Yahoo ! en 2012. (Crédits : REUTERS/Elijah Nouvelage)
[Portrait] - Arrivée à la tête de Yahoo ! en 2012, Marissa Mayer devait ouvrir un nouveau chapitre pour le portail internet devenu ringard. Sa démission a été confirmée lundi.

Une page se tourne pour Marissa Mayer. Après le rachat du cœur de métier de Yahoo ! à Verizon, l'emblématique PDG n'aura plus sa place au sein de la société d'investissement que le groupe va devenir. La directrice de 41 ans a annoncé son intention de démissionner du conseil d'administration de l'entreprise, qui sera rebaptisée Altbaba selon un document boursier.

Arrivée à la tête de Yahoo ! en 2012, cette ingénieure de formation devait ouvrir une nouvelle ère pour le portail américain. Diplômée de Stanford, elle intègre Google en 1999, un an après sa création. Première femme ingénieure de ce qui n'est alors qu'une startup, elle devient la vingtième salariée de Google. Rapidement, Marissa Mayer est décrite comme l'étoile montante de l'entreprise - à tel point qu'elle hérite du surnom "Googirl". Elle impose un design sobre - la fameuse page blanche - et dépouillé pour le moteur de recherche quand la mode est à la surcharge. L'ingénieure supervise aussi le lancement de plusieurs projets : la messagerie Gmail, Google Maps...

Des posters à son effigie dans les couloirs de Yahoo !

Décrite comme visionnaire, Marissa Mayer est alors de tous les classements - des "femmes de l'année" aux "personnalités les plus influentes". Avec des recettes publicitaires en berne, Yahoo ! est déjà perçu comme un dinosaure de l'internet, ringardisé par Google et Facebook. Valorisée à 125 milliards de dollars en 2000, l'entreprise est tombée à seulement 20 milliards en 2012. Entre 2008 et 2012, la situation du portail est telle qu'elle a épuisé en moyenne un directeur général par an. Sa nomination est applaudie par les salariés, des posters à son effigie avec le message "Hope" tapissaient même les couloirs du quartier général de l'entreprise, racontait Business Insider dans un article de 2012.

Marissa Mayer s'attaque alors à de gros chantiers : développer le mobile, miser sur la vidéo, augmenter la publicité "native" censée limiter les désagréments pour l'expérience utilisateur... Comme pour mieux imprimer son style, elle modernise les produits historiques comme la messagerie et redessine le logo. La PDG dépense aussi plus de 3 milliards de dollars en acquisitions. Le rachat de la plateforme de microblogging Tumblr en 2013 pour 1,1 milliard de dollars en est le symbole. Objectif : capter un public jeune et cultiver une image du cool. Alors que cette plateforme n'a jamais été monétisée, avec une valeur dépréciée de 712 millions de dollars depuis, elle signe l'échec de cette politique d'acquisitions à tour de bras.

Manque de vision stratégique et management agressif

En interne, Marissa Mayer est critiquée pour son manque de vision stratégique et son management réputé agressif. A peine arrivée, elle lance en octobre 2012 un système d'évaluation du personnel au regard d'objectifs annuels ou trimestriels. Les managers se voient confier la lourde tâche de noter leurs effectifs... et de les licencier. D'après le site All Things D, qui a révélé l'affaire en novembre 2013, environ 600 personnes auraient pris la porte avec ce système. Son chiffre d'affaires sur l'ensemble de l'année 2013 chute de 6% à 4,7 milliards de dollars, tandis que son bénéfice net s'effondre de 65%. Et la fuite de cerveaux se poursuit. D'après le New York Times, environ un tiers des effectifs aurait quitté l'entreprise en 2015. Sur fond de plan de restructuration, Yahoo ! a été au coeur de nombreuses polémiques l'année dernière : piratage de 500 millions de ses comptes, puis d'un milliard en décembre dernier, accusation d'espionnage des mails de ses utilisateurs pour le compte des services de renseignements américain...

Il y a quelques mois encore, Marissa Mayer se voyait poursuivre sa carrière au sein du groupe considéré comme l'un des pionnier d'internet. "Personnellement, j'ai l'intention de rester, écrivait-elle sur son Tumblr en juillet dernier, lors de l'annonce de la transaction. J'aime Yahoo !, et je crois en vous tous. C'est important pour moi de voir Yahoo! entrer dans son prochain chapitre."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2017 à 14:33 :
36 millions de dollars par an plus le magnifique parachute doré qu'elle a eu...hmmm ca fait quoi ca 200 millions de dollars sur 5 ans...

Allez Yahoo, je vous rate votre mutation pour deux fois moins cher, c'est une affaire, je vous assure!! :)
a écrit le 11/01/2017 à 17:55 :
yahoo n'a pas su recruter les bonnes personnes, tant pis pour eux, ils payent leur politique ... L'argent ne fait pas tout, il faut surtout avoir le bon comportement , la bonne morale. Sans bonne morale, sans bon comportement, tout ira mal. Le monde en est la preuve chaque jour.
a écrit le 11/01/2017 à 14:06 :
"Sa nomination est applaudie par les salariés"

Pas longtemps :

L'Amérique fait-elle un retour en arrière sur le télétravail ? La nouvelle directrice générale de Yahoo!, Marissa Mayer, décidée à redresser la barre, vient de décréter qu'il n'y aurait plus de travail à domicile. D'après une note interne obtenue par le magazine américain « Forbes », les employés devront désormais revenir tous à partir du 1er juin au bureau. Même une certaine flexibilité horaire ne sera plus autorisée.
a écrit le 11/01/2017 à 14:02 :
"A peine arrivée, elle lance en octobre 2012 un système d'évaluation du personnel au regard d'objectifs annuels ou trimestriels"

Nous avons importé ce systeme d'évaluation avec notation en France dans les années 80.A noter qu'ensuite, ce systeme d'évaluation a été lié à des augmentations salariales individualisées aussi.Le but, supprimer les augmentations générales qui permettaient de suivre l'évolution du coût de la vie d'ou au final des salaires en baisse constante sur le long terme.
a écrit le 11/01/2017 à 9:08 :
Comme quoi l'agressivité dans le management ça ne paye définitivement pas, enfin si elle est à l'origine de centaine de personnes au chômage elle par contre part avec 50 millions de dollars.

Elle qui voulait que l'on note les salariés sur leurs résultats et qu'on les vire si ces derniers sont insuffisant, comme tout oligarque, ne s’applique pas ce principe à elle-même, elle a fini de couler yahoo, il est vrai que c'est bien parti avant qu'elle arrive mais quand même, elle a failli et pourtant repart avec un énorme jackpot.

L'oligarchie ça suffit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :