France Télécom confirme ses perspectives pour 2011

 |   |  287  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Après des résultats au premier trimestre faisant état d'un léger effritement de sa marge tout en étant globalement conformes aux attentes, France Télécom a confirmé ce mardi l'ensemble de ses objectifs annuels. La part de nouveaux abonnés ADSL en France est tombée à 20%, contre 36% au dernier trimestre 2010.

France Télécom a publié des ventes trimestrielles de 11,23 milliards d'euros et fait état d'un recul de sa marge d'Ebitda retraité, de 1,3 point, à 33,3%. En données publiées, l'Ebitda (excédent brut d'exploitation) était de 3,7 milliards d'euros, quasiment conforme aux attentes des analystes, selon l'agence Reuters.

Cette baisse de la rentabilité s'expliquement notamment par les mesures que le groupe a dû prendre en France pour éviter que la modification de TVA, décidée par l'Etat pour certaines offres télécoms, ne se traduise par des pertes d'abonnés

L'opérateur historique français a confirmé l'ensemble de ses objectifs pour 2011 ainsi que son plan de développement pour 2015, réitérant qu'il versera un dividende de 1,40 euro par action au titre de 2011 et de 2012. En France, où l'opérateur génère encore plus de la moitié de ses ventes et de ses profits opérationnels, les ventes ont reculé de 2,5% à périmètre comparable, à 5,62 milliards d'euros.

"On voit un marché français assez dynamique", a commenté le directeur financier de France Télécom, Gervais Pellissier, lors d'une conférence téléphonique. "On avait dit que le premier trimestre serait plus tendu parce que certains de nos concurrents ont retrouvé du dynamisme (...). On espère être meilleur au deuxième trimestre", a expliqué le directeur financier.

La part de marché du groupe dans les conquêtes de nouveaux abonnés dans la téléphonie fixe et l'internet (ADSL) est tombée à 20% au premier trimestre, à comparer avec 36% au quatrième trimestre de 2010.

L'action France Télécom a clôturé lundi en hausse de 0,16%, à 15,86 euros, dans une capitalisation boursière de 42,01 milliards d'euros, la quatrième plus importante du secteur en Europe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :