Intel persévère sur le marché des smartphones et des tablettes

 |   |  471  mots
Copyright Reuters
Le leader mondial des processeurs fait contre mauvaise fortune bon coeur. Il n'abandonne pas la partie, même si l'accord entre Nokia et Microsoft le dessert.

Les temps sont difficiles pour Intel. Lors du Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, son partenaire Microsoft a décidé de faire fonctionner Windows sur les puces d'ARM Holdings. Trois jours avant l'ouverture du Mobile World Congress, son autre partenaire Nokia a finalement choisi le système d'exploitation Windows Phone 7 Series de Microsoft pour équiper ses futurs smartphones. On se souvient que, l'année dernière à la même époque, Nokia et Intel avaient annoncé de vive voix le lancement de MeeGo, un système d'exploitation pour smartphones élaboré à partir du logiciel libre Linux.

Sans doute est-ce un coup dur pour Intel. Pourtant, sur l'un de ses stands du Mobile World Congress, Intel présente plusieurs utilisations de MeeGo, dont une tablette et un téléphone qui semblent bien fonctionner. « MeeGo est un effort Open Source et il va continuer », assure Tom Kilroy, senior vice-président en charge des ventes et du marketing d'Intel. Ce qui revient un peu à positionner MeeGo comme une alternative à Android de Google.

C'est là une ambition de longue haleine et Intel assure qu'il ne compte pas bousculer le marché des processeurs pour tablettes et smartphones du jour au lendemain. Pour y parvenir, le groupe réduit la taille et la consommation de son processeur Atom sur deux plates-formes : OakTrail, présenté au CES et qui fonctionne avec trois systèmes d'exploitation, Windows 7 (PC classique), Android et MeeGo ; Medfield (destiné aux smartphones) qui sera commercialisé en milieu d'année, et qui fonctionnera avec Android et MeeGo.

Processeurs enfouis

Les deux processeurs font partie de l'effort SOC (pour « System on a Chip » ou systèmes sur puce) que l'on appelle aussi les processeurs enfouis. « Nos processeurs permettent d'apporter de la puissance de traitement donc de l'intelligence à de nombreux systèmes complexes, souligne Tom Kilroy. Lorsqu'une caméra d'un réseau de surveillance urbain détecte un incident, il faut rapidement que les autres caméras pointent dans la direction de l'incident. Nos puces peuvent assurer cette coordination. »

Si les systèmes enfouis prennent de l'ampleur chez Intel, ils représentent moins de 10 % d'un chiffre d'affaires qui a atteint 44 milliards de dollars en 2011. Par ailleurs, le marché des processeurs pour smartphones et tablettes devrait représenter 7 milliards de dollars en 2011 et atteindre 10 milliards en 2014, estime Bank of America Merrill Lynch. Le prix moyen de ces produits est de 15 à 25 dollars l'unité, c'est-à-dire environ cinq à six fois moins que le prix d'un processeur pour PC et beaucoup moins que les processeurs pour serveur.

Avec des investissements budgétés à 9 milliards de dollars sur 2011, Intel espère parvenir à réduire la gravure de ses circuits à 22 nanomètres. D'où une consommation d'énergie moins importante et de nouveaux arguments pour pénétrer le marché des smartphones. La partie de la mobilité est longue. Intel ne l'a pas abandonnée.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :