Le milliardaire Carlos Slim poursuit ses emplettes en Europe

 |   |  507  mots
L'homme le plus riche du monde se détourne de son terrain de jeu latino-américain pour investir l'Europe. Copyright AFP.
L'homme le plus riche du monde se détourne de son terrain de jeu latino-américain pour investir l'Europe. Copyright AFP. (Crédits : AFP)
Après son offensive sur l'opérateur néerlandais KPN, l'homme le plus riche du monde est entré au capital de Telekom Austria. Des mouvements qui pourraient relancer la concentration dans l'Europe des télécoms.

Décidément, le mexicain Carlos Slim s?intéresse beaucoup aux opérateurs télécoms européens, en particulier aux ex-monopoles. Après avoir mis sur la table 2,6 milliards d?euros pour monter à 27,7% du capital de l?opérateur historique néerlandais KPN, qui lui a fait savoir qu?il n?était pas le bienvenu, l?homme le plus riche du monde a aussi ramassé sur le marché un gros bloc d?actions Telekom Austria : 4,1%, l?équivalent de 140 millions d?euros au cours actuel, comme l?a révélé le magazine autrichien « News. » Un représentant d?America Movil, le géant latino-américain des télécoms contrôlé par Calors Slim, a confirmé l?information à l?agence Reuters. Mais le magnat mexicain chercherait à contrôler une bien plus grande part du capital de l?opérateur historique autrichien aux 23 millions d?abonnés, qui prévoit pour cette année un chiffre d?affaires stable à 4,4 milliards d?euros (à titre de comparaison, Iliad/Free devrait atteindre les 4 milliards en 2015).

Telekom Austria reste contrôlé par l?Etat autrichien
En effet, selon l?hebdomadaire autrichien, Carlos Slim envisagerait de s?associer à l?homme d?affaires local Ronny Pecik, qui a acquis plus de 20% du capital de Telekom Austria via son fonds RPR, pour 800 millions d?euros, avec l?aide du milliardaire égyptien Naguib Sawiris. Le magazine « News » citait même un schéma très précis : Slim et Pecik regrouperaient leurs participations dans un véhicule d?investissement baptisé Amov contrôlé à 80% par America Movil et 20% par le fonds RPR, et détiendraient ainsi plus de 25% de Telekom Austria. Mais le camp de Slim a démenti à Reuters avoir discuté en direct avec Ronny Pecik ou Sawiris. Selon l?homme d?affaires égyptien, qui eut des relations tumultueuses avec France Télécom en Egypte, Slim aurait en fait contacté directement l?Etat autrichien, qui reste le premier actionnaire, avec une minorité de blocage, de Telekom Austria (28,4%). Le gouvernement autrichien verrait d?un bon ?il l?association de Slim et Pecik pour constituer un actionnaire de référence stable. Pourtant, ce gouvernement de coalition social-démocrate n?est pas favorable à une privatisation complète.

Le début de la consolidation selon Stéphane Richard
L'homme le plus riche du monde n'a pas encore vraiment expliqué pourquoi il se détourne de son terrain de jeu habituel, l'Amérique latine, pour la Vieille Europe, aux marchés matures. La stratégie de Carlos Slim, qui consiste à prendre des participations suffisamment importantes pour peser sans passer par un rachat à 100% d?opérateurs historiques de taille moyenne, ne laissera sans doute pas indifférent les mastodontes européens du secteur. Mardi, lors de l?assemblée générale de France Télécom, le PDG Stéphane Richard a observé que « la consolidation est inéluctable en Europe. Des mouvements s'amorcent, comme l'offensive d'America Movil sur KPN, qui sonnent peut-être comme le début d'une recomposition du paysage télécom européen.»
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/06/2012 à 23:24 :
Pas compliqué: il voit à long terme, qu'il peut en ce moment acheter à bon prix un paquet d'actions européennes. Je pense que dans 4-5 ans maximum, la valeur de son investissement aura au moins doublé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :