Qui est Laurent Vallet, successeur d'Agnès Saal à la tête de l'INA ?

 |   |  343  mots
Laurent Vallet n'a pas connu uniquement une carrière dans le monde de l'audiovisuel puisqu'il a démarré par la finance.
Laurent Vallet n'a pas connu uniquement une carrière dans le monde de l'audiovisuel puisqu'il a démarré par la finance. (Crédits : Capture d'écran)
Cet énarque de 45 ans a été nommé à la présidence de l'institution en conseil des ministres. Directeur général de l'Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles depuis 2002, il a également occupé plusieurs postes à Bercy dans sa carrière.

Laurent Vallet atterrit à la tête de l'INA alors que la tempête autour des frais de taxis d'Agnès Saal, sa prédécesseure, s'achève à peine - nous venons d'apprendre que celle-ci était réaffectée au ministère de la culture en tant que chargée de mission. Actuellement le directeur général de l'Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (Ifcic), Laurent Vallet a été nommé en conseil des ministres à la direction de cette institution chargée de "conserver et de mettre en valeur le patrimoine audiovisuel national", mercredi 20 mai.

Auteur d'un rapport sur les droits de revente des programmes

Cet administrateur civil âgé de 45 ans s'était distingué le 17 décembre 2013, en rendant un rapport sur les relations producteurs-diffuseurs à la ministre de la Culture d'alors, Aurélie Filippeti. Il proposait notamment d'accorder aux chaînes de télévision des droits sur la revente des programmes si elles les financent au moins à hauteur de 70%, un travail réalisé après "une large consultation des professionnels concernés".

Laurent Vallet n'a pas connu uniquement une carrière dans le monde de l'audiovisuel puisqu'il a démarré par la finance. Après avoir été diplômé de HEC, de l'IEP de Paris et être passé par l'ENA, il a travaillé au sein de la direction du Trésor du ministère de l'Economie et des Finances jusqu'en 1999, occupant les postes de secrétaire général adjoint du club de Paris jusqu'en 1997 puis celui de chef du bureau de marché financier.

De la finance à l'audiovisuel, un virage pris en 1999

L'année 1999 marque la transition de la finance à l'audiovisuel. Il est alors nommé adjoint au directeur financier de France Télévisions. Enfin, il  devient directeur général de l'Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles en 2001.

Cet établissement , créé en 1983, vise à faciliter l'accès au crédit des entreprises culturelles, du jeu vidéo aux productions cinéma en passant la mode, les entreprises de presse et la production audiovisuelle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2015 à 10:36 :
Enarque: avant poste pour goûter aux privilèges avant de croquer à belles dents dans le trésor public aux frais du contribuable.
a écrit le 21/05/2015 à 10:13 :
La caste des énarques et compagnie règnent comme le clergé au moyen âge

Mme saal a retrouvé un poste de prestige comme Moscovici ou mme lauvergeon

Cela durera t'il !??
a écrit le 21/05/2015 à 8:52 :
J'ai travaillé toute ma vie dans une multinationale anglo-saxonne, très à cheval sur ce que l'on appelle "Les principes de conduite dans les affaires" ou "Business Principles" en anglais. C'est d'ailleurs cette multinationale qui a la première édité et appliqué cela dans le monde des affaires. C'était au début des années '70.
Si Agnès Saal s'était fait prendre chez nous avec de tels comportements, elle aurait été tout simplement "virée".
Dans l'administration, elle est recasée, et le contribuable que nous sommes tous continue à leur verser un salaire!
C'est de mon point de vue tout simplement inadmissible...
a écrit le 21/05/2015 à 8:17 :
copinage, ça ils savent bien le faire !
La république exemplaire: a gerber.
a écrit le 21/05/2015 à 8:13 :
A quand la suppression de cette école que personne dans le monde ne nous envie. Si elle était efficace, à part dans les passe-droits ça se saurait.
a écrit le 21/05/2015 à 5:23 :
Ouf, on est rassuree pour A.Saal. Elle n'aura pas eu le temps de pointer a Pole Emploi.
Comme quoi, quand on cherche vraiment du travail, on en trouve.
il suffit de se lever le matin et de prendre un taxi pour aller aux entretiens d'embauche...
Tous ces chomeurs, c'est vraiment des feignasses.... Enfin bon, tout le monde ne peut pas avoir fait l'ENA.
Qu'en pense notre ministre de l'education?
a écrit le 20/05/2015 à 22:52 :
A moins de 100000€ par mois, difficile de payer son pass navigo.
a écrit le 20/05/2015 à 21:25 :
Arrêtez de censure !!
a écrit le 20/05/2015 à 18:59 :
Encore un énarque qui remplace une énarque nommée par une énarque .... Notre société est vraiment mal en point ...
a écrit le 20/05/2015 à 18:25 :
Agnès Saal qui retourne au ministère de la culture en tant que chargée de mission sur les questions de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.

...

Décidément, c'est à se demander si la Russie et autres pays du genre ne sont pas plus clean...
Réponse de le 21/05/2015 à 7:51 :
Tu te poses encore la question

Moi président ....


... On voit tous les jours le brillant résultat

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :