Quand Toshiba gonfle ses bénéfices de plus d'un milliard d'euros

 |  | 385 mots
Lecture 2 min.
Pour tenter de se prémunir de tels incidents à l'avenir, Toshiba prévoit de recruter en externe me directeur de son comité d'audit,  selon un responsable du groupe au fait du dossier.
Pour tenter de se prémunir de tels incidents à l'avenir, Toshiba prévoit de recruter en externe me directeur de son comité d'audit, selon un responsable du groupe au fait du dossier. (Crédits : © Yuya Shino / Reuters)
Le conglomérat japonais attend lundi les résultats d'un audit indépendant pour comprendre comment est survenu ce maquillage des comptes impliquant de hauts membre de sa direction. Le PDG de Toshiba, notamment, devrait démissionner mardi.

Ce serait le résultat de "malversations organisées". Lors de ces cinq dernières années, Toshiba aurait gonflé ses bénéfices de 160 milliards de yens, soit 1,18 milliards d'euros, révèle la presse nipponne. Toshiba a ainsi chargé un comité d'audit indépendant de faire la lumière sur les nombreuses erreurs découvertes dans les comptes de ces dernières années. Lundi 20 juillet, à 12 heures GMT (14 heures, heure française), la société japonaise publiera un résumé de l'enquête.

Pour rappel, le groupe avait fait part le 3 avril de la mise en place d'un comité spécial d'audit de ses comptes pour l'exercice d'avril 2013 à mars 2014. Les spécialistes mandatés ont conclu d'une part que des pertes liées à des chantiers ont mal été évaluées, et d'autre part que d'autres investigations étaient nécessaires.

Pression sur les comptables

La direction est accusée d'avoir fait pression sur les comptables pour reporter des pertes et ainsi embellir les résultats financiers. Dans les détails, selon la source proche de l'enquête, de hauts dirigeants du groupe "recevaient des rapports de synthèse" dans lesquels les directeurs expliquaient comment ils retardaient la comptabilisation des pertes.

Les investisseurs n'ont pas apprécié le maquillage des comptes. Le 11 mai, le titre de Toshiba avait connu un plongeon de 16% suite à l'annulation du versement de son dividende et ses prévisions de bénéfices dans le cadre de son enquête ouverte le mois dernier sur des irrégularités comptables présumées. L'action était passée de 3,15 à 2,8 euros. Après être remontée à 3,34 euros le 2 juin, elle est à nouveau retombée à 2,87 euros lundi 20 juillet.

Démissions en série à la tête de Toshiba ?

Cette affaire devrait faire quelques victimes au sein de la direction du conglomérat nippon. Impliqués, le vice-président Norio Sasaki et le PDG actuel Hisao Tanaka pourraient être contraints de quitter leur poste. Selon le quotidien économique Nikkei, le départ de dernier sera annoncé au cours d'une conférence de presse, mardi à 10 heures (heure française). Il a promis de s'expliquer.

Pour tenter de se prémunir de tels incidents à l'avenir, Toshiba prévoit de recruter en externe le directeur de son comité d'audit,  selon un responsable du groupe au fait du dossier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :