Semi-conducteurs : Qualcomm se paye NXP, valorisé 47 milliards de dollars

 |   |  645  mots
Selon les termes de l'accord rendu public jeudi par un communiqué, Qualcomm propose à NXP, basé aux Pays-Bas mais coté sur la Bourse électronique new-yorkaise Nasdaq, un prix de 110 dollars par action en espèce, ce qui représente une prime de 11,5% par rapport au cours de clôture de mercredi et avec la dette, valorise le groupe à 47 milliards de dollars (43 milliards d'euros).
Selon les termes de l'accord rendu public jeudi par un communiqué, Qualcomm propose à NXP, basé aux Pays-Bas mais coté sur la Bourse électronique new-yorkaise Nasdaq, un prix de 110 dollars par action en espèce, ce qui représente une prime de 11,5% par rapport au cours de clôture de mercredi et avec la dette, valorise le groupe à 47 milliards de dollars (43 milliards d'euros). (Crédits : © Mike Blake / Reuters)
Le spécialiste américain des semi-conducteurs souhaite ainsi se diversifier et s’étendre aux marchés porteurs de l’automobile et de l’Internet des objets.

Le fabricant américain de semi-conducteurs Qualcomm, spécialisé dans la téléphonie, va racheter son concurrent néerlandais NXP pour 47 milliards de dollars afin d'accélérer sa diversification et étendre ses activités aux marchés porteurs de l'automobile et de l'internet des objets. Cette acquisition, la plus importante jamais effectuée sur ce marché, va renforcer le groupe américain alors que les ventes de téléphones portables ralentissent et que le marché des semi-conducteurs est plus concurrentiel que jamais.

Selon les termes de l'accord rendu public jeudi par un communiqué, Qualcomm propose à NXP, basé aux Pays-Bas mais coté sur la Bourse électronique new-yorkaise Nasdaq, un prix de 110 dollars par action en espèce, ce qui représente une prime de 11,5% par rapport au cours de clôture de mercredi et qui avec la dette, valorise le groupe à 47 milliards de dollars (43 milliards d'euros). L'entreprise américaine prévoit de financer cette opération, approuvée par les conseils d'administration des deux groupes, par des liquidités à sa disposition et de nouveaux emprunts.

Qualcomm espère que l'opération sera profitable dès sa finalisation, prévue pour l'instant fin 2017, et mise sur des économies de l'ordre de 500 millions de dollars par an d'ici à 2020. Réunies, les deux entreprises devraient générer un chiffre d'affaires annuel de plus de 30 milliards de dollars et s'adresseront à des marchés d'une valeur de 138 milliards de dollars en 2020, selon la même source.

"Avec l'innovation et l'invention chevillées au corps, Qualcomm a joué un rôle essentiel dans l'évolution de l'industrie de la téléphonie mobile", a commenté le directeur général de Qualcomm Steve Mollenkopf, cité dans le communiqué. "L'acquisition de NXP accélère notre stratégie d'expansion de notre technologie, leader dans les appareils mobiles, vers de nouveaux secteurs remplis d'opportunités", a-t-il ajouté. L'action Qualcomm avait gagné 3,6% peu après l'ouverture des marchés, alors que NXP était en hausse de 1,6% au sein d'un indice ayant gagné 0,2% à 5.251,21 points.

Marchés porteurs

Basé à Eindhoven, dans le sud des Pays-Bas, NXP est l'ancienne division semi-conducteurs du géant néerlandais de l'électronique Philips, devenue indépendante en 2006 et entrée en Bourse en 2010 pour 14 dollars par action. Son chiffre d'affaires 2015 a atteint 6,1 milliards de dollars pour un bénéfice net de 1,5 milliard.  C'est l'un des fournisseurs les plus importants de puces sur le marché automobile, qui en vend également pour le paiement sans contact ou les cartes de transports.

Pour Dorian Terral, spécialiste du secteur chez Bryan Garnier, Qualcomm "a besoin d'aller chercher de la croissance dans d'autres segments : ils sont arrivés à une très bonne position dans le smartphone et pour faire mieux, ça devient vraiment compliqué".  Il est donc logique pour le groupe de se tourner vers de nouveaux segments, automobiles et industriels, "qui sont très dynamiques".  Janardan Menon, analyste chez Liberum, estime également que l'automobile "est l'un des marchés à la croissance la plus rapide pour les semi-conducteurs". "Qualcomm n'y a aucune position et NXP est le leader du marché : en l'acquérant, ils peuvent continuer à croître".

Avec NXP, "ils auront une meilleure exposition au marché de l'internet des objets", a-t-il ajouté, un marché qui devrait se développer exponentiellement dans les années à venir alors que les maisons, notamment, deviennent de plus en plus connectées.  Timothy Arcuri, analyste chez Cowen & Co. cité par Bloomberg, estime qu'avec cette acquisition, "Qualcomm pourrait devenir l'acteur dominant dans l'industrie connectée et les applications automobiles". Le secteur des semi-conducteurs traverse une période d'intense consolidation: les grands acteurs du secteur, désireux de changer d'échelle pour mieux se positionner sur un marché de plus en plus concurrentiel, alors que les ventes diminuent et que les coûts augmentent, ont multiplié les acquisitions ces dernières années.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2016 à 14:37 :
Dommage que Phillips, boîte mal gérée, ait fermé malgré ses bénéfices importants son usine de Normandie.
a écrit le 28/10/2016 à 10:31 :
Si même le lucratif car indispensable secteur des semis conducteurs se dirige vers cette impasse qu'est l'internet des objets c'est que décidément notre économie va bien mal.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :